La défaite de la droite républicaine aux dernières présidentielles est historique à double titre. Parce que jamais la famille politique du général de Gaulle, de Pompidou et de Chirac, n’avait été si bas dans les urnes. Parce que, quasiment mis en faillite faute de bénéficier du remboursement des frais de campagne, les Républicains pourraient disparaître. Au grand bonheur d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, qui profiteraient à plein de ce vide idéologique.

La droite française ne peut pas, ne doit pas mourir. C’est une certaine idée de la France qui disparaitrait avec elle. Républicains. UMP. RPR. UDR. Les noms ont changé, mais la vision portée est restée remarquablement cohérente depuis les débuts de la Ve République. Un mouvement politique née de la vision du général de Gaulle pour une France puissante, mais intégrée. Protectrice des libertés tout en étant garante de la fraternité. Une France forte et protectrice. Un Etat stratège.

Une France totalement étrangère à l’extrême-centre incarné par Emmanuel Macron, où la France est vassale de Bruxelles et les Français des petits soldats au service du libéralisme mondialisé. Mais une France tout aussi irréconciliable avec Marine Le Pen, qui exploite les malaises de notre société pour ériger des boucs-émissaires et ânonner des solutions irréalisables. La droite, et notamment le projet porté par Valérie Pécresse (à la suite de celui de François Fillon en 2017), représente l’indispensable 3e voie entre ces deux extrêmes qui ne respectent ni les Français, ni la France éternelle.

La situation financière du parti des Républicains et de sa candidate Valérie Pécresse est intenable. Si nous ne nous réveillons pas très rapidement, nous courrons droit à la faillite. Oui, les partis politiques sont mortels. Et si la droite gaulliste meurt, il ne faudra pas se plaindre de se retrouver dans un pays plus pauvre idéologiquement et moralement. Même parmi ceux qui ont choisi Emmanuel Macron dès le premier tour au nom du « pragmatisme », qui peut croire qu’une France gouvernée par Marlène Schiappa, Benjamin Griveaux, Christophe Castaner, ou Gabriel Attal est à la hauteur de son destin ?

La République des experts, des agences de conseil, de l’argent-roi, ne constitue pas un projet politique de long-terme. La France a besoin de relais politiques dans tout le pays. De toutes sensibilités. De Christian Jacob, de Gérard Larcher, d’Eric Ciotti, de Laurent Wauquiez, de Xavier Bertrand, et de tant d’autres encore. N’en déplaise à certains, la diversité au sein de la droite gaulliste n’a jamais été une faiblesse, mais notre force fondamentale. Ne nous laissons pas aveugler par la binarité de l’air du temps. Macron ou Le Pen. Zemmour ou Mélenchon.

La France mérite mieux que ces caricatures d’elle-même. Seule la droite républicaine peut aujourd’hui parler à la France diverse et multiple. Pour cela, elle doit vivre. Et pour survivre, il faut tous donner quelques euros pour sauver le pluralisme politique en France et ne pas laisser notre famille politique mourir. Nous n’avons pas le droit d’abandonner notre pays à la médiocrité et au simplisme du duel Macron / Le Pen.



Source:

One thought on “Appel aux dons : sauver la droite pour résister face à Macron et Le Pen”
  1. Allez les cocus, faut payer, le bar, le resto et la chambre… avec le sourire et la conviction de bien faire!
    Ou pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.