Ces dernières années, nous avons vu sur nos écrans l’agonie de Cédric, père de famille, sous le poids de policiers. Le Gilet Jaune Jérôme Rodriguez mutilé en direct sur Facebook. La vidéo de Manu aussi, un autre Gilet Jaune, l’œil fracassé par une grenade alors qu’il discutait. Il y a eu les images épouvantables d’Olivier à Bordeaux, gisant dans une mare de sang après avoir reçu un tir dans le dos, ou celles de Geneviève, à Nice, retraitée piétinée par des forces de l’ordre. Et celles de Sébastien et d’Antoine dont la main venait d’être soufflée par une grenade, ne laissant qu’une plaie béante au bout de leur bras. Nous avons vu les lignes de LBD sur les Champs Élysées, faucher des corps, casser des visages, briser des vies. Ces images ont été vues par des millions de personnes. Provoquant des séquelles psychologiques de masse.

Nous avons vu, en décembre 2018 à Mantes la Jolie, 151 adolescents raflés, les mains sur la tête, contre des murs, humiliés par des policiers armés qui rient et filment leurs exploits. Souvenir indélébile du quinquennat. Nous avons vu la même semaine, en banlieue d’Orléans, Oumar 16 ans le crâne fracturé par un tir policier devant son lycée. Ramy, 15 ans, blessé à l’œil à Vénissieux. Jean-Philippe, 16 ans, lycéen à Bézier perdre un œil. Doriana 16 ans, la mâchoire explosée le 3 décembre. Même sort pour Issam, 17 ans, à Garges-lès-Gonesse deux jours plus tard. Durant la première semaine de décembre 2018, une cinquantaine d’adolescents sont gravement touchés chaque jour par les tirs policiers.

Nous avons vu les milliers d’arrestations, pour une banderole, un homard ou le port d’un gilet fluorescent. Une expérience d’enfermement de masse, dans les geôles de garde à vue. Des interpellations préventives. Des milliers de procès expéditifs, et le recours à des lois d’exception. Nous avons vu des milliers des nôtres jetés en prison, placés sous contrôle judiciaire, privés de droit par une justice aux ordres.

Nous avons vu Zineb Redouane, octogénaire, tuée par le tir d’une grenade en pleine tête le 1er décembre 2018 à Marseille, par un CRS, alors qu’elle regardait la rue depuis la fenêtre d’un appartement. « Il y a un policier qui a tiré, il m’a visé » avait-elle lâché, dans un dernier souffle, à ses proches. Nous avons vu à Nantes, un jeune mourir noyé le soir de la fête de la musique, à cause d’une charge policière. Nous avons vu la violence d’État frapper jusque dans les soirées dansantes et les Free Party.

Nous avons vu des munitions par dizaines de milliers tirées sur nous. Des grenades explosives souffler des pieds et des mains. Les champs de Notre-Dame-des-Landes labourés par les impacts. Des balles en caoutchouc fendre les rues en direction de nos corps. Nous avons vu le gouvernement lancer des achats massifs d’armes répressives pour plusieurs millions d’euros. Nous avons vu le retour de blindés dans les rues de Nantes, Bordeaux ou Paris, et l’armée déployée pour mater la colère. Nous avons vu la bourgeoisie appeler à tirer à balles réelles sur la population. Nous avons vu un régime d’état d’urgence permanent, et un conseil de défense composé de militaires gouverner en toute opacité.

Nous avons vu les professeurs, les soignants, les pompiers, les étudiants, les avocats, les photographes et les journalistes de terrain se faire matraquer et gazer. Nous avons vu, malgré les rivières de sang et les hurlements de douleur, un président et des ministres affirmer en ricanant que les violences policières n’existaient pas.

Nous avons vu le bras droit de l’Élysée se déguiser en policier pour tabasser des opposants dans la rue. Nous avons vu ce proche de Macron poser avec une arme à feu, mentir, dissimuler un coffre fort, et partir gagner de l’argent auprès d’hommes d’affaire russes. Nous avons vu un président défendre son barbouze en affirmant, exalté : « qu’ils viennent me chercher ».

Nous avons vu un gouvernement reprendre, méthodiquement, les mots de l’extrême droite et appliquer ses idées. Nous avons vu Gérald Darmanin trouver Le Pen « trop molle » à propos des musulmans. Des responsables politiques parler « d’ensauvagement ». Un président rendre hommage au Maréchal Pétain et à Charles Maurras. Ou téléphoner pendant une heure à un chroniqueur fasciste condamné pour « provocation à la haine raciale » afin de lui « apporter son soutien ». Nous avons vu ce président organiser une interview « exclusive » à un journal d’extrême droite et ses conseillers déjeuner avec des responsables néofascistes.

Nous avons vu des ministres organiser une chasse aux sorcières dans le monde des idées, contre les antiracistes, en matraquant le concept forgé par l’extrême droite d’« islamogauchisme », en dénonçant les recherches universitaires sur le colonialisme. Nous avons vu la loi sur le « séparatisme », dictée par l’extrême droite, utilisée immédiatement pour dissoudre des associations musulmanes et anti-racistes. Nous avons vu la chaîne de Bolloré imposer les sujets d’actualité et imprimer ses éléments de langage dans la classe dirigeante. Nous avons vu une police qui vote massivement pour le fascisme, surarmée, protégée, obtenant toujours plus de pouvoir.

Nous avons vu un ministre commanditer un syndicat lycéen, l’abreuvant d’argent public pour organiser des soirées mondaines. Nous avons vu ce même ministre porter plainte contre un autre syndicat, de lutte cette fois, qui ne faisait que combattre le racisme. Nous avons vu toutes les organisations politiques avoir le choix : se mettre au pas du pouvoir ou être diffamées, attaquées en justice, dissoutes.

Nous avons vu l’enfer sur terre à Calais. Des tentes lacérées à coup de couteau en plein hiver, pour forcer des familles à dormir dans le froid. Nous avons vu de l’eau intoxiquée au gaz lacrymogène, et l’usage d’armes répressives contre des campements. Nous avons vu des noyades dans la Manche et la Méditerranée. Nous avons vu des expulsions systématiques. Nous avons vu les Macronistes et l’extrême droite voter ensemble, à l’Assemblée, les lois les plus dures contre l’immigration jamais adoptées depuis la guerre.

Nous avons vu une crise sanitaire gérée sous l’angle sécuritaire, et un gouvernement supprimer des milliers de lits d’hôpitaux pendant une pandémie. Nous les avons vu mentir, encore et encore et encore. Nous avons vu la police, ses drones et ses hélicoptères imposer confinement et couvre-feu, et se déchaîner à cette occasion contre les habitants et habitantes de quartiers populaires. Nous avons vu la mise en place rapide de technologies dystopiques : l’obligation d’un pass numérique scannable pour se déplacer. Nous avons vu la fortune des riches exploser pendant la crise. Nous avons vu le cabinet américain McKinsey organiser la campagne de vaccination de Pfizer. Nous avons vu un pouvoir qui parle de « devoirs » avant d’avoir des « droits », officialisant ainsi un changement de Régime. Nous avons vu une batterie de lois autoritaires, interdisant de filmer la police et renforçant toujours plus l’état policier.

Nous avons vu une campagne militaire à défaut d’être politique. Un président-candidat qui refuse tout débat, n’organise pas de meeting, et sélectionne les journalistes autorisés à lui adresser la parole. Nous avons vu une fasciste désignée à l’avance par les médias pour « affronter » le président et lui permettre une réélection confortable. Nous avons vu des centaines de milliers de personnes radiées des listes électorales « par erreur ». Nous avons vu, une fois le scénario écrit depuis 5 ans se réaliser pour de bon, les médias et les politiques qui ont délibérément fait monter l’extrême droite et frappé sans relâche sur toutes les formes d’antifascisme, appeler au « barrage ». Nous n’avons pas vu de campagne électorale, mais une opération de reconduction du pouvoir machiavélique, à la manière de l’Ancien Régime.

Nous avons vu la guerre sociale qui s’accélère. La dérégulation totale des normes environnementales alors que l’écosystème s’effondre, et la destruction des derniers droits sociaux. Nous avons vu des files d’étudiants pour avoir à manger et un jeune qui s’immole par le feu devant son université. Nous avons vu les promesses d’aller encore beaucoup plus loin dès les prochaines semaines.

Voilà un modeste aperçu de choses vues lors de ce quinquennat. Ce soir, quel que soit le résultat sorti des urnes, une des nuances de l’extrême droite dirigera la France pour cinq années supplémentaires. Contrairement à ce que répètent les laquais du pouvoir, le fascisme n’est pas un instantané, un phénomène qui surviendrait d’un coup, par surprise. C’est un processus. Il s’installe progressivement, par touches successives, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus bouger, plus résister, plus respirer. Le mandat de Macron est à ce titre un mandat pré-fasciste. Tous les leviers sont prêts, nous sommes déjà au bord du précipice. Pour reculer de cet abîme, les « barrages » fantoches et la bonne conscience républicaine ne suffiront pas. Organisons la contre-attaque.





Source:

One thought on “Ce que nous avons vu, ce que nous allons voir — Nantes Révolté”
  1. Les prophéties ne sont pas seulement le témoignage de le présence de Dieu, elles ont aussi pouvoir de vues sur l’avenir.
    Ils veulent absolument un nouvel ordre des choses, des transformations futures, mais, ce nouvel ordre des choses n’implique pas nécessairement la fin de ce qui est pour la création d’autre chose.
    Ça n’est pas une parabole, ni une erreur quand les pieds d’airain de la France ont méprisé ce monde d’injustices, les usurpateurs ne voient qu’ils font face à des temps de l’inaccompli et, que tout sera accompli!
    Ces compilateurs d’indus marchent à grands pas vers quelque chose dont ils se lamenteront les siècles à venir, de n’avoir ni souhaités, ni mérités, or, tout sera juste et justifié.
    Il y aurait tant de choses à dire sur ce qui s’est passé et ce qui est présent, qu’il n’est plus nécessaire de perdre son temps.
    Dorénavant, l’aspect des choses a changé.
    Je vous laisse en musique, on croirait une marche funèbre, à la compréhension des paroles, il crucial de savoir… qu’est-ce vraiment, que nous venons de perdre?
    https://www.youtube.com/watch?v=9AWb6TTE5H8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.