La mairie de Kiev a entamé la démolition d’un monument célébrant l’amitié russo-ukrainienne. Erigé en 1982, son déboulonnage s’inscrit dans une politique de «décommunisation» menée par l’Ukraine depuis plusieurs années, que dénonce la Russie.

La mairie de Kiev a commencé le 26 avril la démolition d’un monument historique d’époque soviétique célébrant l’amitié entre l’Ukraine et la Russie, dans le contexte d’opération militaire russe en Ukraine, dénoncée par Kiev et les Occidentaux notamment comme une guerre d’invasion.

Les journalistes de l’AFP ont vu s’effondrer la tête de l’une des deux figures de cette statue représentant un travailleur russe et un travailleur ukrainien tenant ensemble dans les mains un symbole soviétique avec l’inscription «amitié entre les peuples», qu’une grue tentait de démonter en plein centre de Kiev.

«Huit mètres de métal de la soi-disant “amitié des deux peuples” démantelé. Et ce qui est symbolique […] la tête de l’ouvrier russe est tombée», a déclaré sur Telegram le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko.

Installée à l’époque soviétique en 1982 pour commémorer la «réunification de la Russie et de l’Ukraine», cette statue massive en bronze sera entièrement démontée d’ici la fin de soirée de ce 26 avril. Vitali Klitschko a justifié cette décision par la volonté selon lui de Moscou de «détruire l’Etat et les Ukrainiens» avec l’intervention militaire lancée le 24 février. Un autre monument de cet ensemble sera démonté à une date ultérieure, tandis que le troisième, une arche, sera rebaptisé et éclairé aux couleurs ukrainiennes. Selon le maire de Kiev, 60 autres monuments, bas-reliefs et signes associés à l’URSS et à la Russie seront démantelés prochainement. Plus de 460 rues seront également rebaptisées.

L’Ukraine mène depuis des années une politique de «décommunisation» en démontant notamment les statues de Lénine et changeant les noms de certaines villes pour leur redonner leur appellation d’avant la révolution bolchévique de 1917. Avant le déclenchement de l’opération militaire en Ukraine déjà, les autorités russes ont dénoncé ces dernières années les mesures portant atteinte aux monuments commémorant l’Armée rouge ou liés à l’URSS, en particulier en Ukraine et en Pologne.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.