Le chef de la diplomatie russe s’est longuement exprimé lors d’une interview à la chaîne Pervy Kanal. L’occasion pour lui d’évoquer la situation internationale, l’avancée des négociations en Ukraine mais également le comportement des Occidentaux.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a donné le 25 avril une longue interview à la chaîne Pervy Kanal dans laquelle il est revenu sur de nombreux sujets parmi lesquels la situation internationale, le risque de conflit généralisé ou encore sur l’avancée des négociations concernant l’Ukraine.

Interrogé sur la situation internationale, le chef de la diplomatie russe a expliqué que «la situation actuelle peut être comparée à la crise des missiles de Cuba de 1962, elle est peut-être encore plus dangereuse car les règles du jeu sont plus floues et le niveau de confiance mutuelle est plus bas». «Même à l’époque où Trump était président, nous avons plaidé pour une confirmation au plus haut niveau par Moscou et Washington de la déclaration faite par Gorbatchev et Reagan en 1987 sur le fait qu’il ne peut y avoir de vainqueur dans une guerre nucléaire et qu’il ne faut jamais en déclencher une. Nous avons essayé de convaincre l’équipe Trump de confirmer ce message qui relève d’une haute importance pour nos peuples et pour le monde entier. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à convaincre nos collègues de la nécessité d’un tel geste», a-t-il ajouté.

«Le traité ABM [traité relatif à la limitation des systèmes contre les missiles balistiques] n’existe plus, ainsi que le traité FNI [traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire] ; on réfute toujours notre proposition du moratoire réciproque, même si nous y avons précisé la nécessité de concerter les mécanismes de vérification […] Nous leur avons proposé de venir, sur la base des principes de réciprocité, à Kaliningrad, et de leur rendre visite pour visiter des bases de défense antimissile en Pologne et en Roumanie à notre tour. C’est une proposition honnête de notre part mais qui reste toujours rejetée», a-t-il regretté, précisant que «le traité START [traité de réduction des armes stratégiques] reste de facto le seul moyen pour exercer le contrôle réciproque des armements».

Lavrov accuse les Occidentaux de «jeter de l’huile sur le feu» en armant l’Ukraine

Sergueï Lavrov a par la suite dénoncé le comportement des Ukrainiens et de ceux qui leur fournissent des armes dans le conflit qui l’oppose à la Russie. «Tout le monde crie qu’il ne faut en aucun cas laisser se produire la troisième guerre mondiale, et c’est dans ce contexte-là qu’on considère les provocations constantes de Zelensky et de son équipe qui vont presque jusqu’à exiger l’entrée des forces de l’OTAN pour protéger les autorités ukrainiennes», a-t-il tancé.

«Et tout le monde dit toujours qu’ils donneront des armes, ce qui, bien sûr, ne fait que jeter de l’huile sur le feu, et avec ces livraisons ils cherchent à forcer les Ukrainiens à combattre la Russie jusqu’au dernier soldat, pourvu que ce conflit dure le plus longtemps possible et, comme ils l’espèrent, que la Russie en souffre de plus en plus», a-t-il ajouté, précisant : «Je souligne encore une fois, nous avons le sentiment que l’Occident veut que l’Ukraine continue de mener la guerre, de provoquer, comme ils le croient, l’usure et la fatigue de l’armée russe et le complexe militaire et industriel russe. C’est une illusion.»

Lavrov reproche à Zelensky son «attitude» concernant les négociations de paix

Il a par la suite accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky de ne pas réellement vouloir trouver un accord de paix avec la Russie. «Il y a deux jours, cela faisait cinq jours, je crois, depuis que nous avions remis nos considérations [à la partie ukrainienne]. Zelensky a été interrogé lors d’une conférence de presse sur ce qu’il en pensait […] et il a dit : “Nous n’avons rien reçu, c’est un mensonge absolu, nous n’avons rien vu.” Après, nous avons posé la question aux négociateurs ukrainiens, nous leur avons demandé : “Pourquoi n’avez-vous pas fait un rapport à votre président, alors qu’il contrôle lui-même le déroulement des négociations ?”, ils ont répondu : “Il n’avait pas le temps, et ça prend du temps…” Cela témoigne encore une fois de son attitude envers les négociations alors que lui fait toujours ses déclarations pathétiques selon lesquelles il préfère toujours la paix», a-t-il regretté.

Sergueï Lavrov a également dénoncé des «fausses informations dont le nombre explose aujourd’hui après l’apparition de celles qui portaient sur Boutcha». «On diffuse des mensonges, à tort et à travers, notamment sur la non-ouverture par la Russie de couloirs humanitaires [à Azovstal] alors qu’ils sont proclamés à haute voix tous les jours. Il y a des autobus, des ambulances, qui sont amenés mais la partie ukrainienne qui détient des civils pour s’en servir de bouclier humain (et ce n’est pas seulement à Marioupol, mais aussi dans d’autres régions du pays où les hostilités se poursuivent, où nos opérations sont en cours) n’annonce pas [l’ouverture des couloirs] à la population voire ne leur permet pas d’évacuer, en les retenant par la force», a-t-il regretté.

Il s’est enfin dit confiant que cette situation en Ukraine débouchera sur «la signature d’un accord». «Mais les modalités de cet accord dépendront de la situation des combats sur le terrain, au moment où cet accord deviendra une réalité», a-t-il toutefois prévenu.

Le chef de la diplomatie russe critique le «manque de scrupules» des Américains

Le ministre russe des Affaires étrangère a enfin tancé le comportement des Etats-Unis, leur rappelant les conflits qu’eux-mêmes avaient mené ces 25 dernières années évoquant l’ex-Yougoslavie ou encore l’Irak. «Sans hésiter, sans aucun fondement légal et même sans essayer de regarder la situation du point de vue du droit international et la Charte des Nations unies, ils envoient des troupes, bombardent des infrastructures civiles, comme cela a été le cas à Belgrade, des ponts, des trains de passagers, ils ont bombardé un centre de télévision», a-t-il assuré.

«Tony Blair a dit d’ailleurs que ce n’était pas un centre de télévision mais un organe de la propagande agressive serbe. Entre parenthèses, cela ressemble aux actions du président Macron qui refuse d’accréditer RT et Sputnik au palais de l’Elysée en les qualifiant non pas de médias, mais d’agents de propagande. Ces manières, ces habitudes se sont profondément enracinées», a-t-il poursuivi.

Il a enfin regretté un «manque de scrupules de la part des Américains en ce qui concerne le droit international et la mise en place de leurs propres règles sur la base du principe “je fais ce que je veux”».



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.