A Pertuis, aux portes du Luberon, des Zadistes venus des quatre coins du pays cultivent la terre, construisent des cabanes et occupent des maisons illégalement pour protéger 86 hectares de la bétonisation. Immersion avec les activistes de la « Zone à Patates » !

« Terres menacées, habitons-les » invite une banderole affichée en bordure de la D 956, la route qui relaie Aix à Pertuis, sur une maison vouée à être détruite en vue de l’extension de la zone d’activité commerciale.

Quelques mètres plus loin, une construction en bois flotte sur les ondes d’un étang, un coq parade au milieu de poules qui caquettent, et une joyeuse assemblée d’humains partagent un riz au curry. Bienvenu à la Zone A Patates de Pertuis.

Source : page facebook de la ZAP – Zone A Patates par Soulèvement de la terre Pertuis

« On a eu l’opportunité de créer une zone à défendre (ZAD), un lieu au service de la convergence des luttes. Il y a des gens de Terres Vives, des Soulèvements de la Terre, des Gilets Jaunes, de Longo Maï… Tout le monde est bienvenu mais personne ne s’approprie le lieu. On travaille tous ensemble, sans étiquettes, pour protéger la nature » explique Mirouf, 37 ans, qui habite à Pertuis depuis trois ans.

Les « zapatatistes » ont commencé par planter des pommes de terre au printemps 2021 sur une parcelle prêtée par l’un des 230 propriétaires bientôt exproprié.

« La patate c’est l’emblème du terroir de Pertuis. A l’époque, mon grand-père se déplaçait depuis Marseille jusqu’ici pour en faire des provisions » s’amuse un militant.

Récoltées l’été suivant, les pommes de terres de la ZAP ont servies à alimenter différents réseaux de soutien de la région. Depuis le 24 novembre, des membres de la ZAP se sont mis à occuper des maisons récupérés par l’établissement public foncier (EPF) vouées à la destruction. «Un intense moment de solidarité : en 24 heures tout était meublé », souri Mirouf. « L’idée est maintenant de se faire prêter un maximum de terrains autour tout en respectant le voisinage et la biodiversité. On aimerait tracer un parcours vélo qui ferait le tour de la zone pour organiser des ballades avec des naturalistes. Le but c’est vraiment de résister pacifiquement. On est pas là pour perdre des gens».

Source : page facebook de la ZAP – Zone A Patates par Soulèvement de la terre Pertuis

Pour rappel, en 2014, sur la ZAD de Sivens dans le Tarn, un militant de 21 ans, Rémy Fraisse, est décédé suite à l’explosion d’une grenade offensive lancé par un gendarme mobile.

Pommes de terre VS Nucléaire

Les premières lettres d’expropriation sont arrivées en 2019. Aujourd’hui, deux cent trente personnes sont sommées de vendre la totalité ou une partie de leur terrain à l’établissement public foncier (EPF) de Provence-Alpes-Côtes d’Azur. Le prix de revente est non négociable: un euro du mètre carré. Il s’agit de former une réserve foncière au nom de l’intérêt public.

Source : page facebook de la ZAP – Zone A Patates par Soulèvement de la terre Pertuis

Depuis 2012, Pertuis est déclaré espace stratégique en voie de mutation pour accueillir des entreprises qui devraient affluer suite au lancement du projet ITER – le réacteur thermonucléaire expérimental qui se construit à vingt kilomètres de là. Si aucune société lié à ITER n’a pour l’instant confirmé son souhait de s’installer sur la future zone d’activité de Pertuis, Roger Pellenc, maire de la commune depuis 2008, a d’autres projets.

Il se trouve être lui-même un industriel ambitieux. « Mon nom représente déjà trois entreprises sur Pertuis. Je considère que d’ici 2030, Pellenc sera le premier employeur local avec, en gros, 1000 emplois »[1] déclarait-il en janvier dernier sur LCP.

Si la mayonnaise nucléaire ne prend pas, l’avenir des administrés de Roger Pellenc – vingt milles âmes aujourd’hui – pourra se dessiner dans les futurs hangars de Pellenc SAS (qui fabrique des machines pour l’agriculture spécialisée telle que des vendangeuses mécaniques), Pellenc Selective Technology (spécialisé dans le recyclage) et Pellenc Energy (spécialisé dans les batteries électriques).

« Monsieur Pellenc voudrait faire des machines pour récolter des cornichons pour une entreprise américaine, du coup on va planter des cornichons ici ! On fait travailler ces terres incroyablement fertiles pour redonner à des réseaux de soutien locaux ou régionaux comme l’après M » continue Mirouf en marchant sur un petit ponton qui enjambe une tranchée d’irrigation gravitaire, un système ancestral qu’utilisent les agriculteurs installés en bord de Durance.

86 hectares de terres – pour certaines fertiles et cultivées par des agriculteurs depuis des générations – sont menacées par le projet d’extension de la zone d’activités commerciale. Nous longeons un verger dans lequel six zadistes d’une vingtaine d’années paillent des pommiers et des pruniers récemment plantés. Plus loin, des pierres bordent les parcelles où fèves et blé ont été semées – des cultures issues des journées conviviales organisées les dimanches sur la ZAP.

Source : page facebook de la ZAP – Zone A Patates par Soulèvement de la terre Pertuis

« Quand les riverains viennent nous aider à planter des arbres, ça donne un côté pérenne à ce que l’on fait. Le lien à la terre est important, et hormis les agriculteurs, beaucoup l’ont perdu. Et quand il n’y a plus ce lien à la terre j’ai l’impression qu’il y a moins d’affect. Ces journées collectives ravivent un peu tous ça et permettent de sortir du fatalisme vis à vis des décisions des personnes qui sont au dessus hiérarchiquement dans les prises de décision et dans les institutions. » analyse Marcelle, 23 ans, arrivée sur la ZAP en décembre dernier.

«Moi je vais d’un endroit à l’autre, je suis attaché à ces terres comme je pourrais être attaché à d’autres. Il y a toujours la question de la légitimité à être là. Parfois j’ai l’impression de profiter de cet espace, que l’issue n’est pas la même pour moi que pour les personnes qui vivent ici. Le rapport à l’illégalité peut parfois être compliqué mais quand les riverains viennent sur la ZAD, ils se rendent comptent qu’il s’y passe de belles choses au delà des préjugés. »

« S’IL N’Y AVAIT PAS DE TELS ENDROITS JE N’AURAI MÊME PAS ENVIE D’EXISTER » Auguste, Zadiste

Pour éviter que la petite ZAD ne s’étende, la mairie a fait détruire deux maisons voisines cédées à l’amiable par les propriétaires. Les maisons occupées illégalement devront être évacuées après la trêve hivernal, à partir du 31 mars.

En préparation de l’expulsion, les militants s’affairent à leurs propres constructions. Marcelle, occupée quelques minutes plus tôt à faire des mortaises sur la structure en bois d’une cabane en terre et de paille, continue :

« on s’organise, on construit, on apprend à lutter politiquement. C’est des choses que je n’avais jamais vécu ailleurs et c’est un mode de lutte qui m’épanouit. J’ai du mal avec la simple opposition sans proposer d’alternatives et je peux ici expérimenter différentes choses, dont la construction. Bien sûr ce sera peut-être un jour détruit mais les liens qu’on tissent avec les personnes sont eux permanents. Le fait de cultiver nos relations, de se suivre d’endroits en endroits, de s’organiser ensemble, c’est ça le plus important. »

Source : page facebook de la ZAP – Zone A Patates par Soulèvement de la terre Pertuis

Auguste, la cinquantaine, est lui aussi arrivé cet hiver: « J’ai vécu un peu partout, en Afrique, en France… La notion d’appartenance ne m’intéresse pas du tout. Pour moi la Terre on en a qu’une seule. On est tous concernés et responsable. Si il n’y avait pas de tels endroits dédiés à la lutte pour l’écologie du vivant, je crois que je n’aurai même pas envie d’exister. »

En France, on bétonne l’équivalent de 6 fois la surface de Paris chaque année[2]. A Pertuis, il est concrètement question de doubler l’actuelle surface de la zone d’activité économique alors que la loi Climat et Résilience – promulguée et publiée au journal officiel en août dernier – vise à mettre fin à la construction de centres commerciaux sur des territoires naturels ou agricoles et prévoit de diviser par deux l’artificialisation des sols en dix ans. Devant l’urgence climatique, la dissonance des décideurs et les effets irréversibles de certains aménagements, une question se dresse fatalement : l’heure est-elle encore à l’indignation ?

Paul Herincx

Notes

[1]https://lcp.fr/programmes/vues-de-france/la-guerre-des-terres-98477

[2] Selon l’observatoire national de la biodiversité

 

 

 

Donation



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.