par Federico Dezzani.

Au 57ème jour de la guerre russo-ukrainienne, le ministère russe de la Défense a annoncé la conquête de la ville de Marioupol. Il est temps d’analyser comment la campagne militaire a évolué au cours des deux derniers mois, comment elle pourrait évoluer dans un avenir proche et, surtout, quelles seront ses répercussions internationales : il est de plus en plus évident que les puissances anglo-saxonnes veulent utiliser le conflit pour affaiblir la Russie et, en même temps, déstabiliser l’Allemagne et l’Italie.

Une guerre par procuration tous azimuts

Un peu moins de deux mois après le début des hostilités russo-ukrainiennes, le ministère russe de la Défense a annoncé la conquête de la ville de Marioupol, qui compte environ 400 000 âmes et est située sur le littoral de la mer d’Azov : seul le grand complexe sidérurgique, qui fait partie du kombinat de l’acier construit dans le Donbass dans les années 1930, reste encore aux mains des troupes ukrainiennes désormais clairsemées, mais sa chute est une question de temps. La Russie a donc obtenu un premier résultat stratégique tangible : elle a recréé un pont terrestre avec la péninsule de Crimée (annexée en 2014) et transformé la mer d’Azov en un lac intérieur. Les frontières russes sont donc revenues, sur le front sud, à la conformation de la première moitié du XVIIIe siècle, lorsque l’empire tsariste a réussi à arracher la mer d’Azov aux Turcs et à entrer dans les mers chaudes.

Il est particulièrement utile de reconstituer comment la Russie est parvenue à ce résultat en l’espace de deux mois. Dans notre analyse effectuée au « jour -1 », nous avions supposé une campagne militaire de grande envergure, d’une durée de 30 à 40 jours, qui conduirait les Russes jusqu’au Dniepr et à partir Odessa jusqu’au Dniestr. Les faits montrent toutefois que cette option, une campagne militaire de grande envergure sur le territoire ukrainien, n’a jamais été envisagée par les stratèges russes qui pensaient à tort pouvoir se limiter à une « opération militaire spéciale » aux fins éminemment politiques, à savoir le renversement du gouvernement Zelensky et l’avènement d’une junte militaire qui rétablirait la coopération traditionnelle entre la Russie et l’Ukraine. Appeler les opérations qui ont duré du 25 février au 31 mars la « bataille de Kiev » est erroné : on peut tout au plus parler d’une « intimidation de Kiev », car les Russes n’ont jamais envisagé de conquérir la ville dans cette phase de la guerre. La « première phase » de la campagne militaire peut être résumée par l’appel lancé par Poutine aux militaires ukrainiens le 26 février 2022 pour qu’ils prennent le pouvoir et se débarrassent de la « bande de drogués et de néonazis », facilitant ainsi le début des négociations.

Ces calculs se sont révélés erronés, car Moscou a sous-estimé le degré de pénétration des puissances anglo-saxonnes dans l’appareil ukrainien : en huit ans (le temps écoulé entre la révolution colorée de 2014 et aujourd’hui), Londres et Washington ont eu les moyens de s’insinuer jusque dans le coin le plus caché de l’État et de l’armée ukrainiens, éliminant les éléments qui auraient pu accepter l’appel de Poutine et renverser Zelensky. À ce moment-là, les Russes se sont retrouvés dans une position militaire aussi inconfortable qu’improductive : une tête de pont autour de Kiev, alimentée avec de grandes difficultés logistiques par la Biélorussie et exposée à la guérilla des nationalistes ukrainiens. Tant qu’il y avait la possibilité d’un règlement politique du conflit (les négociations tenues en Biélorussie puis en Turquie), les Russes sont restés aux portes de Kiev. Une fois ce scénario écarté, ils se sont retirés en bon ordre du nord de l’Ukraine pour poursuivre des objectifs militaires plus concrets dans le sud-est de l’Ukraine : c’est la « phase deux », annoncée dans les derniers jours de mars. La nomination du général Aleksandr Dvornikov, déjà en charge des opérations militaires en Syrie, comme commandant unique du front ukrainien, annoncée le 9 avril, peut être considérée comme le tournant de la campagne, qui prend de moins en moins de connotations politiques et de plus en plus de connotations militaires. Il convient toutefois de noter que deux mois après l’ouverture du conflit, la Russie ne s’était pas encore lancée dans la destruction systématique des infrastructures ukrainiennes, qui, si une approche purement militaire avait été suivie, aurait dû avoir lieu dès les premières heures de la campagne.

La conquête de Marioupol (avec ses aciéries, photo ci-dessus) annoncée le 21 avril, avec le déploiement consécutif des troupes engagées dans la ville, devrait être le prodrome de la déjà célèbre « bataille du Donbass », dont les Russes ont jeté les bases en conquérant, le 24 mars, le saillant d’Izyum : sur le papier, elle se préfigure ainsi comme une grande tenaille qui, partant du nord et du sud, devrait se refermer sur la ville de Kramatosk. Les avantages que pourraient obtenir les Russes seraient multiples : la destruction de l’armée ukrainienne concentrée depuis le début des hostilités dans le Donbass (estimée à environ 40 000-60 000 unités) et l’affinement des futures frontières, de manière à rendre compacte la région à annexer à la Russie. Quoi qu’il en soit, même en cas de défaite sévère de l’armée ukrainienne, il est peu probable que la « bataille du Donbass » marque la fin des hostilités.

Les puissances anglo-saxonnes ont intérêt à prolonger le conflit le plus longtemps possible et, à cette fin, s’apprêtent à déverser de plus en plus d’armes en Ukraine pour alimenter la « résistance ». Le Royaume-Uni, en particulier, qui joue un rôle de premier plan en Ukraine, comme en témoigne le voyage de Johnson à Kiev le 9 avril, a promis d’envoyer des instructeurs, de l’artillerie, des missiles anti-navires Harpoon et même des véhicules blindés pour transporter les systèmes anti-aériens Starstreak. Cet activisme britannique s’explique par le fait que dans la « troisième guerre mondiale » menée par les puissances anglo-saxonnes contre les puissances continentales pour le contrôle du Rimland, le quadrant européen de l’Eurasie a été mis entre les mains de Londres, tandis que Washington et Canberra doivent se concentrer sur le Pacifique et la Chine.

Qu’est-ce que les puissances anglo-saxonnes espèrent gagner en prolongeant jusqu’au bout la guerre en Ukraine, à créer une nouvelle « Syrie » au cœur de l’Europe ? Comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises dans nos analyses, toute compréhension géopolitique des événements actuels doit englober l’Eurasie dans son ensemble et donc l’axe horizontal Chine-Russie-Allemagne (avec ses nombreuses branches verticales en Birmanie, au Pakistan, en Iran, en Italie, etc.). En prolongeant le conflit pour au moins toute l’année 2022, en jetant de plus en plus d’armes létales sur le théâtre ukrainien, les puissances maritimes anglo-saxonnes espèrent :

– affaiblir davantage la Russie, de manière à rendre possible la chute de Poutine et la relocalisation stratégique du pays dans une fonction anti-chinoise (ou du moins la disparition de la Russie en tant que facteur de puissance, dans le sillage d’une crise politique et d’un effondrement socio-économique) ;

– mener à bien la déstabilisation de l’Europe, en mettant un accent particulier sur l’Allemagne et l’Italie.

À plusieurs reprises, en effet, il a été souligné que les objectifs anglo-saxons de la guerre en Ukraine se situaient sur deux fronts : le russe et l’allemand. Les invectives de plus en plus violentes de Zelensky à l’encontre des dirigeants allemands, coupables de ne pas fournir suffisamment d’armes et de faire obstacle à l’embargo total sur la Russie, illustrent bien ce phénomène. En exacerbant le conflit en Ukraine et en le faisant traîner jusqu’à l’automne prochain, les Anglo-Américains espèrent imposer le blocus convoité sur les approvisionnements énergétiques en provenance de Russie, plongeant ainsi l’Allemagne et l’Italie, qui sont les plus dépendantes du gaz russe, dans une récession économique grave et prolongée. À ce moment-là, « l’axe médian » de l’Europe, qui a son prolongement naturel en Algérie et qui tend naturellement à converger vers la Russie et la Chine, serait jeté dans le chaos ou, du moins, sérieusement affaibli, également parce que les Anglo-Saxons travaillent activement à faire de la terre brûlée partout où les Italiens et les Allemands peuvent s’approvisionner, en Libye comme en Angola. Chaque missile Starstreak envoyé par les Britanniques en Ukraine est un missile visant à laisser l’Allemagne et l’Italie sans énergie: tout porte à croire que l’automne 2022 sera l’un des plus difficiles de mémoire d’homme.

source : Arianna Editrice

via Euro-Synergies



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.