C’est aux toujours très pertinentes éditions Delga
.
Et puis, vous ne serez pas dépaysés : de la mer Noire à la mer de Chine, il y a toujours les Ricains qui sauvent le monde libre.

Qu’on vous explique : un volumineux rapport (654 pages), diffusé en octobre 2021 par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, qui compte cinquante «  chercheurs » et un relais de l’OTAN, officier supérieur de l’armée des États-Unis) alerte sur les «  machiavéliennes  » opérations de la Chine et sur ses complices français, nommément dénoncés selon la méthode de McCarthy. Le Grand Soir y avait consacré quelques articles, mais ici il a été décidé d’y consacrer un véritable contre-rapport.

Parmi les auteurs, le vrai méchant dans le livre, l’ennemi public n° 1, ce n’est pas Anne-Laure Bonnel pour le coup, mais le journaliste Maxime Vivas. Qui donne sa version du Tibet et du Xinjiang, tout simplement parce qu’il y est allé. Dans le genre génie du mal, il doit avoir un talent inégalé car dans ce rapport 2021, il s’était fait épingler façon vaudou, sous toutes les coutures et pas moins de soixante-et-une fois. Par comparaison, Trump est cité six fois, Biden sept, ce qui fait de Maxime Vivas un personnage d’une importance galactique.

Aymeric Monville doit être jaloux de n’avoir été cité dans ce rapport otano-clownesque, comme éditeur machiavélique et sous influence des Chinois, que deux fois. Mais il s’est engagé à tout faire pour aggraver son cas.

Pour co-écrire, il y a Jean-Pierre Page, ancien responsable du Département international de la Cégète. Très «  monde d’avant  » : solidarité entre les peuples, lutte contre l’impérialisme, internationalisme prolétarien, des trucs comme ça, qu’on apprenait à l’école du Parti, à Draveil, mais ça a fermé.

Réponse à un rapport de l’Institut de recherche stratégique de l’armée, aux toujours très pertinentes éditions Delga
Et sinon, le scoop, c’est la préface du contre-amiral Claude Gaucherand : si, si, excusez du peu, et ça équivaut à général de brigade dans l’armée de terre. Officier de la légion d’honneur itou. Et en plus, il dit que ce rapport écrit contre nous c’est de la désinformation. Eh oui, l’OTAN n’a plus qu’à ramasser ses dents.

Dans le camp du bien, vous retrouvez Glucksmann junior, toujours dans les bons coups. Antoine Bondaz, qui, lui, couvre le marché Asie. Adrien Zenz, un grand maboul d’extrême droite, érigé en oracle par l’Occident quand il s’agit de diaboliser la Chine à coups de cérémonies exorcistes. Et quelques djihadistes financés, comme d’hab, par la CIA, et qui mijotent quelque chose dans ce qu’ils appellent le Turkestan oriental – que les Chinois s’obstinent à appeler Xinjiang –, afin que la démocratie version charia puisse enfin triompher du mal. Bref, vous ne serez pas dépaysés par rapport à la crise actuelle.

Donc, en attendant la prochaine croisade démocratique, quand on vous reprochera de manger avec des baguettes, d’aimer des pianistes répondant, par exemple, au nom étrange de Lang Lang et de ne pas vous demander chaque soir devant votre poste si Xi ne serait pas le nouvel Hitler, vous ne viendrez pas nous dire que vous ne saviez pas.

Vladimir MARCIAC

Pour commander le livre :
https://editionsdelga.fr/produit/les-divagations-des-antichinois-en-france/





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.