L’établissement de l’État espagnol serait composé des élites financières, commerciales, politiques, judiciaires, militaires, de la hiérarchie catholique, universitaires et des médias de masse de l’État espagnol, héritiers naturels de l’héritage du général Franco qui aurait englouti toutes les sphères de décision (selon la lecture du livre « Oligarchie financière et pouvoir politique en Espagne » écrit par l’ancien banquier Manuel Puerto Ducet).

gtrf

Pedro Sanchez

Ces lobbies de pression seraient interconnectés par « une alliance agitée basée sur leur communauté d’intérêts économiques et fusionnée par la défense acharnée du Régime de 1978 et l’unité indissoluble de l’Espagne ».

Pour sa part, le défunt régime franquiste aurait la Haute Cour nationale comme organe d’exécution et la Cour suprême comme barrage de confinement des ressources populaires contre la classe politique parasitaire et corrompue établie dans n’importe quel segment du pouvoir à travers le statut d’apprécié (lire les cas Rato et Cifuentes), les juges Lamela et Llarena comme leurs pions les plus importants et le juge Marchena comme grand prêtre de certains tribunaux qui seraient contrôlés par le soi-disant « clan des politiciens » selon les termes de l’ancien président de la Cour de justice, Ramón Trillo, se distinguant de la présidente de la Chambre criminelle du Tribunal national, Concepción Espejel, décorée en son temps par la présidente du PP de Castilla la Mancha, María Dolores de Cospedal).

En ce qui concerne le cas du procès, le juge de la Cour suprême Llarena serait chargé d’ordonner l’emprisonnement inconditionnel du vice-président Oriol Junqueras, des Jordis et des anciens ministres de la Generalitat pour des crimes présumés de sédition. Dans ce contexte, le rapport annuel d’Amnesty International sur les libertés en Espagne a clairement attesté « la dérive autocratique » de l’État espagnol après avoir constaté « des atteintes au droit de réunion pacifique, tant dans le domaine législatif que dans la pratique policière, usage excessif de la force en octobre 1 en Catalogne » ainsi que « la détention provisoire excessive et disproportionnée de Jordi Sànchez et Jordi Cuixart », des procédures légales et internationales pour provoquer un rejet populaire contre un opposant tout en maintenant une apparence de légalité ».

Ainsi, on parlerait de violations des règles de la procédure pénale telles que le manque d’impartialité du Jury, la violation du principe de proportionnalité, ne respectant pas l’immunité politique des élus ainsi que créant l’impuissance, hypothèses dans lesquelles il pourrait être encouru Jugement dans le macro procès contre les dirigeants de la procédure catalane et qui se terminera inévitablement devant la Cour européenne de Strasbourg.

L’espionnage est-il possible dans la démocratie espagnole sui generis ?

Au milieu de sa législature, Pedro Sánchez se serait réveillé avec un cygne noir inattendu qui aurait pu mettre fin à ses jours de vin et de roses à la Moncloa. Le terme « cygne noir » désigne un événement inattendu et imprévisible qui produit des conséquences à grande échelle et qui ne peut s’expliquer qu’a posteriori et dans le cas de Sánchez, ce cygne noir aurait pris la forme d’un complot d’espionnage secret pour le renverser du pouvoir, le soi-disant Catalangate. Ainsi, selon l’entité Citizen Lab basée à Toronto (Canada), Pere Aragonés et 62 indépendantistes catalans et basques se seraient fait pirater leurs conversations mobiles en 2019 à l’aide du logiciel Pegasus de la société israélienne NSO Group, un programme qui, selon le journal le Pays, aurait été acheté par le CNI pour 6 millions de dollars, donc tout pointerait vers les Services Secrets comme étant responsables dudit espionnage.

Cela a provoqué le gel des relations de l’ERC avec le gouvernement jusqu’à ce que « le gouvernement central assume ses responsabilités jusqu’aux dernières conséquences » selon les mots du président Pere Aragonés et couplé à la désaffection de United We Can après la décision personnelle de Pedro Sánchez d’augmenter sa contribution à l’OTAN, jusqu’à 2%, (ce qui signifierait inclure dans le budget de l’État pour 2023 un poste supplémentaire estimé à 10 000 millions d’euros), pourrait faire en sorte que Sánchez devienne orphelin du soutien parlementaire de United We Can en plus des groupes basques périphériques et Catalans pour la préparation des nouveaux budgets et contraints de convoquer des élections anticipées à l’automne, la victoire du nouveau CEDA représenté par le PP et Vox étant prévisible (après avoir absorbé l’épave de Ciudadanos).

De même, au cas où le nouveau CEDA, représenté par PP et Vox, remporterait les élections, on assisterait à la mise en place d’une nouvelle Doctrine Autonome qui consisterait en la mise en place d’un État basé sur le « café pour tous » sui generis et ce sera un missile sur la ligne de flottaison de la survie des régimes régionaux différenciés basque et navarrais et de leur capacité d’autogestion. Cela signifiera vider « de facto » de leur contenu les pouvoirs législatifs des Parlements foraux basco-navarrais, des mesures restrictives qui pourraient transformer à la fois le Pays basque et la Navarre en gouvernements autonomes dévalués, corsetés et soumis aux diktats du gouvernement central ou constitutionnel. Cour de garde, ce qui pourrait conduire à l’ouverture du Front Nord face à la régression centralisatrice du Gouvernement de Madrid.

Pour sa part, le gouvernement catalan, face à l’impossibilité légale d’organiser un référendum sur l’autodétermination de la Catalogne, relancera l’impulsion avec l’État central avec la déclaration de la DUI (Déclaration unilatérale d’indépendance) et attendra la suite mise en œuvre par le gouvernement central des 155 qui le ferait apparaître aux yeux du monde comme une victime de l’État totalitaire espagnol.

Germán Gorraiz López est un analyste politique



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.