Vendredi 13 mars 2020, deux jours avant le premier tour des élections municipales, les activistes d’ANV-COP2 donnaient rendez-vous à Emmanuel Macron devant l’Élysée, avec les portraits présidentiels réquisitionnés dans les mairies.

28 avril 2022 à 12h41,

Durée de lecture : 1 minute

Climat
Luttes

La cour d’appel de Toulouse a confirmé la relaxe de huit activistes du climat, mercredi 27 avril. Ils avaient participé à des actions de désobéissance civile consistant à décrocher le portrait présidentiel d’Emmanuel Macron dans plusieurs mairies de Gironde pour dénoncer son inaction climatique.

Ils avaient été condamnés à Bordeaux, en 2019, en première instance, puis en appel en 2020. Mais la Cour de cassation a annulé leur condamnation en septembre 2021, au nom de la liberté d’expression. Elle a notamment jugé que « dans certaines circonstances particulières, le fait d’incriminer et de punir le comportement d’un individu peut porter une atteinte excessive à la liberté d’expression garantie par la Convention européenne des droits de l’Homme ». La cour d’appel de Toulouse vient de confirmer ce jugement.

« On doit accentuer notre résistance »

Les activistes y voient une légitimation de leur message qui « met en lumière l’inaction climatique et sociale de la France sous la présidence Macron. On ne peut pas se permettre de repartir pour cinq ans de gouvernement anticlimat et antisocial, on doit accentuer notre résistance », estime Éric Payen d’ANVCOP21 Gironde dans un communiqué.

En tout, quarante-quatre procès liés aux décrochages de portraits ont déjà eu lieu, et d’autres sont encore en cours. Prochaine échéance : le 18 mai. La Cour de cassation rendra sa décision pour douze activistes climat de Valence, Strasbourg et Paris.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.