Pour la masse des Français qui acclamait Pétain à Paris à quelques semaines de la Libération, les Résistants avaient beaucoup de torts. Et pour commencer, c’est à cause d’eux qu’il y avait des otages fusillés, en représailles. La masse des colllabos, les prosternés devant les bottes bien cirés, les (…)

Editorial



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.