La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré que son gouvernement était favorable à la création d’une « OTAN mondiale » capable de garantir la défense de Taïwan et de la région Pacifique au sens large, appelant à une action préventive contre les agresseurs potentiels.

Dans une allocution prononcée mercredi dans le cadre de la politique étrangère du Royaume-Uni, Mme Truss a déclaré que Londres rejetait le « faux choix entre la sécurité euro-atlantique et la sécurité indo-pacifique », affirmant au contraire que « nous avons besoin des deux ».

« Je veux dire que l’OTAN doit avoir une perspective mondiale, prête à faire face aux menaces mondiales », a-t-elle poursuivi. « Nous devons devancer les menaces dans l’Indo-Pacifique, en travaillant avec des alliés comme le Japon et l’Australie pour faire en sorte que le Pacifique soit protégé. Et nous devons veiller à ce que des démocraties comme Taïwan soient en mesure de se défendre. »

Bien que la responsable n’ait pas précisé le type de soutien qu’elle souhaite apporter à Taipei ou ce qu’elle envisage pour une alliance militaire engagée au niveau mondial, le discours de Mme Truss reflète les remarques faites par le Premier ministre britannique Boris Johnson au début de l’année, lorsqu’il a déclaré que la portée de l’OTAN devait être étendue à la région indo-pacifique.

Le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont déjà des partenaires mondiaux de l’OTAN – chacun étant désigné comme un « allié majeur non membre de l’OTAN » par Washington – tandis que d’autres organisations de sécurité remplissent des fonctions similaires dans la région indo-pacifique. L’alliance quadrilatérale, composée des États-Unis, de l’Inde, du Japon et de l’Australie, est souvent surnommée « l’OTAN asiatique » et existe en grande partie pour contrer la Chine. Elle a envisagé de permettre à d’autres États de la région de la rejoindre pour créer un « Quad Plus », parmi lesquels la Corée du Sud, le Vietnam et la Nouvelle-Zélande.

Le collectif tripartite AUKUS, quant à lui, a vu Washington, Canberra et Londres unir leurs forces pour renforcer les défenses de la région, notamment par le partage d’informations nucléaires. À l’instar de la Quadrilatérale, ce groupement aurait également réfléchi à l’opportunité de s’élargir à d’autres pays comme le Japon.

Ces derniers mois, plusieurs membres du bloc de l’OTAN ont mené des missions de « liberté de navigation » dans le Pacifique pour soutenir les revendications territoriales reconnues par les États-Unis et leurs alliés occidentaux, notamment celles de Taïwan.

Alors que Downing Street et la Maison Blanche qualifient fréquemment de défensives les activités militaires dans la région contestée, Pékin considère ces opérations comme des intrusions agressives sur son territoire.

Depuis l’entrée en fonction du président Joe Biden, les navires de guerre américains effectuent des traversées quasi mensuelles dans le détroit de Taïwan, s’attirant à plusieurs reprises l’ire des responsables chinois. À la suite de la dernière mission effectuée en début de semaine, l’Armée populaire de libération a une nouvelle fois condamné cette initiative, la qualifiant de « provocation qui porte atteinte à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan ». Le Royaume-Uni avait cessé de mener de telles opérations en 2008, mais il a effectué en septembre dernier son premier transit militaire par le détroit en plus de dix ans.

En cherchant à créer une coalition militaire mondiale capable de projeter sa puissance à travers le Pacifique, M. Truss pourrait trouver un partenaire dans le président élu de la Corée du Sud, Yoon Suk-yeol, qui étudie actuellement la possibilité de rejoindre les organisations Quad et AUKUS. Yoon a adopté une position plus belliqueuse que son prédécesseur à l’égard de la Chine et de la Corée du Nord, et a même exhorté Washington à redéployer des bombardiers nucléaires et des sous-marins dans la péninsule coréenne au début du mois.

Source : https://www.zerohedge.com/markets/uk-wants-global-nato-capable-defending-pacific

Traduction : https://exoconscience.com





Source:

One thought on “Le Royaume-Uni veut une “OTAN mondiale” capable de défendre le Pacifique”
  1. Ce sont des surenchères verbales, qui montrent à quelle vitesse phénoménale l’équilibre de la terreur a changé de camp, alors les comportements et déclarations aberrants même si ils vont se succéder parce que le personnel politique qui sert le camp occidental est le plus stupide qui soit, nous ne devons y voir que la peur évidente qui s’y manifestent.
    Nous découvrons ensemble la stupidité dans laquelle étaient enfermées la prétentieuse intelligence occidentale, qui, ayant bâtis toute sa connaissance sur le témoignage et la soi-disant expérience de la quasi toujours même lumière terrestre et intersidérale élue plénipotentiaire divine, se retrouve aujourd’hui dans l’impossibilité de se défaire de l’autorité de cet autrui pour pouvoir penser pour elle-même.
    Le fondement de cette intelligence est alors fait de préjugés, de sorte que son assentiment à l’égard de sa perception et son jugement rationnel lui font systématiquement admettre qu’elle est dans la certitude, cette sorte d’état d’esprit qui tient sans réserve pour vrai ce qu’il juge.
    Ce sont, les disciples des “Grands Hommes”.
    Face à eux, s’opposent des esprits qui pensent, et par conséquent ont la faculté de connaître, au sens de discerner, avant de juger.
    Ce sont deux Écoles du fonctionnement de l’esprit et de la pensée, l’une est déjà morte tandis que l’autre prend le relai afin de pérenniser la continuité de la vie naturelle et terrestre.
    Actuellement, la première école agit comme ces proies qui déploient tout ce dont elles disposent de corpulence pour effrayer leur prédateur, mais, cela ne change fondamentalement pas leur nature et l’issue est écrite.
    La même école, au début de ces évènements en Ukraine, a dépensé plusieurs milliards en matériels pour influer sur l’action en cours, peine perdue, l’effort est soit parti en fumée, soit a été capté.
    Peu importe, on ajoute encore plus de milliards dans la même méthode, on forme de manière accélérée des gens qui n’étaient destinés à accomplir là, avec l’espoir qu’ils auront toute la hargne qu’il faut pour évacuer la menace.
    Mais, ces gens ne vont pas combattre d’autres fantassins, mais des missiles puissamment destructeurs, que peuvent-ils faire avec leurs petits corps contre ça?
    Celles et ceux qui survivront, effectivement auront affaire à des troupes au sol, mais, celles-là, encore plus qu’elles, depuis des années vivent dans l’angoisse de se faire dévorer, le rapport de détermination ne sera malheureusement pas à l’avantage des novices.
    Là, on dit, il faut créer une force mondiale (de perdants).
    Ça prend du temps, des efforts industriels et logistiques faramineux, disposent-ils de ce temps?
    Il faudra moins de temps à Poutine pour finir l’entrainement des Libanais et Syriens à l’utilisation des S500 et autres et, il n’est question ici que de ceux-là.
    Celles et ceux qui vivent à Taïwan aujourd’hui, doivent être éminemment soucieux de l’avenir, parce que si on voulait donner à la Chine des raisons pour ne pas tarder à faire sa réunification, on s’y serait pas mieux pris.
    Si, on persiste dans ce raisonnement, rapidement, on voit que, nous qui sommes dans le camp de la première école, la proposition que celle-ci nous fait, c’est de vivre dans la misère et le désespoir en ayant agit pour des principes qui ne se défendent plus en réalité, en tous cas, pas par nous, puisque chaque acte que nous posons dans nos quotidiens sont, malgré le semblant de docilité et d’obéissance, défiants par rapport à ceux dont nous sommes les obligés.
    Combattre, la Russie, la Chine et leurs alliés, c’est nous priver de quasiment tout ce qui fait actuellement notre relatif bonheur.
    Nos peuples, occidentaux, quoi qu’on dise ou fasse, ne sont plus ceux qui admettent qu’il leur faut absolument s’approprier les biens d’autrui pour rester exclus de la misère et la ruine que nous leur laisserions, nous ne sommes plus ça.
    Nous voulons le bonheur d’autrui autant que le nôtre et sommes absolument majoritaires pour un partage équitable de tous les bienfaits que la vie sur Terre peut nous procurer.
    C’est totalement en opposition avec les les propositions isolationnistes qui nous sont faites par notre école de pensée, qui prétend à l’universalité, mais, de la captation et conservation des biens d’autrui.
    En conclusion, notre “élite” intellectuelle est défaite, où qu’elle aille, quoi qu’elle fasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.