Les gouvernements pro-censure s’unissent.

Les États-Unis et 60 pays partenaires, dont le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et des membres de l’Union européenne (UE), ont signé une vaste « Déclaration pour le futur de l’Internet » qui s’engage à renforcer la « résistance à la désinformation et à la mésinformation » et, d’une certaine manière, à défendre la liberté d’expression tout en censurant les contenus « préjudiciables ».

La Maison Blanche a présenté la déclaration comme un instrument de soutien à la liberté et à la vie privée en mettant l’accent sur ses engagements à protéger les droits de l’homme, la libre circulation de l’information et la vie privée. L’UE a publié des points de discussion similaires et a affirmé que les signataires de la déclaration soutenaient un futur Internet ouvert, libre, mondial, interopérable, fiable et sécurisé.

Toutefois, les engagements contenus dans la déclaration sont vagues et souvent contradictoires. Par exemple, la déclaration s’engage à plusieurs reprises à défendre la liberté d’expression, mais s’engage également à renforcer la « résistance à la désinformation et à la mésinformation ». Elle contient également l’engagement apparemment contradictoire de veiller à ce que « le droit à la liberté d’expression » soit protégé lorsque les gouvernements et les plateformes censurent des contenus qu’ils jugent nuisibles.

En outre, bon nombre des gouvernements qui ont signé cette déclaration font actuellement pression en faveur de lois radicales sur la censure en ligne ou soutiennent ouvertement la censure en ligne.

Par exemple, il y a quelques jours à peine, l’administration Biden a demandé aux entreprises privées de censurer la « désinformation » en ligne, ce qui est le dernier d’une longue série d’appels similaires. L’UE a également adopté récemment sa loi sur les services numériques (Digital Services Act, DSA), qui prévoit la censure des « discours de haine » et de la « désinformation ».

Certains responsables gouvernementaux, dont le ministre canadien de l’Innovation, de la Science et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, et la secrétaire d’État britannique au Numérique, à la Culture, aux Médias et au Sport (DCMS), Nadine Dorries, ont même mentionné les lois de censure en ligne de leur pays lors du lancement en direct de cette Déclaration pour le futur de l’Internet.

« La vision décrite dans cette déclaration s’aligne très bien sur les nombreuses initiatives sur lesquelles nous travaillons ici au Canada, notamment notre Charte numérique », a déclaré M. Champagne.

La Charte numérique du Canada a été lancée en 2019 et menace les plateformes de « conséquences financières significatives » si elles ne parviennent pas à lutter contre la « haine » et la « désinformation » en ligne ».

« Je suis énormément encouragée de voir que la sécurité en ligne est un principe clé de cette déclaration »a déclaré Dorries. « En tant que secrétaire d’État britannique au numérique, faire davantage pour protéger les personnes en ligne est l’une de mes principales priorités – et le mois dernier, j’ai été fière de présenter au Parlement britannique un projet de loi novateur sur la sécurité en ligne qui rendra l’internet plus sûr pour tous. »

Le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne donnera au gouvernement des pouvoirs de censure étendus, censurera certains contenus « légaux mais nuisibles » et criminalisera les communications « nuisibles » et « fausses ».

À l’instar des engagements en matière de liberté d’expression, les engagements de la déclaration en matière de vie privée sont également pris par des gouvernements qui pratiquent ou autorisent la surveillance de masse.

Par exemple, l’Union européenne autorise l’interconnexion des bases de données de reconnaissance faciale pour créer un système de méga-surveillance. Le Federal Bureau of Investigation (FBI) a récemment renforcé sa technologie de surveillance des médias sociaux. Et la commissaire sortante de la police métropolitaine de Londres s’est récemment félicitée de l’extension de l’État de surveillance.

Bien que les signataires actuels de cette déclaration soient des gouvernements, la Maison Blanche prévoit de travailler avec « le secteur privé, les organisations internationales, la communauté technique, le monde universitaire et la société civile, ainsi que d’autres parties prenantes pertinentes dans le monde entier, afin de promouvoir, d’encourager et de réaliser » la « vision commune » de cette déclaration sur le futur de l’internet.

Les grandes entreprises technologiques telles que Facebook et Google ont déjà salué cette déclaration.

« C’est formidable de voir les pays se réunir aujourd’hui pour lancer la Déclaration pour le futur de l’Internet (DFI) », a écrit Karan Bhatia, vice-président des affaires gouvernementales et des politiques publiques de Google, dans un billet de blog« Nous nous engageons à collaborer avec les gouvernements et la société civile par le biais de la Déclaration pour perturber les campagnes de désinformation et les activités malveillantes étrangères, tout en veillant à ce que les gens du monde entier puissent accéder à des informations dignes de confiance. »

Google et sa plateforme de partage de vidéos YouTube ont utilisé le terme de désinformation pour justifier la censure massive de contenus. De plus, l’engagement de Bhatia à garantir l’accès à des « informations dignes de confiance » fait écho à l’engagement de YouTube à booster les « sources d’autorité » – une pratique qui crée une énorme disparité entre les médias grand public et les créateurs indépendants et qui a pour conséquence que les médias grand public sont artificiellement boostés jusqu’à 20 fois.

« Cette déclaration est un signal important envoyé par certaines des principales démocraties du monde », a tweeté Nick Clegg, le président des affaires mondiales de Meta, la société mère de Facebook. « La seule façon de préserver et d’améliorer le meilleur de l’internet ouvert, de l’empêcher de se fragmenter davantage et de protéger les droits de l’homme dans l’espace numérique est de travailler ensemble. »

Alors que la déclaration de Clegg se concentre sur l’internet ouvert et la protection des droits de l’homme, Meta censure également en masse le contenu sur ses plateformes et prévoit de poursuivre cette censure dans son métavers.

Et malgré l’engagement de la déclaration en faveur de la vie privée, les activités de Google et de Meta reposent largement sur la surveillance des utilisateurs pour diffuser des publicités ciblées.

La liste actuelle des pays qui ont approuvé cette Déclaration pour le futur de l’Internet comprend l’Albanie, Andorre, l’Argentine, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Cabo Verde, le Canada, la Colombie, le Costa Rica, la Croatie, Chypre, la République tchèque, le Danemark, la République dominicaine, l’Estonie, la Commission européenne, la Finlande, la France, la Géorgie, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Kenya, Kosovo, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Maldives, Malte, Îles Marshall, Micronésie, Moldavie, Monténégro, Niger, Macédoine du Nord, Palau, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pérou, Pologne, Portugal, Roumanie, Sénégal, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Taiwan, Trinité-et-Tobago, Royaume-Uni, Ukraine et Uruguay.

La déclaration n’est pas juridiquement contraignante, mais elle est destinée à servir de « référence aux décideurs publics, ainsi qu’aux citoyens, aux entreprises et aux organisations de la société civile ». Les signataires ont également l’intention de traduire ses principes en « politiques et actions concrètes ; et de travailler ensemble pour promouvoir cette vision au niveau mondial ».

Nous avons obtenu une copie de la Déclaration pour le futur de l’Internet pour vous ici.

Source : https://reclaimthenet.org/60-countries-sign-declaration-misinformation/

Traduction : https://exoconscience.com



Source:

One thought on “60 pays signent une déclaration dans laquelle ils s’engagent à renforcer la « résistance à la désinformation et à la mésinformation »”
  1. Ces gens ont tout simplement peur de leurs citoyens et feront tout ce qu’ils pourront pour ne pas finir lynchés par les foules.
    Ils n’ont pas cessé de flatter les peuples avec la “Démocratie”, maintenant qu’ils se rendent compte que les outils qu’ils pensaient destiner à plus contenir, surveiller, idiotiser, avilir, distraire, étourdir, diviser, pour finalement maintenir en esclavage permanent et dominer intemporellement ces peuples, que cette plèbe bimane est réellement moins bête que ce qu’ils se figurait, qu’elle s’est emparée desdits outils et en a fait une arme, à laquelle ils ne croyaient en l’existence, puisqu’eux-mêmes en sont dépourvus, une, Conscience.
    Rien de pire ne pouvait leur arriver pour contrarier et rendre irréalistes leur projet de domination totale, sur tout.
    C’est toute la pensée nietzschienne qui veut s’exprimer là, le monde blanc qui se retranche, se replie, se rabougrit sur lui-même, extirpé du meilleur en lui, la morale et la foi.
    Un monde fait, d’expériences et de soi-disant innovations qui toutes finissent toutes à la poubelle au bout d’un certain temps, parce qu’elles ne sont que le pourrissement de la Vie elle-même.
    Depuis des années, ils n’ont cessé de faire pour nous de l’Église un immense repaire pédophile, de la Mosquée, celui du fanatisme.
    Ils nous croyaient déjà à terre, mais voilà, nous sommes debout.
    Conscients! au sens de connaissance de nous-mêmes.
    Ils voulaient nous uniformiser, or, nous avons éclaté entre leurs mains en un bourgeon d’une fleur magnifique à venir.
    Ô, désespoir sur eux, tel Nietzsche, ils auraient tant voulu nous voir débarrassés de nos costumes nationaux, à savoir, nos valeurs, notre sens moral, nos coutumes et traditions, tout ce qui rend chacun de nos peuples beau dans l’unicité commune, le contraire d’une universalisme dégradé actuellement vendu où tout est semblable et les identités effacées.
    Ainsi, il est très facile de comprendre pourquoi pour eux, l’habit musulman est une expression politique, il contrarie effectivement l’allant du projet qu’ils portent, alors il leur faut nous faire, le détester.
    Tout n’est que racisme ici, leur monde se voudrait une perpétuation de la Grèce et la Rome anciennes, où ce foutu judaïsme qui n’est père de rien ni de personne, sauf du Mensonge, régnerait en maître absolu.
    D’où viennent les Grecs et les Romains, question jamais posée car la résoudre c’est effondrer le Mensonge sur lui-même.
    Cette soi-disant résistance à désinformation et mésinformation signée par soixante pays, d’ailleurs, je ne savais pas que la Commission européenne en était un… dedans on voit qu’il y a des entités noires, ce qui donne une image moins raciste de l’idée, mais, ce sont des pays où des affameurs sont à le tête de peuples aux sols riches pour certains, et tellement petits pour d’autres que l’impolitesse les qualifierait d’insignifiants, mais, où sont les pays musulmans sans lesquels nos sociétés humaines seraient à l’arrêt économiquement et industriellement de par notre dépendance à tout ce qu’ils ont à offrir, ils ne sont pas concernés, où sont la Chine, l’Inde, la Russie et les autres?
    C’est la démonstration des valeurs qui sont portées par le conglomérat qui a la volonté de nous imposer sa conception, sa vision du monde dominateur tel qu’il en rêve, est généalogique.
    Ils y étaient presque, la soi-disant Europe unifiée, effectivement, dedans, on doit convenir à la désagrégation des États-nation, mais, quelle est la nature réelle de l’entité politique qui les remplace, mystère, on sait pas, nulles réponses là-dessus.
    Cette guerre en Ukraine, ça n’est rien d’autre qu’un stop posé à l’aventure folle et effrénée d’un monde blanc dans lequel, certains, ivres du pouvoir et de l’argent mal acquis qu’ils y ont amassé, voudraient mener tous les autres sans savoir quelle est la destination finale, puisqu’ils sont incapables de savoir avec justesse de quoi sera faite l’heure suivante.
    Ils ont peur de nous parce que nous sommes capables de comprendre ce qu’ils font et où ils vont dans leur folie.
    Ils ont peur de nous parce que nous avons Conscience que tous leurs plans révélés, nous pouvons les déjouer sans qu’ils puissent anticiper la moindre de nos actions avant qu’elles ne soient.
    Ils ont peur de nous, parce qu’unis, ils n’ont pas la moindre possibilité de nous imposer quoi que ce soit que nous ne voudrions pas.
    Ils ne peuvent pas gagner et ils ne vont pas gagner, parce que nous sommes là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.