Source Aphadolie

Le rouble devait s’effondrer d’après Bruno Le Maire début mars. C’est l’euro qui s’effondre.

Saluons ce génie de l’économie.

Le 24 mars, Emmanuel Macron expliquait que la Russie était en cessation de paiement. Un mois plus tard, on peut dire que le Mozart de la finance est un gros nul en économie couplé d’un mythomane. C’est plutôt le Beethoven de la dette !

C’est un risque énorme d’avoir de tels incapables aux finances dans une période si troublée.

L’UE va une fois de plus ruiner l’Europe avec la folie sur le gaz. Condamner l’invasion en Ukraine, oui.

Se suicider économiquement et faire souffrir nos populations, non.

Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne et Volodymyr Zelensky, Président de l’Ukraine

« Ursula von der Leyen défend même plus les intérêts américains, c’est un peu l’historique dans sa famille, que les intérêts allemands ou européens et c’est finalement la plus va-t-en-guerre.

« Elle s’est permise de décider de livraison d’arme à l’Ukraine hors de tout traité et mandat, c’est une sorte de coup d’État… »

Charles-Henri Gallois, Président du Mouvement « Génération Frexit »

Lire la suite

Source Aphadolie

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source:

One thought on “le rouble devait s’effondrer. C’est l’euro qui s’effondre ! – Charles-Henri Gallois, Président Génération Frexit – Les moutons enragés”
  1. Il serait peut-être temps d’ouvrir les yeux et de comprendre que les Américains n’en ont strictement rien à foutre de nos gueules et nos pays, pour eux, c’est la Commission européenne leur interlocuteur.
    Nous-mêmes sommes quand même un peu cons à toujours continuer à jouer aux dindons, nous ne pouvons pas d’élections en élections voir nos rangs constamment augmenter, malgré que nos idées et notre volonté soient les plus stigmatisés dans ce pays, des fachos, et ne pas avoir déjà pris la rue pour nous imposer.
    Quitte à créer la guerre civile ou tout ce comme les mollusques qualifieront l’expression de notre colère, tant que nous restons dans nos foyers gentiment à attendre on ne sait quoi, rien ne se produira et tout ce que nous détestons nous sera imposé.
    À un moment il faut s’engager, de la même manière que ce fut le cas pour les Gilets jaunes, sans leaders, mais là en étant des nationalistes patriotes aux idées et volontés affirmées.
    Nos ennemis fédèrent les faibles et les ignares indécis contre nous et nous leur laissons le pouvoir avec ça.
    Qu’on le nomme, bolchévisme, finance internationale, Davos… ou je ne sais quoi, il n’y a qu’un seul et unique ennemi derrière tout ça, aucun besoin de le nommer, chacun sait qui il est.
    La vieille légende qui voudrait que sans cet ennemi sur notre territoire le pays serait effondré économiquement, il n’y a plus aucune raison d’y croire, le monde nouveau et ses réalités démontrent que c’est de le conserver auprès de nous qui nous appauvrie, alors il serait peut-être temps de laisser les inférences là où elles sont pour aller dans la réalité concrète.
    Tout a déjà été dit et démontré par le passé, alors que nos sociétés humaines n’étaient même pas aussi instruites qu’elles le sont aujourd’hui, celles-là comprenaient pourtant aisément que leur maintient dans l’esclavage du prêt à intérêt était le pire qu’elles puissent vivre.
    Nous, à une époque soi-disant si évoluée, nous nous rendons volontaires à cet esclavage, qui est le plus à blâmer?
    Quand nous voudrons réellement mettre un terme aux rapines successives dont nous sommes toujours les victimes tout au long de nos vies et même après notre mort, quand nous laisserons aux idiots qui croient aux fables qu’on leur a raconté sur l’histoire de l’aventure humaine s’extasier à dorer leur connerie, pour enfin se mettre en action afin de reprendre en main le cours de nos existences, nous verrons à quelle vitesse la vermine décampera d’elle-même devant nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.