Interrogé par le média Financial Times, Bill Gates fustige le financement très insuffisant alloué aux institutions sanitaires et prévient que le prochain variant du Coronavirus risque d’être plus transmissible et plus mortel

Deux ans après l’arrivée de la pandémie à Coronavirus, une autre pandémie semble être en cours. En tout cas, Bill Gates, richissime milliardaire, prévient le monde. Pour lui, le prochain variant du Covid sera plus “transmissible”, voire “plus mortel”. C’est qu’il a fait savoir dans une interview accordée au Financial Times.

Dans l’interview accordée au puissant média anglo-saxon, le philanthrope y abordait la question du financement des institutions sanitaires en vue de prévenir les prochaines pandémies. L’ex mari de Melinda Gates n’a pas manqué de s’en prendre à l’OMS, jugeant que le financement dont elle bénéficie pour lutter contre les pandémie n’est pas du tout sérieux.

“Le financement actuel alloué à l’OMS n’est pas du tout sérieux”, déplore-t-il. Parlant des risques que le Coronavirus génère un variant plus mortel, le milliardaire américain ne mâche pas ses mots. “Nous sommes face aux risques de voir cette pandémie générer un variant qui serait plus transmissible et voire plus mortel. C’est peu probable. Je ne voudrais pas être pessimiste, mais il y a 5% de risque que nous n’ayons pas encore vu le pire de cette pandémie”, prévient-il.

Bill Gates est-il informé de l’arrivée d’une nouvelle  pandémie? Rien ne permet de confirmer cette thèse. Cependant, ces prédictions devraient faire trembler plus d’un. En tout cas, ce 01 mai, dans une tribune intitulée “Faisons de cette pandémie la dernière”, postée sur son site officiel et lue par Lecourrier-du-soir.com, il prodigue quelques conseils pour éviter le pire.

Ainsi, l’ex patron de Microsoft invite les gouvernements du monde à mettre l’accent sur trois points : la fabrication et la livraison de meilleurs outils de lutte contre les prochaines pandémie, l’amélioration des moyens de surveillance des pandémies et le renforcement des systèmes sanitaires.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.