Après le refus de Valérie Rabault d’être nommée Première ministre, Emmanuel Macron risque gros. Car, d’après les informations obtenues par Lecourrier-du-soir.com, Jean Castex lui a aussi notifié son refus catégorique de prolonger son bail à Matignon

Sale temps pour Macron. Alors que son investiture est prévue ce 07 mai, le plus jeune président de la Vème République qui vient de remporter une victoire éclatante à la présidentielle risque de subir une claque aux législatives en raison de la forte mobilisation des partis de gauche autour de la France Insoumise.

Mais, apparemment, ce ne serait pas la seule menace qui le guette. Le président de la République risque aussi de se retrouver dans une situation extrêmement complexe pour trouver un premier ministre. En effet, après le refus de Valérie Rabault, députée socialiste, d’être nommée cheffe de gouvernement, c’est désormais l’actuel premier ministre qui refuserait de rester à son poste, un peu plus longtemps que prévu.

“Ce n’était pas le deal”

C’est du moins l’information rapportée ce 29 avril par L’Opinion. Ainsi, si l’on en croit cette source, Jean Castex a catégoriquement refusé la proposition de Macron de prolonger son bail, arguant que “ce n’était pas le deal”. “Alors que tout Paris spécule sur l’identité du futur Premier ministre, le Président a demandé au locataire de Matignon de prolonger son bail. Celui-ci a refusé”, révèle L’Opinion.

Il faut dire que le refus de Castex de rester à son poste est un coup d’autant plus dur qu’Emmanuel Macron doit entamer son quinquennat dès le 08 mai au lendemain de son investiture. Mais, le plus grave dans cette affaire est que le président joue son avenir politique dans les législatives à venir et pourrait se retrouver avec un Premier ministre anticapitaliste tel que Mélenchon qui lui mettra les bâtons dans les roues.

En tout cas, au moment où ces lignes sont écrites, aucun nom n’a encore surgi dans la presse. La spéculation, pendant ce temps, bat son plein. Qui sera le prochain ou la prochaine cheffe de gouvernement d’Emmanuel Macron? Time will tell (l’avenir nous le dira).

En tout cas, le refus de Castex n’a pas manqué de susciter des réactions sur les réseaux sociaux.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.