A la réflexion, il suffirait de pas grand chose pour obtenir l’asile pour Assange en France… Disons un éditorial bien senti dans Le Monde, avec un titre barrant la première page. Idem, disons, avec le Figaro, et bien senti aussi. Pas grand chose, quoi. Un peu de dignité journalistique retrouvée, un texte bien léché comme ils l’ont appris à l’école, et voilà. Pas de “s’il vous plaît”, pas de “ce serait bien si”. Non, vraiment pas grand chose.

Il suffirait de pas grand chose pour obtenir l’abandon des charges par le Département de Justice des Etats-Unis. Le New York Times, et le Washington Post, qui tous deux ont bien profité des révélations de Wikileaks, pourraient s’y mettre. Non pas avec des “appels”, non pas avec des “opinions”, mais avec une déclaration de casus bellum en bonne et due forme adressée à l’administration Biden.

Ouvrir son ordinateur, rédiger le texte, le faire publier. Et voilà. Le lendemain, comme tous les jours, ils mèneront leur petites vies pépères de journalistes sédentaires. Non, vraiment pas grand chose.

Mais pour cela, il faudrait que se produise un léger basculement de leur conscience, une petite poussée d’intégrité. Ouais… autant parier sur un miracle.

Et dire qu’il suffirait de presque rien.

Viktor Dedaj





Source:

One thought on “Il suffirait de presque rien… — Viktor DEDAJ”
  1. C’est pas possible aujourd’hui, ce qui reste de l’ancien monde est trop sale pour que la netteté puisse déjà s’imposer.
    Assange est déjà un Martyr, il va devoir ascensionner son Golgotha après avoir porté sa croix et finir en Saint ayant délivré à ses frère et sœurs la vérité sur l’ignoble criminel qu’est le-père-la morale-dumonde-américain, il partira pur, absout de tout, nous laissant à nous tout le poids sur les épaules.
    Je garde espoir pour lui, mais, je n’ai aucune illusion, ceux qui se vengent là, sont ignorants à la compassion et l’amour.
    À ce propos, j’ai visionné hier une vidéo comme j’en ai vu beaucoup depuis le début de cette tragédie, non par voyeurisme, car c’est l’eau salée du monde qui s’écoule en moi à chaque fois, car des Hommes meurent, pitoyablement, non pas pour ça, mais il me faut les voir pour ne pas que ma colère explose inutilement, qu’au contraire je redimensionne le calme en moi, bref, cette vidéo, plus que les autres qui pourtant rivalisaient toutes en horreur entre elles, elle n’est pas passée, elle ne passe pas.
    C’est celle où, je ne sais pas comment les nommer les quatre, seul le Père saura, c’est celle où l’on voit un soldat russe se faire crucifier et brûler vif sur la croix.
    J’ai eu beau recommander son âmes dans mes prières, que ce soit hier ou aujourd’hui, c’est pas suffisant, ça passe pas.
    Je ne comprend pas que, disposant de quelque chose d’aussi fort, aussi violent alors que nos religions viennent de fêter la Résurrection, l’Exode, l’Aïd, ça soit passé, ça passe sans que nos médias, voire nous-mêmes n’en fassions pas le symbole d’un stop à cette infernale barbarie.
    C’est un Martyr lui aussi, quoi qu’il ait pu faire, il en est absout, lavé des tous ses péchés, ils reviennent sur nous autant que sur ceux qui ont fait ce qui lui a été fait.
    Ils existent dans les deux camps, c’est ce que nous fabriquons actuellement, de nouveaux Saints martyrs, ceux-ci n’abjurent pas leur foi, ils et elles meurent en ayant tout simplement pas renoncés à qui ils étaient, grâces sur eux.
    N’oublions pas de prier pour toutes les victimes de la monstruosité dont certains ont tout fait pour qu’elle existe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.