Par Mondialisation.ca

Question : Les États-Unis fabriquent-ils des armes biologiques en Ukraine ?

Réponse : C’est la question à un million de dollars, n’est-ce pas ? Malheureusement, il n’y a pas de réponse simple « oui ou non ». C’est plus compliqué que cela.

Q : Pouvez-vous expliquer ce que vous voulez dire ?

: Bien sûr, mais certaines personnes pourraient trouver cela un peu confus.

Premièrement, la plupart de ce que nous savons provient des Russes qui ont enquêté sur les laboratoires biologiques abandonnés après l’invasion de l’Ukraine. Ce sont eux qui ont découvert les agents pathogènes et autres substances toxiques qui étaient conservés dans la trentaine d’installations réparties dans le pays. L’équipe russe a également étudié les documents « qu’elle a reçus des employés des laboratoires ukrainiens sur la mise en œuvre des programmes biologiques militaires des États-Unis ». En d’autres termes, les Russes ont rassemblé des preuves que les États-Unis violent leurs obligations aux termes de la Convention sur les armes biologiques.

Deuxièmement, nous savons que le Pentagone – par le biais de divers canaux – a injecté 32 millions de dollars dans des laboratoires situés à Kiev, Odessa, Lviv et Kharkiv. Ces biolabs ont été choisis pour superviser un « projet visant à étudier les agents pathogènes de la fièvre hémorragique Congo-Crimée, de la leptospirose et des hantavirus ». Les Russes pensent que l’intérêt pour ces agents pathogènes est dû au fait que « leur utilisation peut être déguisée en épidémies naturelles de maladies », ce qui explique pourquoi le projet a reçu un financement supplémentaire. En d’autres termes, les Russes pensent que le financement américain était principalement destiné au développement d’armes biologiques. Les Chinois semblent être d’accord avec la Russie sur ce point. Voici ce qu’a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères :

« Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian … a demandé aux États-Unis de publier « les détails pertinents dès que possible » concernant les laboratoires biologiques américains présumés en Ukraine … « Les États-Unis ont 336 laboratoires dans 30 pays sous leur contrôle, dont 26 rien qu’en Ukraine. Ils devraient rendre un compte rendu complet de leurs activités militaires biologiques sur leur territoire et à l’étranger et se soumettre à une vérification multilatérale ».

« Selon les rapports, dans ces installations, de grandes quantités de virus dangereux sont stockées. La Russie a découvert au cours de son opération militaire que les États-Unis utilisent ces installations pour mener des plans militaires1.

Vous pouvez voir qu’il y a une inquiétude considérable parmi de nombreux pays que les États-Unis considèrent comme leurs rivaux. Et leur inquiétude ne se limite pas au fait que les États-Unis s’amusent avec toutes sortes d’agents pathogènes hautement contagieux et mortels, mais aussi que ces 336 laboratoires biologiques font partie d’un réseau intégré sous le contrôle opérationnel du Pentagone. C’est le plus gros drapeau rouge de tous !

Les Russes ont été assez directs sur ce qu’ils pensent qu’il se passe. Voici un extrait de leur déclaration officielle : « Nous pensons que des composants d’armes biologiques ont été créés sur le territoire de l’Ukraine ».

Ça résume parfaitement la situation. Et ils devraient le savoir aussi, après tout, ce sont les Russes qui ont découvert les stocks d’agents pathogènes et la documentation qui soutient leur analyse. Bien sûr, tout cela pourrait n’être que de la « désinformation russe », c’est ce que les médias voudraient vous faire croire. Mais ce que les médias omettent de reconnaître, c’est qu’un grand nombre des documents recueillis par les Russes ont été signés par « de vrais fonctionnaires et sont certifiés par les sceaux de leurs organisations ». En d’autres termes, les Russes peuvent vérifier leur analyse avec des preuves tangibles.

Voici un autre extrait du rapport russe qui permet de faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé dans ces usines à virus ukrainiennes :

« Au cours de la mise en œuvre de ces projets, six familles de virus (dont les coronavirus) et trois types de bactéries pathogènes (agents pathogènes de la peste, de la brucellose et de la leptospirose) ont été identifiés. Ceci est dû aux principales caractéristiques de ces agents pathogènes qui les rendent propices à l’infection : résistance aux médicaments, rapidité de propagation de l’animal à l’homme, etc…

Une étude des documents de la partie du projet P-781 relative à l’étude des modes de transmission des maladies à l’homme par les chauves-souris a montré que les travaux ont été réalisés sur la base d’un laboratoire à Kharkov »2.

Sympa, non ? Donc, les chercheurs de ces installations ont choisi les agents pathogènes qu’ils pensaient être :

  • les plus infectieux
  • les plus mortels
  • les plus résistants aux médicaments.

Quand devient-il approprié d’utiliser un terme comme « diabolique » ? Est-ce trop exagéré ? En voici d’autres :

« Dans le cadre du projet FLU-FLYWAY, l’Institut de médecine vétérinaire de Kharkiv a étudié les oiseaux sauvages en tant que vecteurs de propagation de la grippe aviaire hautement pathogène. Dans le même temps, les conditions dans lesquelles les processus de propagation peuvent devenir ingérables, causer des dommages économiques et présenter des risques pour la sécurité alimentaire ont été évaluées.

Ces documents confirment l’implication de l’Institut de Kharkiv dans la collecte de souches de virus de la grippe aviaire à fort potentiel épidémique et capables de surmonter la barrière interspécifique… »[2].

Comprenez-vous ce qu’ils disent ? Les scientifiques cherchaient des moyens d’utiliser les oiseaux migrateurs pour transporter des agents pathogènes mortels sur les territoires des ennemis de Washington. C’est plus que diabolique.

Le rapport russe explique ensuite comment la plupart des preuves documentaires d’activités potentiellement criminelles ont été détruites après l’invasion russe. Regardez ça :

« Les documents que notre ministère de la Défense a obtenus prouvent que toutes les recherches sérieuses à haut risque dans les laboratoires biologiques ukrainiens étaient directement supervisées par des experts américains… Notre ministère de la Défense rapporte qu’à l’heure actuelle, le régime de Kiev… s’empresse de couvrir toutes les traces afin que la partie russe ne puisse pas mettre la main sur des preuves directes de la violation de l’article 1 de la Convention sur l’Interdiction des Armes biologiques par les États-Unis et l’Ukraine. Ils s’empressent de fermer tous les programmes biologiques.

Le ministère ukrainien de la Santé a ordonné d’éliminer les agents biologiques déposés dans les laboratoires biologiques à partir du 24 février 2022. Nous déduisons des instructions données au personnel des laboratoires que l’ordre d’élimination des collections laissait entendre qu’il fallait les détruire de manière irrévocable. Après avoir analysé les certificats de destruction, nous pouvons dire que le laboratoire de Lviv a détruit à lui seul 232 conteneurs contenant des agents pathogènes de la leptospirose, 30 – de la tularémie, 10 – de la brucellose, 5 – de la peste. Au total, plus de 320 conteneurs ont été éliminés. Les titres des agents pathogènes et les quantités excessives donnent des raisons de penser que ce travail a été effectué dans le cadre de programmes biologiques militaires »3.

En d’autres termes, l’invasion russe a déclenché une course folle dans les laboratoires où étaient stockés ces agents pathogènes tueurs. Les chercheurs ont dû se débarrasser rapidement des preuves avant que les Russes n’arrivent et ne comprennent ce qui se passait. Le personnel du laboratoire accomplissait le même rituel sommaire qu’un tueur en série qui efface scrupuleusement les empreintes ensanglantées de l’arme du crime avant l’arrivée des flics. En d’autres termes, ils « couvraient leurs traces ». Dans le même temps, on a dit aux chercheurs de tout mettre sur le compte de la « propagande russe ». (Mais vous le saviez probablement déjà.)

Q : Comment ces laboratoires biologiques ont-ils affecté la vie des personnes vivant en Ukraine ?

R : Selon le ministère russe de la Défense : « … l’attention est attirée sur le fait d’une forte augmentation des cas de tuberculose causés par de nouvelles souches multirésistantes chez les citoyens vivant dans les Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk en 2018. …, plus de 70 cas de la maladie ont été détectés, qui se sont terminés par une issue fatale rapide. Cela peut indiquer une infection délibérée, ou une fuite accidentelle de l’agent pathogène depuis l’un des biolabs situés sur le territoire de l’Ukraine »4.

Ainsi, un certain nombre de personnes qui vivaient autour de ces installations sont mystérieusement mortes de souches étranges de tuberculose et d’autres maladies bizarres, mais nous ne saurons jamais avec certitude si ces décès étaient délibérés ou non. Et, naturellement, les auteurs de ces crimes ne seront jamais tenus pour responsables. C’est tragique.

Bien sûr, tout cela pourrait être une grande coïncidence, mais je ne le crois pas. Je soupçonne que les Ukrainiens sont les rats de laboratoire involontaires du projet scientifique mortel de l’Oncle Sam. Et il y a plus, aussi. Regardez ce texte du PDG de Roscosmos, Dmitry Rogozin :

« Ce n’est pas non plus un secret pour les dirigeants de notre pays que l’objectif de ces expériences biologiques menées par le Pentagone à partir de biomatériaux obtenus sur des sujets slaves en Ukraine et dans d’autres pays voisins de la Russie est de développer des ‘armes ethniques’ contre la population russe de Russie »5.

Cette idée que les États-Unis développent des agents biologiques qui ciblent sélectivement des groupes ethniques particuliers est un thème récurrent parmi les critiques des mystérieux bio-projets américains. Selon l’expert militaire chinois Song Zhongping, « les États-Unis n’ont cessé d’installer des laboratoires biologiques autour de pays rivaux dans le but de développer des armes virales ciblées contre ces pays… Les États-Unis insistent pour développer des armes de destruction massive afin de rechercher l’hégémonie, ce qui constitue une violation flagrante de la Convention sur les Armes biologiques et une atteinte à la civilisation humaine ». Song Zhongping, un expert militaire chinois »6.

Et voici comment l’auteur M.K. Bhadrakumar résume la situation dans un article récent intitulé « Les oiseaux migrateurs de la destruction massive » :

« La Russie a publié un certain nombre de documents relatifs aux activités militaires biologiques du Pentagone, qui pointent vers un projet mondial de création de laboratoires biologiques dans des pays rivaux dans le but de développer des armes virales ciblées contre ces pays »…

Selon le général Igor Kirillov, chef des forces de défense radiologique, chimique et biologique des forces armées russes, que Washington est en train de créer des laboratoires biologiques dans différents pays et de les relier à un système unifié »7.

Enfin, il y a ceci de l’auteur Matthew Ehret qui explique les origines probables du « ciblage ethnique » avec des armes biologiques. Voici ce qu’il dit dans un article de la Unz Review :

« Le document RAD d’octobre 2000 soulignait l’importance que la cabale néoconservatrice accordait aux armes biologiques… en déclarant : « Le combat se déroulera probablement dans de nouvelles dimensions : Dans l’espace, le cyberespace et peut-être le monde des microbes… des formes avancées de guerre biologique qui peuvent « cibler » des génotypes spécifiques peuvent faire passer la guerre biologique du domaine de la terreur à un outil politiquement utile »8.

Un peu plus loin dans l’article, Ehret signale des preuves que les chercheurs ont peut-être atteint leur objectif de « cibler sélectivement des groupes ethniques particuliers ». Voici la citation à retenir :

« … d’éminents spécialistes médicaux comme le Dr Shankara Chetti d’Afrique du Sud, le Dr Soňa Peková de la République tchèque) et le Dr Meryl Nass des États-Unis ont fourni des preuves abondantes que les différentes vagues de l’agent pathogène n’étaient non seulement PAS d’origine naturelle, mais aussi spécifiques à une ethnie et générées en laboratoire.

Après avoir évalué plus de 7000 patients, le Dr Chetty a observé très tôt que les patients qui ont le plus souffert au cours de chacune des quatre vagues rencontrées en Afrique du Sud étaient ethniquement spécifiques, la première vague ne ciblant que les Noirs, la deuxième que les Indiens et la troisième que les Caucasiens et les Arabes »[8].

C’est là que tout cela se dirige : Des armes biologiques spécifiques à une ethnie pour contribuer à l’avènement du nouvel ordre mondial ?

On ne peut que se poser la question.

Nous sommes également curieux de savoir que ces quelque 300 laboratoires biologiques (répartis dans le monde entier) font partie d’un « système unifié » placé sous le contrôle du Pentagone. De quoi s’agit-il ? Pourquoi le Pentagone voudrait-il un système unifié de laboratoires biologiques ?

Je peux penser à une raison, même si je suis sûr qu’il y en a beaucoup d’autres. Imaginons que des élites puissantes veuillent transformer notre système démocratique en un modèle plus autoritaire (la Grande Réinitialisation) en créant une crise mondiale qui pourrait servir de prétexte pour mettre fin à la liberté individuelle, imposer la vaccination obligatoire et la loi martiale. S’ils disposaient d’un réseau de laboratoires biologiques, ils pourraient facilement diffuser un agent pathogène identique dans le monde entier, donnant l’impression d’un virus qui se propage rapidement. En d’autres termes, un réseau étendu de laboratoires biologiques pourrait être utilisé pour simuler une pandémie mondiale.

Une telle chose est-elle possible ?

Bien sûr que oui. En fait, les deux dernières années pourraient nous fournir un exemple de la façon dont le système fonctionne réellement.

Une dernière chose : le Conseil de sécurité de l’ONU a récemment convoqué une réunion d’urgence pour aborder la question des laboratoires biologiques de l’Ukraine. (Réunion sur la sécurité biologique selon la formule Arria.) Mais quelqu’un de l’administration Biden a-t-il assisté à cette réunion ?

Personne. L’administration a entièrement boycotté la réunion, ce qui signifie que les États-Unis ont eu l’occasion de faire valoir leurs arguments devant la communauté internationale, mais qu’ils ont décidé de ne pas se présenter. Pourquoi, nous nous le demandons ?

Un membre de la délégation chinoise a déclaré que c’était le signe d’une « conscience coupable ».

Cela me semble vrai.

Mike Whitney

Article original en anglais :

Uncle Sam’s Bio-Weapons Extravaganza

Article en anglais publié initialement en anglais sur le site  The Unz Review, le 26 avril 2022.

Traduction Réseau International

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.