vaccinés

Selon une nouvelle étude portant sur des dizaines de millions d’Européens, les inflammations cardiaques nécessitant des soins hospitaliers étaient plus fréquentes chez les personnes ayant reçu le vaccin COVID-19 que chez celles qui ne l’avaient pas reçu.

Les taux de myocardite ou de péricardite, deux types d’inflammation cardiaque, sont supérieurs à ceux d’un groupe non vacciné. Ils sont estimés à 38 pour 100 000 après l’administration d’une deuxième dose d’un vaccin basé sur la technologie de l’ARN messager (ARNm) à des hommes âgés de 16 à 24 ans, le groupe le plus exposé au risque de maladie post-vaccinale, comme l’ont montré des études, selon des chercheurs des agences sanitaires de Finlande, du Danemark, de Suède et de Norvège.

« Ces cas supplémentaires chez les hommes âgés de 16 à 24 ans correspondent à un risque 5 fois plus élevé après Comirnaty et 15 fois plus élevé après Spikevax par rapport aux non-vaccinés », a déclaré, par courriel à The Epoch Times, le Dr Rickard Ljung, professeur et médecin à l’Agence suédoise des produits médicaux et l’un des principaux chercheurs de l’étude.

Comirnaty est le nom de marque du vaccin de Pfizer, tandis que Spikevax est le nom de marque du vaccin de Moderna.

Les taux étaient également plus élevés dans le groupe d’âge des personnes ayant reçu au moins une dose des vaccins Pfizer ou Moderna, qui utilisent tous deux la technologie ARNm. Et les taux étaient élevés chez les hommes vaccinés de tous âges après la première ou la deuxième dose, à l’exception de la première dose du vaccin Moderna pour les personnes de 40 ans ou plus, et les femmes de 12 à 15 ans.

Les chercheurs ont extrait des données des registres de santé nationaux, analysant 23,1 millions de personnes âgées de 12 ans ou plus. L’analyse a porté sur les données allant du 27 décembre 2020, pour l’incidence de la myocardite ou de la péricardite, jusqu’à la fin de la période d’étude, le 5 octobre 2021.

« Les risques de myocardite et de péricardite étaient les plus élevés dans les 7 premiers jours de la vaccination, étaient accrus par toutes les combinaisons de vaccins à ARNm, et étaient plus prononcés après la deuxième dose », ont écrit les chercheurs dans l’étude, qui a été publiée par le Journal of the American Medical Association après examen par les pairs.

Moderna et Pfizer n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Certaines études antérieures ont indiqué que le risque d’inflammation cardiaque est plus élevé à cause de ces vaccins, ou de certaines doses de ces vaccins, qu’à cause du COVID-19 lui-même.

D’autres ont conclu le contraire, y compris une récente étude, non évaluée par des pairs, faite par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, même si l’un des articles admet un taux plus élevé d’inflammation cardiaque post-vaccination.

Les autorités des États-Unis et de nombreux pays européens continuent de recommander la vaccination de pratiquement toutes les personnes éligibles, indépendamment de leur âge, de leur état de santé ou d’une infection antérieure.

Les pays nordiques, cependant, ont interrompu l’utilisation du vaccin Moderna en 2021 pour les jeunes et les jeunes adultes en raison de préoccupations concernant l’inflammation cardiaque post-vaccinale.

Ljung a déclaré qu’il ne pouvait pas répondre à la question de savoir si les résultats signifient que certaines personnes devraient envisager une seule dose, ou aucune dose, d’un vaccin COVID-19, car l’Agence suédoise des produits médicaux ne donne pas ce type de recommandations.

Dans un communiqué de presse faisant la promotion de l’étude, les chercheurs ont déclaré que l’apparition de l’inflammation cardiaque est « très rare » et ont affirmé que « les avantages de ces vaccins pour réduire le risque de COVID-19 grave et de décès l’emportent sur les risques d’effets secondaires. »

Le Dr Peter McCullough, conseiller médical en chef de la Fondation Vérité pour la santé et cardiologue qui reçoit des patients souffrant d’une inflammation cardiaque post-vaccination, n’est pas d’accord.

« En cardiologie, nous passons toute notre carrière à essayer de sauver chaque parcelle du muscle cardiaque. Nous posons des stents, nous faisons des cathétérismes cardiaques, nous faisons des tests d’effort, nous faisons des angiogrammes. Tout le travail de la cardiologie consiste à préserver le muscle cardiaque », a déclaré M. McCullough à The Epoch Times. « En aucun cas, nous n’accepterions un vaccin qui entraîne, ne serait-ce que chez une seule personne, des lésions cardiaques. Pas une seule. Et cette idée selon laquelle ‘oh, nous allons demander à un grand nombre de personnes de subir des dommages cardiaques pour un autre bénéfice théorique contre une infection virale, qui pour la plupart est équivalent à un simple rhume, est intenable. Les avantages des vaccins ne sont en aucun cas supérieurs aux risques. »

Source : The Epoch Times

Traduit par Wayan, relu par , pour le Saker Francophone



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.