Malgré le barrage de sanctions qui a frappé l’économie russe au début de l’opération militaire russe en Ukraine, c’est l’économie occidentale qui semble faire les frais de ces sanctions au lieu de la cible visée.

rouble

© Global Look Press / Nikolay Gyngazov

Vendredi, la Banque centrale de Russie a réduit ses taux d’intérêt de 3 % (de 20 à 17 %). Et, bien que l’activité économique globale en Russie ait diminué, la production industrielle a augmenté de 4,5 % en mars. Le Premier ministre russe a déclaré qu’il s’attendait à ce que les problèmes de lignes d’approvisionnement causés par les sanctions soient résolus dans les 6 à 12 prochains mois. L’inflation est de 14,7 %, mais la Banque centrale a laissé entendre que le pire de cette poussée inflationniste était passé ; les dépôts bancaires augmentent et la stabilité financière revient.

Même le Financial Times de Londres note des signes indiquant que le « secteur financier russe retrouve ses marques après le barrage initial des sanctions » . Et les ventes de pétrole et de gaz de la Russie – plus d’un milliard de dollars par jour en mars – signifient qu’elle continue à accumuler des recettes étrangères qui contribueront à compenser les réserves saisies par l’Occident. En l’état actuel des choses (c’est-à-dire à moins d’une interdiction totale des importations d’énergie par l’UE), la Russie devrait être en mesure de remplacer ces réserves saisies, et ce dans les plus brefs délais.

Le secteur bancaire national semble également s’être stabilisé. Le besoin de liquidités de la banque centrale a fortement diminué et le secteur bancaire commercial dans son ensemble pourrait bientôt se retrouver avec des dépôts excédentaires auprès de la BCR, note le Financial Times, qui cite l’analyse de l’Institute of International Finance.

Ainsi, contrairement aux attentes du G7 selon lesquelles les sanctions occidentales feraient s’effondrer l’économie russe, le FT affirme : « Chuchotez-le doucement … Le système financier russe semble se remettre du choc initial des sanctions » .

Ironiquement, les perspectives de la Russie semblent, à certains égards, meilleures que celles de l’Occident. Comme la Russie, l’Europe connaît déjà – ou connaîtra bientôt – une inflation à deux chiffres. La grande différence est que l’inflation russe est en baisse, alors que celle de l’Europe s’envole à tel point (notamment en ce qui concerne les prix des denrées alimentaires et de l’énergie) que ces hausses de prix sont susceptibles de susciter l’indignation et la protestation de la population.

Eh bien … sachant qu’ils se sont trompés (la crise politique était prévue pour la Russie, les manifestations en Europe n’étaient pas au programme), les États de l’UE semblent décidés à redoubler d’efforts. Si la Russie ne s’est pas effondrée comme prévu, l’Europe doit sortir le grand jeu : il suffit de lui retirer tout ce qu’elle possède. Aucun navire russe n’entre dans les ports de l’UE, aucun camion ne franchit les frontières de l’UE, pas de charbon, pas de gaz et pas de pétrole. « Pas un euro ne doit parvenir à la Russie » , clame-t-on.

À première vue, ce serait une « folie » . Croyez les experts sur parole : l’Europe n’a aucun moyen de remplacer l’énergie russe par d’autres sources au cours de l’année prochaine – ni par l’Amérique, ni par le Qatar, ni par la Norvège. Mais les dirigeants européens, consumés par une frénésie d’indignation face à un flot d’images d’« atrocités » en provenance d’Ukraine, et par le sentiment que le « monde libéral » doit à tout prix éviter une perte dans le conflit ukrainien, semblent prêts à aller jusqu’au bout.

La hausse des coûts de l’énergie qui résulte implicitement de l’exclusion de l’énergie russe va tout simplement éviscérer ce qui reste de la compétitivité de l’UE – mais que diable ! Zelensky ! L’Ukraine !

Charles Moore, (éditeur de longue date de journaux britanniques grand public et de The Spectator) déclare : « [S]i la Russie gagne, cela signifie non seulement la destruction et l’asservissement de l’Ukraine, mais aussi le renversement de l’ordre mondial par quelque chose d’infiniment plus cruel – une alliance impie… Il s’ensuit que l’Ukraine doit gagner, non seulement pour garantir ses droits nationaux, mais pour notre bien à tous. Je sais que l’Ukraine ne fait pas partie de l’OTAN, mais l’attaque de la Russie contre ce seul pays équivaut définitivement à une attaque contre tous » .

« Chuchotez-le doucement » : l’UE s’en tient à la conviction hautaine qu’elle est le monopsone qui ne pourra jamais être ignoré. C’est le marché : le marché de l’UE qui compte 400 millions d’habitants. Et le monopsone (le contraire d’un monopole) est une structure de marché dans laquelle un acheteur unique (c’est-à-dire l’UE) peut contrôler le monde simplement en l’excluant de son marché. Les bureaucrates de Bruxelles y croient. C’est ainsi, pensent-ils, qu’ils feront tomber la Russie et sauveront « notre démocratie » .

Mais, comme l’explique Alexey Gromov, directeur principal de l’énergie de l’Institut de l’énergie et des finances à Moscou : « La Russie [a] déjà modifié les chaînes d’approvisionnement logistiques pour les déployer vers l’Asie » . Et cela vaut aussi bien pour le gaz que pour le pétrole : « Vous pouvez imposer des sanctions s’il y a un excédent sur le marché. Aujourd’hui, il y a une pénurie d’au moins 1,5 million de barils de pétrole par jour. Nous allons envoyer nos approvisionnements en Asie – avec un rabais » .

Alors pourquoi est-on si convaincu à Bruxelles qu’on peut se passer de l’énergie russe et survivre sans émeutes dans les rues européennes face à l’hyperinflation des prix de la nourriture et du chauffage ? L’UE a la pensée utopique qu’elle pourra tout juste survivre à une pénurie d’énergie pendant l’été, et qu’à l’automne, un nouveau « régime » qui prendra ses fonctions en Russie à la suite de la « débâcle ukrainienne » de Poutine (dont elle est convaincue) ne sera que trop heureux de vendre de l’énergie à l’Europe à des prix réduits, pendant suffisamment longtemps pour permettre à l’UE de se sevrer de l’énergie russe – pour de bon. Fin de l’histoire (c’est ce qu’elle semble croire).

Mais, dites-le doucement : plus l’Occident exécrera la Russie en Ukraine et affichera son dégoût pour le président Poutine, plus les Russes seront déterminés à persévérer en Ukraine et à soutenir pleinement Poutine. Plus l’UE sanctionnera la Russie, plus les Russes seront favorables à l’idée de priver l’Europe de cette myriade de produits de base essentiels (dont la plupart ne nous sont pas familiers car ils sont fournis par la Russie) dont les Européens dépendent sans le savoir.

Source Al Mayadeen

Traduit par Zineb, relu par, pour le Saker Francophone



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.