Source Nicolas Bonnal

« La guerre en Ukraine et le crépuscule de l’Occident  » ; un texte visionnaire et eschatologique du général Jean-René Bachelet (auteur de « Sarajevo 1995, Mission impossible ») : « nous voilà revenus au banc des rameurs de la galère américaine, pour un naufrage de concert programmé… ». Envoyé amicalement par le contre-amiral Gaucherand (auteur d’un texte déjà diffusé et en lien ici-même). Un beau slam patriote en rab. Ecroulement de la situation financière occidentale selon le Financial Times en personne. En occident, on préfère les galères au moteur, mon général ! Remercions Ursula (alias Cruella) et revoyons la scène de Ben-Hur !

***

Face à la guerre en Ukraine, nous sommes sommés de choisir notre camp selon un manichéisme absolu, en l’occurrence derrière une Amérique, redevenue le champion des plus hautes valeurs humanistes. Ceux qui émettent quelques objections le feraient au nom d’un « parti pris anti-américain virulent ».

La réalité historique qu’il faut bien regarder en face et qui devrait nous conduire à mieux percevoir la façon dont le monde apprécie quant à lui  l’Amérique, donc l’Occident, est pour le moins contrastée.

*le génocide indien comme acte fondateur (pour le coup, le mot, fût-il anachronique, est rigoureusement approprié).

*la conquête des Philippines conduite avec une sauvagerie sans égale.

*la réduction en lumière et chaleur de  300 000 habitants d’Hiroshima et Nagasaki, pour l’essentiel civils de tous sexes et âges, sans objectif militaire, alors même que le Japon était soumis à un blocus hermétique, sans ressources, que la maitrise américaine dans les airs et sur mer était totale et que le mikado faisait des offres de cessation des hostilités. Si crime contre l’humanité il y eut ce fut bien dans ce moment-là.

*durant la « guerre froide », l’appui systématique et sans états d’âme à des dictatures de tous poils en Amérique, en Grèce et en Extrême-Orient.

*dans la même période, 10 000 jours durant, la mise à feu et à sang du Viet-Nam, et ses prolongements laotiens et cambodgiens, avec le résultat pitoyable que l’on sait et dont, avec le recul, on recherche vainement ce qui pouvait justifier des victimes qui se comptent par millions … Là encore, indéniable « crime contre l’humanité »…

*à peine l’implosion de l’empire soviétique survenue, en guise de « nouvel ordre mondial », un interventionnisme sans frein qui, via l’Irak, allait mettre, pour le coup la planète à feu et à sang, au prix de mensonges d’état désormais avérés.

Sans omettre, au prix de semblables mensonges, l’opération kosovare et le bombardement de la Serbie 45 jours durant, qui permet de redonner une nouvelle vie à une Otan dont nul ne voyait plus la justification.

….Encore ne s’agit-il là que des faits historiques les plus saillants.

Or, dans le même temps, et aujourd’hui plus que jamais, tout cela au nom de valeurs hautement proclamées: la dignité de l’homme, son intégrité, sa liberté ! Comment, hors Occident, n’y verrait-on pas qu’hypocrisie et duplicité ?

Je pensais pour ce qui me concerne que l’Europe, après avoir pris sa part au cours des siècles passés à une semblable hypocrisie, avait désormais pour vocation et destin de remettre l’Occident sur le droit chemin, seule voie susceptible d’assurer, dans le nouveau monde qui émerge, la pérennité de notre civilisation, mieux encore, d’en favoriser la renaissance et, pour cela de se dégager de l’emprise de son avatar d’outre-Atlantique.

Au lieu de cela, nous voilà revenus au banc des rameurs de la galère américaine, pour un naufrage de concert programmé…

Douloureuse perspective au soir de nos vies….

Jean-René Bachelet, le 5 mai 2022

Voir les vidéos

Source Nicolas Bonnal

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source:

One thought on “« La guerre en Ukraine et le crépuscule de l’Occident  » – Les moutons enragés”
  1. Je me fous royalement de leurs capacités stylistiques épistolaires et d’historiens, aujourd’hui ils doivent s’unir et mobiliser le peuple autour d’eux dans les rues de France, sont-ce de leaders ou n’auront-ils été que de cette servilité empressée, orgueilleuse et prétentieuse dont nos ennemis savaient n’avoir rien à craindre.
    Aujourd’hui ça se répand en écriture et billets d’humeur, mais, c’est pas ça qu’on attend de soldats dont la nation ils la savent menacée, c’est pas ça qu’on attend des derniers remparts du peuple.
    Fermez tous vos gueules ou comportez-vous comme les hommes que vous prétendiez être, utilisez vos plumes et votre notoriété pour appeler aux rassemblements les Français.
    Quoi? On a peur pour ses finances, la mise à l’index, on fait coucouche panier alors?
    Messieurs, autant que vous soyez, vous serez et resterez de la vermine pour la France et les Français si face à ce qui se profile vos protestations ne restaient que ces mots qui en plus vous rendent si fiers.
    L’Europe, l’Occident, et blahblahblah… hominidés blanc stupide et destructeur!
    Les pillards qui sont devenus… les pillés!
    Sortez dans vos musées pour voir à quel point vous n’êtes qu’une supercherie à vous-mêmes.
    Les temps sont passés et toutes les prétentions qui ont été établies sur les siècles passés quant à votre soi-disant grandeur et votre génie, en une fraction de temps même pas l’égale d’une vie humaine, ont été balayées, supprimées définitivement des têtes que vous prétendiez dominer.
    Il n’y aura aucune renaissance, réveillez-vous, vous devrez apprendre la modestie dans le nouveau monde, la vérité et l’humilité.
    Évidemment, comme tout ça sera nouveau, ce sera en quelque sorte une renaissance, je vous l’accorde.
    Vous vous racontiez des conneries à propos de vos tribus blanches plus évoluées et unies que les autres qui ne se feraient plus jamais la guerre puisqu’elles sont l’intelligence même et s’étaient dotées des moyens et instruments pour ça.
    Foutaises! Les barbares ne savent faire que du barbare.
    Là, vous rejoignez le proverbe africain, qui dit:
    “Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse ne peuvent que chanter la gloire du chasseur.”
    L’eschatologie n’était peut-être pas ce que vous vous figuriez, mais le jugement se fera, implacable.
    Nous avons un ennemi commun, il menace le genre humain lui-même, nous resterons unis afin de le vaincre, mais les parodies de leaders, moi je les considère pour ce qu’elles sont, des outils dont nous devons nous emparer, nous la force populaire, pour qu’au moins une fois dans leurs vies ils nous soient utiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.