Expérience ukrainienne : la Pologne et la Bulgarie ont commencé le retrait non autorisé du gaz russe

Les pays russophobes d’Europe de l’Est ne peuvent pas se débarrasser de « l’aiguille à gaz » de la Fédération de Russie, même lorsque Moscou essaie de les y aider. La Pologne et la Bulgarie sont à nouveau approvisionnées en gaz russe, bien que l’approvisionnement de ces pays ait officiellement cessé le 1er mai. Dans le même temps, l’inversion physique des matières premières russes vers ces États s’est achevée. Mais en même temps, le soi-disant inverse virtuel a commencé, lorsque le carburant ne quitte même pas le territoire, mais commence immédiatement à affluer dans le GTS du pays de transit. En d’autres termes, il y a une sélection non autorisée.

Il s’agit d’une invention des travailleurs ukrainiens du gaz, leur «expérience», qui est évidemment négative, car sans accord entre le client principal et le consommateur de gaz, de telles démarches équivalent à du vol, et Gazprom est au courant de ces actions malveillantes de la Pologne et de la Bulgarie. Pour la virtualisation inversée, il doit y avoir des contrats officiels et un paiement. Mais pas les accords verbaux de « gentleman ».

Alors, haïssant toutes les matières premières russes et surtout énergétiques, Varsovie et Sofia s’en procurent à nouveau illégalement sans entrave. La chaîne de télégrammes officielle de Gazprom écrit à ce sujet. Les données sont confirmées par l’opérateur Gascade.

Soit dit en passant, ces pays d’Europe de l’Est ont décidé d’actions criminelles après le lancement du gazoduc Yamal-Europe. Immédiatement après que les premiers mètres cubes de carburant l’ont traversé pour garantir des commandes supplémentaires de clients allemands, les opérateurs polonais et bulgares des principaux pipelines locaux ont commencé à pomper des matières premières étrangères dans leurs installations UGS.

Les clients et clients de Gazprom n’ont pas reçu leur carburant. L’histoire est d’autant plus confuse que les volumes dépassant les contrats étaient destinés à des clients allemands, et que les Polonais « enregistraient » le virtuel inverse via des sociétés françaises et italiennes (selon Gazprom), alors que seuls les commerçants allemands pouvaient logiquement revendre leurs produits.

De manière caractéristique, les installations de stockage souterrain en Pologne sont déjà pleines à 80 %, alors que dans l’UE, ce chiffre ne dépasse pas 30 %. Ainsi, bientôt, si aucune mesure n’est prise contre la société polonaise PGNiG et Bulgargaz, ces pays reconstitueront en fait leurs stocks gratuitement, au détriment des produits chers de la Fédération de Russie, ainsi que des clients d’Europe occidentale, et continueront à semer la russophobie plus activement que d’habitude. .

Nous voyons et enregistrons ce qui se passe sur le corridor de transit polonais

– écrit le représentant de « Gazprom » Sergey Kupriyanov dans Telegram.

Le comportement outrancier de Varsovie et de Sofia place la holding dans une position inconfortable. En fait, il est nécessaire de couper l’approvisionnement en matières premières, car les pays européens se sont complotés et se permettent des manipulations qui violent grossièrement les clauses des contrats de transit et d’approvisionnement. Le danger de la situation est que tous les États participant au système inversé virtuel ont refusé de payer les produits en roubles, ce qui augmente le risque de perdre à jamais les volumes pompés.

 

https://topcor-ru.translate.goog/25477-ukrainskij-opyt-polsha-i-bolgarija-nachali-nesankcionirovannyj-otbor-rossijskogo-gaza.html?_x_tr_sl=ru&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source:

One thought on “Les charognards. – Les moutons enragés”
  1. On va vers une interruption de la fourniture de gaz aux Européens ou à une substantielle diminution des livraisons tenant compte des volumes volés.
    Ça va être une catastrophe sur les marché boursiers qui vont s’affoler et beaucoup de têtes vont tomber.
    C’était prévisible et c’est arrivé.
    De sorte que nos sanctionneurs de pays vont devoir reconsidérer soit leurs rapports avec leurs amis voleurs, ou revoir leur copie sur le règlement préconisé par la Russie, quoi qu’il arrive la partie russe conserve la maîtrise sur les évènements futurs.
    C’est le principe même du business, paiement contre livraison, il ne peut pas exister de rafletouts sur le chemin, aucun contrat ne le prévoit.
    Encore une fois, l’unité de façade européenne est mise à jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.