Une nouvelle étude basée sur les données de l’essai clinique de phase 3 de Moderna suggère que les personnes ayant reçu le vaccin COVID-19 de Moderna risquent davantage de souffrir d’infections répétées, peut-être indéfiniment.

Une nouvelle étude suggère que les personnes ayant reçu le vaccin COVID-19 de Moderna risquent davantage de souffrir d’infections répétées, peut-être indéfiniment.

L’étude, encore en préimpression, a révélé que les participants à l’essai de Moderna sur des adultes qui ont reçu le vaccin, et qui ont ensuite été exposés au virus, n’ont pas généré d’anticorps contre un composant clé du virus aussi souvent que ceux du groupe placebo.

Les conclusions des auteurs, qui sont corroborées par des données britanniques démontrant que les taux d’infection sont nettement plus élevés chez les personnes vaccinées, suggèrent que Moderna était au courant de ce signal de sécurité en 2020, lorsque le fabricant du vaccin menait ses essais.

Les auteurs de « Anti-nucleocapsid antibodies following SARS-CoV-2 infection in the blinded phase of the mRNA-1273 Covid-19 vaccine efficacy clinical trial » ont écrit :

« Parmi les participants atteints de la maladie Covid-19 confirmée par PCR, une séroconversion en Abs anti-N au cours d’un suivi médian de 53 jours après le diagnostic est survenue chez 21/52 (40 %) des bénéficiaires du vaccin ARNm-1273 contre 605/648 (93 %) des bénéficiaires du placebo (p < 0,001). »

Les participants à l’essai vacciné qui ont présenté une percée du COVID-19 – ce qui signifie qu’ils ont reçu un test PCR positif – ont produit une réponse anticorps contre la partie nucléocapside du virus SRAS-CoV-2 moins souvent que les personnes ayant reçu un placebo dont le test était positif pour le virus.

La différence était statistiquement significative, ce qui a amené les auteurs à conclure :

« Le statut vaccinal doit être pris en compte lors de l’interprétation des données de séroprévalence et de séropositivité basées uniquement sur les tests anti-N Ab.

« En tant que marqueur d’une infection récente, les anti-N Abs peuvent avoir une sensibilité plus faible chez les personnes vaccinées contre l’ARNm-1273 qui deviennent infectées. »

En d’autres termes, les auteurs ont constaté que l’utilisation de la présence d’anticorps anti-nucléocapside (anti-N) pour déterminer si une personne a été exposée au SRAS-CoV-2 manquera certaines infections. Ainsi, la sensibilité de ce type de test, lorsqu’il est appliqué à des personnes vaccinées, n’est pas idéale.

Toutefois, ces résultats ont des implications plus importantes, comme Igor Chudov et d’autres l’ont rapidement reconnu.

Plus précisément, l’étude implique que la capacité réduite d’un individu vacciné à produire des anticorps contre d’autres parties du virus peut entraîner un risque accru d’infections futures chez les personnes vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées.

Il est important de noter qu’il ne s’agit pas d’un argument supplémentaire en faveur de la supériorité de l’immunité naturelle.

Il s’agit plutôt de preuves suggérant que même après qu’une personne vaccinée ait contracté une infection, elle n’acquiert pas le même niveau de protection contre les expositions ultérieures qu’une personne non vaccinée.

Il s’agit là d’une constatation troublante, que les chercheurs qui ont mené l’essai vaccinal Moderna savaient probablement déjà en 2020.

Établissons quelques faits de base :

  • Les anticorps anti-nucléocapside sont des anticorps spécifiques de la partie nucléocapside du virus SRAS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19.
  • Une méthode permettant de déterminer si une personne a été exposée au virus (récemment ou dans le passé) consiste à détecter les anticorps spécifiques au virus dans le sérum de la personne.
  • Étant donné que les personnes qui ont été vaccinées présentent ostensiblement des anticorps anti-protéine de brochet, il est impossible d’utiliser les niveaux d’anti-brachet pour diagnostiquer une infection antérieure ou récente chez ces personnes.
  • Cependant, la présence d’anticorps anti-nucléocapside après une exposition ne devrait, en théorie, pas être affectée par le statut vaccinal.
  • Bien que la présence d’un anticorps anti-N ne soit pas nécessairement une indication de l’immunité, le fait de posséder un large ensemble d’anticorps dirigés contre différents composants du virus offre une protection plus solide que le fait de posséder des anticorps dirigés contre un seul composant, par exemple la protéine de pointe.
  • C’est l’une des raisons pour lesquelles l’immunité naturelle est supérieure à l’immunité médiée par le vaccin à ARNm.
  • L’article ne présente pas de nouvelles découvertes. Il présente plutôt une analyse de ce que l’on aurait déjà dû savoir grâce à l’essai vaccinal de Moderna.

Les infections percutantes entraînent moins souvent la production d’anticorps N que les infections primaires.

Moderna a recruté plus de 30 000 sujets pour son essai, les répartissant de manière égale entre le vaccin et le placebo.

À la fin de la période d’observation initiale, 13 fois plus de sujets ayant reçu le placebo ont contracté le COVID-19, ce qui a permis aux chercheurs de se targuer d’une efficacité du vaccin (VE) de 93,2 %.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a ensuite autorisé le vaccin pour une utilisation d’urgence. Le reste appartient à l’histoire.

Cette étude récente a examiné la présence ou l’absence d’anticorps anti-nucléocapside chez tous les participants à l’essai ayant contracté le COVID-19, sur la base d’un test PCR positif, pendant la période d’essai.

Comme indiqué précédemment, les personnes ayant reçu le placebo ont produit des anticorps anti-N plus de deux fois plus souvent que leurs homologues qui ont été vaccinés. (Chudov offre une bonne explication de la signification des anticorps anti-N ici).

Cette découverte est déroutante. Pourquoi la vaccination supprimerait-elle la capacité d’une personne à produire des anticorps contre différentes parties du virus lorsqu’elle est exposée à l’ensemble du virus ?

Une possibilité est que si le vaccin est protecteur, les charges virales seront plus faibles, ce qui entraînera moins de séroconversions.

Cependant, cette étude a également révélé qu’à une charge virale donnée, les personnes non vaccinées produisaient une réponse anti-N plus importante que les personnes vaccinées :

Le graphique de gauche (A) montre le nombre de personnes ayant reçu le placebo et le vaccin qui ont présenté une séroconversion après une exposition au SRAS-Co-V2 à différents niveaux de copies virales. On constate que, quel que soit le statut vaccinal, un nombre de copies virales inférieur entraîne moins de séroconversions qu’un nombre de copies virales supérieur.

Mais il existe une différence significative entre les personnes vaccinées et les personnes sous placebo.

Ceci est démontré dans le graphique B, qui montre que pour tout nombre de copies virales donné, les bénéficiaires du placebo étaient significativement plus susceptibles de séroconversion. La différence est plus marquée lorsque le nombre de copies virales est faible.

Il ne s’agit pas d’une fausse découverte. L’agence britannique de sécurité sanitaire publie des données de surveillance hebdomadaires et contrôle les niveaux d’anticorps anti-N chez ses donneurs de sang.

Elle a constaté que le taux de ces anticorps était plus faible chez les personnes vaccinées qui avaient contracté une infection. Cependant, ils ont attribué ce niveau plus faible au bénéfice protecteur du vaccin.

Selon un rapport publié le 22 mars par l’agence britannique :

« Ces réponses anti N plus faibles chez les individus présentant des infections pernicieuses (post-vaccination) par rapport aux infections primaires reflètent probablement les infections plus courtes et plus légères chez ces patients. »

Bien que la vaccination puisse, pendant un certain temps, diminuer la gravité de la maladie, les infections « plus courtes et plus légères » (moins graves) sont associées à une charge virale plus faible.

Comme le montrent les données ci-dessus, les personnes vaccinées ont un taux de conversion des anticorps anti-N inférieur à celui des personnes non vaccinées, quel que soit le niveau de charge virale.

Il s’agit de l’un des résultats les plus significatifs de l’étude car il renverse l’idée jusqu’ici incontestée selon laquelle la diminution de la séroconversion chez les vaccinés est due à une infection moins grave dans cette population – ce qui est un avantage apporté par le vaccin.

Cependant, cette nouvelle étude montre que, même en présence de faibles charges virales, les personnes non vaccinées sont plus susceptibles de se séroconvertir que celles qui sont vaccinées.

En fait, la différence entre les taux de séroconversion est la plus importante lorsque la charge virale est faible.

La diminution des taux de conversion n’est pas le résultat d’un bénéfice du vaccin. C’est une conséquence de celui-ci.

Une fois vacciné, il est peut-être impossible de revenir en arrière
Les auteurs ont également découvert un autre résultat important : Les participants à l’essai Moderna qui étaient PCR-positifs et séronégatifs au départ, avant l’inoculation du vaccin ou du placebo, ont finalement présenté une séroconversion équivalente, qu’ils aient reçu le vaccin ou le placebo.

Cela était également vrai pour les participants qui n’ont reçu qu’une seule dose.

Cela signifie que le statut vaccinal au moment de l’exposition permet de prédire le taux de séroconversion à l’avenir, et que l’effet dépend de la dose.

Il reste à déterminer si la séroconversion entraîne ou non une immunité plus robuste. Cependant, des données provenant du Royaume-Uni et d’ailleurs suggèrent que des taux de conversion plus faibles peuvent expliquer pourquoi les taux d’infection sont plus élevés dans leur population vaccinée. Ces données sont présentées ci-dessous.

Des épisodes répétés de COVID-19 finiront-ils par entraîner une séroconversion chez les vaccinés ? L’étude n’a pas pu répondre à cette question.

Plus important encore, comment des rappels réguliers affecteront-ils les taux de séroconversion au fil du temps ? C’est une autre question importante à laquelle il faut encore répondre.

Il ne fait aucun doute que l’immunité à médiation vaccinale contre le COVID-19 diminue et diminue plus rapidement avec le temps. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent un premier rappel après cinq mois et un second après quatre mois seulement.

Les données israéliennes concernant l’efficacité d’un deuxième rappel ont montré que l’efficacité de la prévention de la « maladie grave » (pas d’hospitalisation) est tombée à un peu plus de 50 % dans les sept semaines.

Si un troisième rappel est proposé, il sera probablement recommandé plus tôt que quatre mois après le deuxième, sur la base de ces données décevantes.

D’autres données décevantes proviennent du Royaume-Uni. Dans son dernier rapport de surveillance hebdomadaire, qui inclut les taux de cas entre les citoyens non vaccinés et ceux qui ont reçu un rappel, l’Agence de sécurité sanitaire a présenté ce tableau inquiétant :

Les deux premières colonnes montrent que le taux de cas de COVID-19 chez les personnes stimulées était trois à quatre fois plus élevé que chez les personnes non vaccinées, à tous les âges sauf chez les moins de 18 ans.

L’agence nous avertit qu’il faut interpréter ces chiffres avec prudence. Les personnes vaccinées peuvent avoir un comportement moins prudent que les personnes non vaccinées. Et il n’y a pas non plus de stratification du risque en fonction des comorbidités.

Toutefois, le graphique tient compte du facteur le plus important, à savoir l’âge.

Alors, qu’est-ce qui pourrait expliquer une augmentation aussi importante des taux d’infection chez les personnes stimulées ?

Il est intéressant de noter que les auteurs préviennent également que les personnes non vaccinées peuvent avoir contracté le COVID-19 avant la période d’observation – en d’autres termes, elles peuvent avoir acquis une immunité naturelle auparavant, ce qui leur confère une protection supplémentaire.

Mais cela ne devrait-il pas s’appliquer également aux personnes stimulées ? C’est le cas, mais les auteurs ne le mentionnent pas.

Comme cela n’est pas mentionné, nous pouvons affirmer sans risque que les auteurs supposent que les personnes non vaccinées sont plus susceptibles que les personnes stimulées d’avoir succombé à une infection antérieure. Ainsi, il y aura plus de personnes dans le groupe des non-vaccinés bénéficiant de l’avantage de l’immunité naturelle.

Mais leurs propres données indiquent le contraire. Les personnes stimulées sont plus susceptibles de contracter la maladie – par un facteur de 3 à 4. Comment savoir si les taux d’infection plus élevés chez les personnes stimulées sont dus à une immunité plus robuste chez les personnes non vaccinées en raison d’une infection antérieure ou à une déficience immunitaire chez les personnes stimulées ?

On peut répondre définitivement à cette question en examinant la tendance des taux d’infection. Voici le tableau équivalent de deux mois plus tôt :

Le taux d’infection est toujours plus élevé chez les personnes stimulées, mais il n’est que deux à trois fois supérieur. Si l’hypothèse des auteurs était correcte, les données les plus récentes auraient dû montrer une différence moindre, et non plus importante.

L’écart croissant entre les vaccinés et les non-vaccinés est une tendance qui se manifeste depuis des mois. Les lecteurs curieux peuvent examiner les données par eux-mêmes ici.

Ces données confirment la conclusion selon laquelle la diminution des taux de séroconversion chez les personnes vaccinées peut entraîner un risque accru d’infections répétées.

Cependant, sans savoir combien d’infections chez les vaccinés sont des deuxièmes ou troisièmes épisodes de COVID-19, nous ne pouvons que spéculer.

Les données du Royaume-Uni ne sont pas aberrantes. Les données les plus récentes de Walgreens démontrent également que le taux d’infection des personnes stimulées est presque deux fois plus élevé que celui des personnes non vaccinées.

Malheureusement, les données de Walgreens ne précisent pas non plus combien de ces infections sont des réinfections.

Combien de personnes ont déjà été exposées ou infectées ?
Le 29 avril, les CDC ont publié leur dernier rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité (MMWR) intitulé « Seroprevalence of Infection-Induced SARS-CoV-2 Antibodies – United States, September 2021-February 2022 ».

Dans son rapport, le CDC estime le pourcentage de la population qui a déjà été infectée par le SRAS-CoV-2. L’agence a déterminé cela grâce à une étude de séroprévalence recherchant les anticorps anti-N dans le sérum prélevé sur plus de 45 000 personnes provenant de 52 juridictions différentes.

Sur la base du pourcentage d’anticorps anti-N dans les échantillons de sérum, on estime que 57,7 % de la population américaine a été exposée au SRAS-CoV-2 en février.

Toutefois, cette estimation ne tient pas compte du fait que les personnes vaccinées ne séroconvertissent pas au même rythme que les personnes non vaccinées.

Ce pourcentage est nettement plus élevé que les cas de COVID-19 qui ont été signalés à ce jour. Au 24 avril, on comptait environ 70,5 millions de cas, ce qui ne représente que 21,4 % de la population (estimée à 330 millions).

Cette différence s’explique par le fait que les études de séroprévalence détectent tous les cas et toutes les expositions, y compris chez les personnes asymptomatiques. En ce sens, les études de séroprévalence offrent une estimation plus précise de la portion de la population qui a été exposée.

Notamment, la séroprévalence varie considérablement entre les groupes d’âge : 75,2 % des sérums des enfants âgés de 0 à 11 ans étaient positifs pour les anticorps anti-N, contre 33,2 % chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Les CDC n’ont pas fait état de la séroprévalence en fonction du statut vaccinal. Au lieu de cela, l’agence a reconnu que ses résultats « pourraient sous-estimer le nombre cumulé d’infections par le SRAS-CoV-2 car les infections après la vaccination pourraient entraîner des titres d’anticorps anti-N plus faibles ».

Il est intéressant de noter que les auteurs du CDC ont cité la même étude préimprimée dont il est question ci-dessus pour expliquer cette possibilité.

Qu’est-ce que cela signifie pour les enfants ?
Bien que le CDC ait choisi de ne pas indiquer les taux de séroconversion chez les vaccinés par rapport aux non-vaccinés, nous pouvons tout de même faire quelques estimations raisonnables et importantes à partir de ce rapport hebdomadaire, en nous basant sur notre compréhension récente des taux de séroconversion chez les vaccinés.

Comme indiqué plus haut, les CDC ont signalé que les échantillons de sérum prélevés chez des enfants âgés de 11 ans et moins étaient positifs pour les anticorps anti-N dans 75,2 % des cas.

Une question centrale est de savoir quelle proportion des échantillons séropositifs a été trouvée chez les non-vaccinés ?

Bien que la FDA ne considère pas la séropositivité comme un substitut de l’immunité, le fait de savoir si un enfant a été exposé ou non au SRAS-CoV-2 sera utile pour évaluer les risques et les avantages de la vaccination.

L’adoption du vaccin n’est que de 28,6 % chez les enfants de 5 à 11 ans. Les enfants de moins de 5 ans ne sont pas admissibles à la vaccination. Si nous supposons que peu d’enfants de moins de 5 ans, voire aucun, ont reçu le vaccin COVID-19, seuls 16,4 % des enfants de moins de 12 ans ont été vaccinés d’après les données de la population de ce groupe d’âge.

Si 16,4 % des enfants de moins de 12 ans ont été vaccinés, les non-vaccinés sont environ 5 fois plus nombreux que les vaccinés. Si la séroconversion des vaccinés était aussi fréquente que celle des non-vaccinés, on pourrait s’attendre à ce qu’un sixième des séropositifs proviennent des vaccinés et cinq sixièmes des non-vaccinés.

Cependant, les données de l’essai Moderna montrent que les vaccinés ne se convertissent que dans 40 % des cas, contre 93 % chez les non vaccinés. Les séroconvertisseurs vaccinés (40/93) = 0,43 fois plus souvent que les non vaccinés.

On peut donc dire que le rapport entre les séropositifs vaccinés et les séropositifs non vaccinés est de 0,43 à 5, soit 1 à 11,63. Cela signifie que 1/12,63, soit 7,9% des séropositifs proviennent d’enfants vaccinés.

Les 92,1% restants (11,63/12,63) proviennent d’enfants non vaccinés.

Ainsi, si 75,2 % des sérums d’enfants sont testés positifs pour les anticorps anti-N, 68,4 % (75,2 % x 0,921) des enfants non vaccinés ont déjà séroconverti.

Il existe des erreurs potentielles dans ce calcul :

  • Les échantillons utilisés dans l’enquête peuvent ne pas être représentatifs de la population en ce qui concerne le statut vaccinal.
  • Les taux de séroconversion parmi les vaccinés peuvent être plus élevés que ce qui a été trouvé dans l’essai moderna.
  • Les taux de séroconversion peuvent être différents chez les personnes vaccinées avec un vaccin différent de Moderna (Pfizer, dans ce cas).
  • Les taux de séroconversion peuvent être différents chez les enfants.

Néanmoins, nous pouvons affirmer avec une confiance raisonnable qu’une proportion importante d’enfants non vaccinés a déjà été exposée au SRAS-CoV-2.

Avec les risques connus d’effets indésirables qui incluent maintenant une capacité réduite à générer des anticorps anti-N après l’exposition, il n’y a aucune justification pour exiger ou même recommander le vaccin aux enfants sans évaluer d’abord leurs niveaux d’anticorps.

Bien que la FDA continue de soutenir que les taux d’anticorps ne sont pas nécessairement indicatifs de l’immunité, elle a néanmoins accordé une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour le produit de Pfizer chez les enfants âgés de 5 à 11 ans sur la base des réponses en anticorps après la vaccination.

Résumé
Seize mois se sont écoulés depuis que la FDA a accordé à Moderna l’EUA pour son vaccin. Plus de 200 millions de doses de ce produit ont été administrées à des personnes aux États-Unis seulement.

Le fabricant du vaccin savait-il en 2020 que son produit pouvait potentiellement empêcher les receveurs de développer des réponses anticorps larges après une exposition au SRAS-CoV-2 ?

Cet effet indésirable potentiel se produit-il dans d’autres « vaccins » à ARNm COVID-19 ?

Les personnes vaccinées ont un risque accru de contracter le COVID-19 par rapport aux personnes non vaccinées.

Mais que se passe-t-il après une percée de l’infection ? Ces produits ont-ils atténué de façon permanente notre capacité à combattre les futures infections par le SRAS-CoV-2 ?

La majorité des enfants ayant déjà été exposés, y a-t-il une raison d’inoculer ne serait-ce qu’un seul enfant en bonne santé avant de pouvoir répondre définitivement à ces questions ?

Pourtant, le fabricant du vaccin fait pression sur la FDA pour que son produit soit autorisé pour les enfants de moins de 6 ans.

Si ces inoculations empêchent les gens d’acquérir une immunité adéquate après l’exposition, elles créent en fait une pandémie de vaccinés.

Il y a moins de 10 mois, le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC, a lancé un avertissement : « Le message est clair. Cela devient une pandémie de personnes non vaccinées. »

Qu’est-ce qui est le plus ironique ? Sa déclaration ? Ou le fait que cette déclaration émane d’une organisation appelée « Centers for Disease Control and Prevention » ?

Source : https://thepulse.one/2022/05/06/did-moderna-trial-data-predict-pandemic-of-the-vaccinated/

Traduction : https://exoconscience.com



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.