par Pepe Escobar.

Après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ».

« Mais à nous il échoit
De ne pouvoir reposer nulle part.
Les hommes de douleur
Chancellent, tombent
Aveuglément d’une heure
À une autre heure,
Comme l’eau de rocher
En rocher rejetée
Par les années dans le gouffre incertain. »

– Holderlin, « Chant du destin d’Hypérion »

L’Opération Z est la première salve d’une lutte titanesque : trois décennies après la chute de l’URSS et 77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ». Il n’est pas étonnant que l’Empire du Mensonge soit devenu complètement fou, obsédé par l’idée d’expulser complètement la Russie du système centré sur l’Occident.

Les États-Unis et leurs petits copains de l’OTAN sont incapables de faire face à leur perplexité lorsqu’ils sont confrontés à une perte stupéfiante : plus de droit permettant l’utilisation géopolitique exclusive de la force pour perpétuer « nos valeurs ». Plus de domination sur tout le spectre.

La micro-image est également claire. L’État profond américain est en train d’exploiter à fond son plan d’action en Ukraine pour masquer une attaque stratégique contre la Russie. Le « secret » était de forcer Moscou à entrer dans une guerre intra-slave en Ukraine pour briser Nord Stream 2 – et donc la dépendance de l’Allemagne aux ressources naturelles russes. Cela mettrait fin – du moins dans un avenir prévisible – à la perspective d’une connexion russo-allemande bismarckienne qui ferait perdre aux États-Unis le contrôle de la masse continentale eurasiatique, de la Manche au Pacifique, au profit d’un pacte Chine-Russie-Allemagne émergent.

Jusqu’à présent, le pari stratégique américain a fait des merveilles. Mais la bataille est loin d’être terminée. Les silos psychologiques néoconservateurs/néolibéraux à l’intérieur de l’État profond considèrent la Russie comme une menace si sérieuse pour « l’ordre international fondé sur des règles » qu’ils sont prêts à risquer, sinon à encourir, une guerre nucléaire « limitée » à cause de leur pari. Ce qui est en jeu n’est rien de moins que la perte de la domination du monde par les Anglo-Saxons.

La maîtrise des cinq mers 

La Russie, sur la base de la parité du pouvoir d’achat (PPA), est la 6ème économie du monde, juste derrière l’Allemagne et devant le Royaume-Uni et la France. Son économie « dure » est similaire à celle des États-Unis. La production d’acier est peut-être à peu près la même, mais la capacité intellectuelle est largement supérieure. La Russie compte à peu près le même nombre d’ingénieurs que les États-Unis, mais ils sont beaucoup plus instruits.

Le Mossad attribue le miracle économique d’Israël, qui a créé un équivalent de la Silicon Valley, à une base d’un million d’immigrants russes. Cette Silicon Valley israélienne se trouve être un atout essentiel du MICIMATT américain (complexe militaro-industriel-congressionnel-renseignements-médias-académie-think tank), comme l’a nommé de manière indélébile Ray McGovern.

Les médias de l’OTAN qui aboient hystériquement que le PIB de la Russie est de la taille du Texas sont absurdes. Ce qui compte vraiment, c’est la PPA ; cela et la supériorité des ingénieurs russes expliquent pourquoi leurs armes hypersoniques ont au moins deux ou trois générations d’avance sur celles des États-Unis. Demandez à l’indispensable Martyanov.

L’Empire du Mensonge n’a pas de missiles défensifs dignes de ce nom, ni d’équivalents à M. Zircon et M. Sarmat. La sphère de l’OTANistan ne peut tout simplement pas gagner une guerre, n’importe quelle guerre contre la Russie, pour cette seule raison.

Le « récit » assourdissant de l’OTAN selon lequel l’Ukraine est en train de vaincre la Russie ne peut même pas être qualifié de plaisanterie innocente (comparez-le à la stratégie russe « Atteindre et Toucher Quelqu’un »). Le système corrompu des fanatiques du SBU mêlés aux factions ukrainiennes est fichu. Le Pentagone le sait. La CIA ne peut pas l’admettre. Ce que l’Empire du Mensonge a en quelque sorte gagné, jusqu’à présent, c’est une « victoire » médiatique pour les UkroNazis, pas une victoire militaire.

Le général Aleksandr Dvornikov, célèbre en Syrie, a un mandat clair : conquérir l’ensemble du Donbass, libérer totalement la Crimée et préparer l’avancée vers Odessa et la Transnistrie tout en réduisant une Ukraine croupion au statut d’État en faillite sans aucun accès à la mer.

La mer d’Azov – reliée à la mer Caspienne par le canal Don-Volga – est déjà un lac russe. Et la mer Noire est la suivante, la connexion clé entre le Heartland et la Méditerranée. Le système des cinq mers – Noire, Azov, Caspienne, Baltique, Blanche – consacre la Russie comme une puissance navale continentale de facto. Qui a besoin d’eaux chaudes ?

Se déplacer « à la vitesse de la guerre »

Le curseur de la douleur, à partir de maintenant, ne cessera d’augmenter. La réalité – c’est-à-dire les faits sur le terrain – deviendra bientôt évidente, même pour la LugenPresse dans tous les pays l’OTAN.

Le président woke des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, s’attend à ce que l’Opération Z dure des années. C’est absurde. Les forces armées russes peuvent se permettre d’être très méthodiques et de prendre tout le temps nécessaire pour démilitariser correctement l’Ukraine. L’Occident collectif, quant à lui, est pressé par le temps – parce que le retour de bâton de l’économie réelle est déjà en cours et ne peut que devenir vicieux.

Le ministre de la Défense Choïgu a été très clair : tout véhicule de l’OTAN apportant des armes à Kiev sera détruit en tant que « cible militaire légitime ».

Un rapport du service scientifique du Bundestag a établi que l’entraînement des soldats ukrainiens sur le sol allemand peut équivaloir, au regard du droit international, à une participation à la guerre. Et cela devient encore plus délicat lorsqu’il est associé à des livraisons d’armes de l’OTAN : « Seulement si, en plus de la livraison d’armes, l’instruction de la partie au conflit ou l’entraînement à ces armes étaient également en jeu, on quitterait la zone sécurisée de non-guerre ».

Maintenant au moins, il est irrémédiablement clair comment l’Empire du Mensonge « se déplace à la vitesse de la guerre » – comme le décrit en public par le marchand d’armes devenu chef du Pentagone, Lloyd « Raytheon » Austin. En pentagonais, le proverbial « officiel » a expliqué que c’était « une combinaison d’un centre d’appels, d’une salle de surveillance, de salles de réunion. Ils exécutent un rythme de bataille pour soutenir les décideurs ».

Le « rythme de bataille » pentagonais proposé à une armée ukrainienne supposée « crédible, résiliente et apte au combat » est alimenté par un système EUCom qui transfère essentiellement les commandes d’armes des entrepôts du Pentagone aux États-Unis aux succursales de l’Empire des bases en Europe, puis au front oriental de l’OTAN en Pologne, où elles sont acheminées par camion à travers l’Ukraine juste à temps pour être dûment incinérées par des frappes de précision russes : la panoplie d’options comprend des missiles supersoniques P-800 Onyx, deux types d’Iskander et des Kinjals lancés depuis des Mig-31K.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que Moscou est parfaitement conscient que les États-Unis, l’OTAN et le Royaume-Uni transfèrent non seulement des armes, mais aussi des informations. Parallèlement, l’Occident collectif met tout sens dessus dessous, façonnant un nouvel environnement totalement orienté contre la Russie, sans se soucier d’un semblant de partenariat dans quelque domaine que ce soit. Le collectif occidental n’envisage même pas la possibilité d’un dialogue avec la Russie.

Parler à Poutine est donc « une perte de temps », à moins qu’une « défaite russe » en Ukraine (écho d’une stridente propagande de Kiev) ne le rende « plus réaliste ». Malgré tous ses défauts, le Petit Roi Macron/McKinsey a été une exception, au téléphone avec Poutine en début de semaine.

L’hitlérisation néo-orwellienne de Poutine le réduit, même parmi la soi-disant euro-intelligentzia, au statut de dictateur d’une nation chloroformée dans son nationalisme du XIXe siècle. Oubliez tout semblant d’analyse historique/politique/culturelle. Poutine est un Auguste tardif, habillant son Imperium en République.

Au mieux, les Européens prêchent et prient – comme des chihuahuas jappant à la voix de leur maître – pour une stratégie hybride « d’endiguement et d’engagement » qui serait déclenchée par les États-Unis, reprenant maladroitement les gribouillages des habitants de cette zone d’exclusion aérienne intellectuelle, Think Tankland.

Mais en fait, les Européens préféreraient « isoler » la Russie – comme si 12% de la population mondiale « isolait » 88% (bien sûr, leur « vision » occidentalisée ignore complètement le Sud). « L’aide » à la Russie ne viendra que lorsque les sanctions seront efficaces (c’est-à-dire jamais : le retour de bâton sera la norme) ou – le rêve humide ultime – lorsqu’il y aura un changement de régime à Moscou.

La Chute

L’agent de relations publiques ukronazi Ursula von der Lugen a présenté le sixième train de sanctions de la (dés)Union européenne.

En tête du projet de loi figure l’exclusion de trois banques russes supplémentaires de SWIFT, dont la Sberbank. Sept banques sont déjà exclues. Cela renforcera « l’isolement total » de la Russie. Il est inutile de commenter quelque chose qui ne trompe que la LugenPresse.

Ensuite, il y a l’embargo « progressif » sur les importations de pétrole. Plus d’importation de brut dans l’UE dans six mois et plus de produits raffinés avant la fin de 2022. En l’état actuel des choses, l’Agence international de l’Énergie montre que 45% des exportations de pétrole de la Russie vont vers l’UE (avec 22% vers la Chine et 10% vers les États-Unis). La voix de son maître continue et continuera à importer du pétrole russe.

Et bien sûr, 58 sanctions « personnelles » font également leur apparition, visant des personnages très dangereux comme le patriarche Kirill de l’Église orthodoxe, ainsi que la femme, le fils et la fille du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Cette stupéfiante démonstration de stupidité devra être approuvée par tous les membres de l’UE. Une révolte interne est garantie, notamment de la part de la Hongrie, alors que tant de pays restent prêts à commettre un suicide énergétique et à gâcher la vie de leurs citoyens en grande partie pour défendre un régime néo-nazi.

Alastair Crooke a attiré mon attention sur une interprétation originale et surprenante de ce qui se passe, proposée en russe par un analyste serbe, le professeur Slobodan Vladusic. Sa thèse principale, en quelques mots : « Megalopolis déteste la Russie parce qu’elle n’est pas Megalopolis – elle n’est pas entrée dans la sphère de l’anti-humanisme et c’est pourquoi elle reste une alternative de civilisation. D’où la russophobie ».

Vladusic soutient que la guerre intra-slave en Ukraine est « une grande catastrophe pour la civilisation orthodoxe » – reflétant ma première tentative récente d’ouvrir un débat sérieux sur le Clash des Chrétientés.

Pourtant, le principal schisme ne porte pas sur la religion mais sur la culture : « La différence essentielle entre l’ancien Occident et la Mégalopolis d’aujourd’hui est que Mégalopolis renonce de manière programmatique à l’héritage humaniste de l’Occident ».

Ainsi, désormais, « il est possible d’effacer non seulement le canon musical, mais aussi tout l’héritage humaniste européen : toute la littérature, les beaux-arts, la philosophie » à cause d’une « banalisation du savoir ». Ce qui reste est un espace vide, en fait un trou noir culturel, « rempli par la promotion de termes tels que ‘posthumanisme’ et ‘transhumanisme’ ».

Et c’est là que Vladusic entre dans le vif du sujet : La Russie s’oppose farouchement à la Grande Réinitialisation concoctée par les « piratables », autoproclamés « élites » de Megalopolis.

Sergey Glazyev, qui coordonne actuellement l’élaboration d’un nouveau système financier/monétaire par l’Union économique eurasiatique (UEE) en partenariat avec les Chinois, adapte Vladusic aux faits sur le terrain.

Glazyev est beaucoup plus direct que dans ses analyses économiques méticuleuses. Tout en notant les objectifs de l’État profond de détruire le monde russe, l’Iran et de bloquer la Chine, il souligne que les États-Unis « ne seront pas en mesure de gagner la guerre hybride mondiale ». Une raison essentielle est que l’Occident collectif a « mis tous les pays indépendants devant la nécessité de trouver de nouveaux instruments monétaires mondiaux, des mécanismes d’assurance contre les risques, de restaurer les normes du droit international et de créer leurs propres systèmes de sécurité économique ».

Alors oui, c’est la Totalen Krieg, la guerre totale – comme l’explique Glazyev sans atténuation, et comme la Russie l’a dénoncé cette semaine à l’ONU : « La Russie doit tenir tête aux États-Unis et à l’OTAN dans leur confrontation, en la menant à sa conclusion logique, afin de ne pas être tiraillée entre eux et la Chine, qui devient irrémédiablement le leader de l’économie mondiale ».

L’histoire finira peut-être par enregistrer, 77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, que les psychos néoconservateurs/néolibéraux-conservateurs dans les silos de Washington, instiguant une guerre inter-slave en ordonnant à Kiev de lancer une guerre éclair contre le Donbass, a été l’étincelle qui a conduit à la chute de l’Empire américain.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.