Un bon édito doit être court et porter quelques émotions : tristesse, joie, colère.

Cher.e.s lecteurs-trices, homm.e.s ou femm.e.s, vierg.e.s ou enceint.e.s, ne me disez pas le contraire, je vous croiverai pas,

Mais sur un site comme le Grand Soir, il lui faut aussi une dimension politique. Attention, n’est pas considérée comme politique la blague suivante : « C’est quand il en a eu marre de voir les gens rentrer dans son bureau en courant et sans frapper que Wilson Churchill a fait enlever ses initiales sur la porte. » C’est rigolo, mais il aurait fallu y adjoindre une phrase sur la livraison d’armes de la Perfide Albion au zoltats Ugrainiens du réchiment Azov.

Théophraste R. Animateur d’un atelier d’écriture un peu décalé.

Premier exercice : « Expliquez en peu de mots pourquoi un soldat porteur du drapeau à croix gammée et admirateur de Stepan Andriïovytch Bandera n’est pas un nazi, mais un ultra-nationaliste ».





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.