Edward L. Bernays était un consultant américain largement reconnu comme le père des relations publiques. Bernays était l’un des hommes responsables de la « vente » de la Première Guerre mondiale au public américain en la qualifiant de guerre nécessaire pour :

« Rendre le monde plus sûr pour la démocratie ».

Au cours des années 1920, Bernays a été consultant pour un certain nombre de grandes entreprises, les aidant à dynamiser leurs activités grâce à des campagnes de marketing savamment conçues visant à influencer l’opinion publique.

En 1928, Edward Bernays publie son célèbre livre, « Propaganda », dans lequel il expose les théories qui sous-tendent ses efforts réussis de « relations publiques ». Le livre donne un aperçu du phénomène de la psychologie des foules et décrit des méthodes efficaces pour manipuler les habitudes et les opinions des gens.

Pour un livre qui a presque 100 ans, « Propaganda » ne pourrait pas être plus pertinent aujourd’hui. En fait, sa pertinence témoigne de la nature immuable de la psychologie humaine.

L’un des principaux enseignements du livre est que le contrôle de l’esprit est un aspect important de toute société démocratique. En effet, Bernays soutient que sans la « manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses », la démocratie ne « fonctionnerait » tout simplement pas.

Nous sommes gouvernés, nos esprits façonnés, nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n’avons jamais entendu parler. C’est une conséquence logique de la manière dont notre société démocratique est organisée. Un grand nombre d’êtres humains doivent coopérer de cette manière s’ils veulent vivre ensemble dans une société qui fonctionne bien.

Selon Bernays, ceux qui « gouvernent » constituent une classe dirigeante invisible qui « comprend les processus mentaux et les schémas sociaux des masses ».

Dans  Propaganda , Bernays s’appuie sur les travaux de Gustave Le Bon, Wilfred Trotter, Walter Lippmann et Sigmund Freud (son oncle !), décrivant le pouvoir de la psychologie de masse et comment elle peut être utilisée pour manipuler « l’esprit de groupe ».

Si nous comprenons le mécanisme et les motivations de l’esprit de groupe, n’est-il pas possible de contrôler et d’enrégimenter les masses selon notre volonté sans qu’elles le sachent ?

J’ai récemment exploré ce sujet dans un essai sur la façon dont les rituels occultes et la programmation prédictive sont utilisés pour manipuler la conscience collective, influençant les pensées, les croyances et les actions de grands groupes de personnes, aboutissant à la création de ce que les occultistes appellent des « égrégores ».

Ici, j’ai extrait quelques idées clés de Bernays pour tenter de montrer comment son livre « Propaganda » est, à bien des égards, le livre de jeu utilisé par la cryptocratie mondialiste pour traiter l’esprit de groupe des masses.

1. Si vous manipulez le chef d’un groupe, les gens suivront

Bernays nous dit que l’un des moyens les plus faciles d’influencer les pensées et les actions d’un grand nombre de personnes est d’influencer d’abord leur chef.

Si vous pouvez influencer les dirigeants, avec ou sans leur coopération consciente, vous influencez automatiquement le groupe qu’ils influencent.

En fait, l’un des principes les plus fermement établis de la psychologie de masse est que « l’esprit de groupe » ne « pense » pas, mais agit plutôt en fonction d’impulsions, d’habitudes et d’émotions. Et au moment de décider d’un certain plan d’action, sa première impulsion est de suivre l’exemple d’un leader de confiance.

Les humains sont, par nature, une espèce de groupe. Même lorsque nous sommes seuls, nous avons un profond sentiment d’appartenance au groupe. Qu’ils le sachent consciemment ou non, une grande partie de ce que font les gens est un effort pour se conformer aux idéaux du groupe qu’ils ont choisi afin de ressentir un sentiment d’acceptation et d’appartenance.

Cette méthode exacte d’influencer le leader et de regarder les gens suivre a été largement utilisée au cours des dernières années. Un exemple notable qui me vient à l’esprit est celui  des modèles épidémiologiques horriblement inexacts créés par Neil Ferguson, qui ont constitué la base des politiques de verrouillage du Premier ministre Boris Johnson.

Une fois que Johnson a été convaincu de la nécessité de se confiner et de se masquer, les gens ont suivi avec plaisir.

2. Les mots sont puissants : la clé pour influencer un groupe est l’utilisation intelligente du langage

Certains mots et phrases sont associés à certaines émotions, symboles et réactions. Bernays nous dit que grâce à l’utilisation intelligente et prudente du langage, on peut manipuler les émotions d’un groupe et ainsi influencer ses perceptions et ses actions.

En jouant sur un vieux cliché, ou en manipulant un nouveau, le propagandiste peut parfois balancer toute une masse d’émotions de groupe.

L’utilisation intelligente du langage a été employée tout au long de la pandémie de Covid-19 avec un grand effet. Un exemple évident de cela a été lorsque la définition de « vaccin » a été modifiée pour inclure les injections utilisant la technologie expérimentale de l’ARNm.

Vous voyez, le mot « vaccin » est associé dans l’esprit du public à une certaine image – celle d’une intervention médicale sûre et éprouvée qui est non seulement vitale mais absolument nécessaire.

Si les gouvernements avaient dit aux gens d’aller chercher leurs « thérapies géniques », la grande majorité du public remettrait probablement en question les motifs d’une telle campagne ; ils se sentiraient extrêmement sceptiques car l’expression « thérapie génique » n’est pas associée aux mêmes images, émotions et sentiments que « vaccin ».

Il en va de même pour le mot « pandémie », dont la définition a également été modifiée. Le mot « pandémie » est généralement associé dans la conscience collective à la peur, à la mort, au chaos et à l’urgence (en grande partie grâce à Hollywood et à la myriade de films sur le virus qu’il a diffusés au fil des ans).

3. Tout moyen de communication est aussi un moyen de propagande

Tout système de communication, qu’il s’agisse du téléphone, de la radio, de la presse écrite ou des médias sociaux, n’est rien de plus qu’un moyen de transmettre des informations. Bernays rappelle que tout moyen de communication est aussi un canal de propagande.

Il n’y a pas de moyen de communication humaine qui ne soit aussi un moyen de propagande délibérée.

Bernays poursuit en soulignant qu’un bon propagandiste doit toujours se tenir au courant des nouvelles formes de communication, afin qu’il puisse les choisir comme moyen de propagande délibérée.

En effet, les systèmes que la plupart des gens associeraient à la liberté d’expression et à la démocratie ne sont rien d’autre que des moyens de faire circuler la propagande. Les vérificateurs de faits sur Facebook, la censure des Big Tech et les bannières Covid de YouTube entrent certainement dans cette catégorie.

D’autres exemples incluent les récentes  mises à jour d’algorithmes effectuées par divers moteurs de recherche (dont Google et DuckDuckGo) pour pénaliser les sites Web russes. Bien que cela ne devrait pas surprendre (Google se livre à ce type de « propagande de l’ombre » depuis de nombreuses années).

4. Réitérer sans cesse la même idée crée des habitudes et des convictions

Bien que Bernays qualifie cette technique de « vieux propagandistes », il n’en reconnaît pas moins son utilité.

C’était l’une des doctrines de la psychologie de la réaction qu’un certain stimulus souvent répété créerait une habitude, ou que la simple réitération d’une idée créerait une conviction.

Répéter encore et encore la même idée ou le même « mantra » est une forme de programmation neuro-linguistique visant à inculquer certains concepts ou émotions dans le subconscient. En effet, il est souvent conseillé aux personnes qui se sentent tristes ou déprimées de se répéter un dicton ou une affirmation édifiante.

Il existe de nombreux exemples de cette technique simple, mais efficace, utilisée avec succès au cours des dernières années. Pensez au « faites confiance au plan » de Q, au favori mondialiste, « reconstruire en mieux » ou à la répétition incessante de cette phrase tordue, « faites confiance à la science ». Cette catégorie comprend les statistiques sur les décès et les nombres de cas 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, visant à promouvoir l’illusion d’une pandémie.

Il existe également des exemples plus évidents de cela, tels que des présentateurs de nouvelles dans différents domaines qui lisent tous exactement le même script.

5. Les choses ne sont pas désirées pour leur valeur intrinsèque, mais plutôt pour les symboles qu’elles représentent

Après avoir étudié pourquoi les gens prennent certaines décisions d’achat, Bernays a observé que les gens ne désirent souvent pas quelque chose pour son utilité ou sa valeur, mais plutôt parce que cela représente quelque chose d’autre dont ils ont inconsciemment envie. Une chose peut être désirée non pas pour sa valeur intrinsèque ou son utilité, mais parce qu’il en est venu inconsciemment à voir en elle le symbole de quelque chose d’autre, dont il a honte de s’avouer le désir.

Bernays donne l’exemple d’un homme qui achète une voiture. De l’extérieur, il peut sembler que l’homme achète la voiture parce qu’il a besoin d’un moyen de transport, mais en réalité, il l’achète parce qu’il aspire au statut social élevé qui accompagne la possession d’un véhicule à moteur.

Cette idée s’applique également aux événements de ces dernières années.

Par exemple, les masques sont un symbole de conformité. Tout le monde sait qu’ils ne fonctionnent pas, mais ils les portent parce qu’ils veulent « s’intégrer » et être perçus comme des citoyens intègres qui respectent les règles. Les injections de Covid-19 sont aussi un symbole et de nombreuses personnes choisissent de les recevoir parce qu’elles souhaitent éviter d’être qualifiées d’« anti-vaxxer » ou de « théoricien du complot ».

6. On peut manipuler les actions individuelles en créant des circonstances qui modifient les coutumes du groupe

Enfin, Bernays nous dit que si l’on souhaite manipuler les actions d’un individu, la manière la plus efficace de le faire est de créer des circonstances qui engendrent le comportement souhaité.

Quelles sont les véritables raisons pour lesquelles l’acheteur envisage de dépenser son argent dans une nouvelle voiture plutôt que dans un nouveau piano ? […] Il achète une voiture, car c’est actuellement la coutume du groupe d’acheter des voitures. Le propagandiste moderne s’emploie donc à créer des circonstances qui modifieront cette coutume.

Par exemple, pourquoi tout d’un coup tout le monde « se tient aux côtés de l’Ukraine » ? Selon Bernays, ce n’est  pas  parce qu’il y a une guerre et que des innocents ont besoin de notre amour et de notre soutien, mais plutôt parce que c’est la nouvelle « coutume de groupe » de le faire.

Le processus de modification des coutumes du groupe commence de haut en bas. Dans chaque nation ou clique sociale, il y a des dirigeants, des personnalités publiques et des influenceurs. La manipulation de ceux qui ont le plus d’influence finit par s’infiltrer dans l’esprit du public. C’est pourquoi, lorsqu’une célébrité décide de porter quelque chose d’extravagant sur le tapis rouge, une toute nouvelle tendance peut surgir du jour au lendemain.

De même, au début de la saga Covid puis de la guerre russo-ukrainienne, les médias n’ont pas tardé à faire circuler des histoires de célébrités « attrapant le Covid » et exhortant les gens à rester chez eux, ou de personnalités publiques condamnant les actions russes et appelant à des sanctions plus strictes (ce qui il se trouve qu’ils  ont fait plus de mal à l’Occident qu’à la  Russie).

Le manuel de propagande

Le monde est un endroit instable en ce moment. Les choses semblent changer rapidement et personne ne sait ce qui pourrait arriver ensuite. Cependant, au milieu de tout ce chaos, il y a une chose qui n’a pas changé et qui ne changera probablement pas de sitôt, c’est la psychologie humaine.

Pour cette raison, les tactiques utilisées pour manipuler les pensées, les croyances et les actions des gens n’ont pas changé non plus. En fait, la plupart d’entre eux ont été décrits en détail il y a 100 ans par Edward Bernays dans son livre de 1928, « Propaganda ».

C’est vrai, le livre de jeu du Puppet Master n’est pas un secret. C’est juste là, librement accessible à quiconque veut comprendre comment les pouvoirs en place cherchent à les influencer au quotidien.

La propagande d’Edward Bernays a maintenant été ajoutée à notre bibliothèque interdite. Lisez-le maintenant, ainsi que d’autres livres interdits.

source : Bruno Bertez



Source:

One thought on “Document pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec les techniques de base de la manipulation et de la propagande”
  1. Il y a des choses à revoir dans ce qui est dit ici, parce que c’est totalement faux de dire qu’il a suffit de quelques mots pour convaincre les Français à aller se faire injecter, c’est faux, archi faux, ce sont les contraintes et la pression constante mises sur les gens qui les ont finalement obligés à obéir.
    Il y a beaucoup de baratin là, il suffit de prendre l’arnaque électorale récente pour envoyer à la poubelle toute cette pseudo-démonstration affirmative.
    Les gens ont besoin d’un leader, c’est clair, mais ils ont aussi perçu que sans leader leurs oppresseurs sont sans pouvoir sur eux.
    C’est bien simple, tous les leaders que les médias ont fabriqué durant la crise des gilets jaunes, le Net les a massacré si bien qu’ils ont tous terminé représentants d’eux-mêmes.
    La manipulation n’est pas aussi franche et avérée que ce qui est décrit ici, par contre la peur réside dans beaucoup de têtes, une peur comme il en existait dans les pays de l’Est quand les pires services secrets étaient actifs, la même qu’on retrouvait à Cuba, les gens ont peur parce qu’ils ne savent pas à qui ils s’adressent réellement, ils s’autocensurent parce qu’ils sont convaincus qu’au milieu d’eux navigue une espèce cachée qui peut sournoisement faire tomber le pire sur la vie de n’importe qui.
    En vrai, ils ont pas tort, du tout même.
    On a viré des gens de leurs emplois parce qu’ils faisaient une quenelle, au moindre pet de travers c’est toute une communauté qui vous saute à la gorge, qui décide avant jugement du caractère d’un crime, peut modifier les lois républicaines pour la servir exclusivement, convoque le président élu à comparaître devant ses instances… Nous ne sommes pas manipulés, plus maintenant pour beaucoup, c’est le bon moment et la bonne opportunité qui ne se sont pas encore présentés, c’est plus ça la réalité.
    On pourrait même dire que le présent texte est une manipulation pour nous faire détourner le regard de la bonne cible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.