La Russie célèbre toujours sa victoire sur l’Allemagne nazie. Le 9 mai est le jour où les Allemands se sont rendus aux alliés avec les Russes à la table des négociations.

Pourquoi pensez-vous qu’il s’agit toujours d’un événement sacré en Russie alors que la grande majorité des Américains ignorent que la fin de l’Allemagne nazie mérite d’être commémorée ?

La réponse se trouve dans l’histoire. Si vous demandez à un Américain instruit qui a une certaine connaissance de l’histoire quelles sont les batailles les plus sanglantes auxquelles les troupes américaines ont participé, les trois premières sont la bataille de Gettysburg (c’est-à-dire la guerre civile américaine), la bataille des Ardennes et Iwo Jima. Mais je crois que 99% de ces personnes ne savent pas combien de soldats sont réellement morts au combat. Je pense que vous serez surpris par le nombre de morts :

  • Bataille de Gettysburg – 3155 soldats de l’Union et 3903 Confédérés tués au combat.
  • Bataille des Ardennes -19 276 tués.
  • Bataille d’Iwo Jima – 6821 morts.

La campagne la plus sanglante de toutes les guerres pour les États-Unis a été celle de Normandie, qui a commencé le 6 juin 1944 et s’est terminée le 25 août 1944, avec un total de 29 204 tués au combat.

Levez la main si vous êtes surpris par le nombre relativement faible de morts. Je fais partie des personnes abasourdies. Je ne veux pas dire que ces chiffres sont dénués de sens. Si l’un de ceux qui sont morts dans ces batailles était un membre de votre famille, le coût ne peut être mesuré. Mais la réalité est que le nombre de militaires américains tués au combat pendant la guerre de Sécession, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Viêt Nam combinées ne sont rien en comparaison des pertes subies par l’Union soviétique (c’est-à-dire la Russie) pendant la Seconde Guerre mondiale.

J’ai déjà écrit sur l’horreur de Stalingrad – on estime à 478 741 le nombre de soldats soviétiques tués ou disparus. Au cours de cette seule bataille, le peuple soviétique (principalement russe) a subi plus de morts au combat que les États-Unis n’en ont subi sur tous les théâtres et dans toutes les armées au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Les Américains n’ont aucun point de référence pour comprendre ou apprécier les pertes stupéfiantes que l’Union soviétique a subies en battant les nazis. Dans la bataille de Moscou, où les forces allemandes sont arrivées dans la banlieue de Moscou en décembre 1941, plusieurs centaines de milliers de soldats russes ont péri. Lorsque les Soviétiques ont retourné la situation contre les Allemands et lancé une contre-offensive en décembre 1941 qui s’est terminée le 7 janvier 1942, 139 586 autres soldats ont été tués ou portés disparus au combat.

Nous, Américains, aimons nous complaire dans l’idée que nous avons fait de grands sacrifices pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais la vérité est tout autre. Si la guerre a été un événement transformateur en termes de création d’un mastodonte industriel aux États-Unis, nos pertes ont été minimes. La plupart des familles n’ont pas été touchées par le chagrin après avoir perdu un soldat, un marin, un aviateur ou un marine. C’est exactement le contraire qui se passe en Russie.

Nous approchons de la marque des 80 jours dans la guerre Ukraine/Russie. Il n’existe pas de chiffres fiables sur le nombre de morts au combat dans les deux camps. Cependant, il semble que le nombre de soldats ukrainiens et de mercenaires étrangers morts soit quatre fois supérieur aux pertes russes.

Les États-Unis et l’OTAN commettent une grave erreur s’ils considèrent les craintes russes d’une invasion de l’Ouest comme un simple prétexte pour conquérir des territoires. La Russie a un avantage que l’Occident n’a pas : son patrimoine culturel n’a pas été dilué par un flot d’immigrants étrangers. Si l’on considère l’évolution de la population en Amérique et en Europe au cours des 60 dernières années, le pourcentage de la population dont un parent a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale a diminué. Je ne suggère pas que les immigrants légaux sont mauvais ou malfaisants. Mais les immigrants arrivent en Amérique ou en Europe avec une histoire différente. Leurs ancêtres n’achetaient pas d’obligations de guerre américaines pour soutenir l’attaque. Les pertes subies lors d’un conflit comme la Seconde Guerre mondiale restent gravées dans la mémoire de ceux qui ont connu la douleur de première main.

Je crois que c’est la variable clé qui explique pourquoi la plupart des Américains n’ont pas pris le temps de se souvenir de la victoire sur l’Allemagne nazie. Et cela explique aussi pourquoi le peuple russe s’en souvient encore.

source : Sonar 21

traduction Réseau International



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.