11 mai 2022 à 15h54,

Durée de lecture : 2 minutes

Pesticides

La bataille du glyphosate est à nouveau engagée au niveau européen. Le fameux herbicide doit en effet être réhomologué — ou interdit — par Bruxelles, son autorisation de mise sur la marché arrivant à échéance cette année. Dans cette optique, deux agences européennes — l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) — ont été mandatées afin d’établir la dangerosité de la substance chimique pour les humains et le vivant.

Signe d’une absence de consensus sur le sujet, les deux agences ont annoncé mardi 10 mai, « avoir dû réviser le calendrier des étapes restantes du processus de réévaluation » du glyphosate. En clair, leur étude, cruciale, a été reportée de près d’un an, à juillet 2023. En cause, un « nombre sans précédent d’observations » reçues par les deux régulateurs.

Pour l’association Générations futures, ce retard montre bien « la faiblesse du dossier initialement transmis aux deux agences ». L’Efsa et l’Echa se sont en effet basées, pour leur travail, sur un dossier élaboré par quatre États membres, dont la France, dénoncé par l’ONG comme trop influencé par l’agro-industrie.

Un report qui inquiète

La Commission européenne s’est inquiétée de ce report : « Je suis profondément préoccupée par le retard de l’évaluation du glyphosate, tout en prenant note du grand intérêt suscité par le processus d’évaluation, a commenté la commissaire à la Santé Stella Kyriakides. J’ai demandé aux agences de faire tout leur possible pour achever leurs travaux dans les meilleurs délais (mais) il est extrêmement important que toutes les nouvelles preuves soient soigneusement examinées et prises en compte. »

L’autorisation actuelle du glyphosate expire le 15 décembre 2022, mais elle sera automatiquement prolongée jusqu’à la fin du processus d’évaluation, à moins qu’un risque particulier ne soit identifié entre-temps. En 2017, le processus de réhomologation avait suscité de vifs débats et duré plus de deux ans.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.