Maison-Blanche

Aujourd’hui, le président Biden et les dirigeants du G7 ont rencontré le président ukrainien Zelensky pour réaffirmer notre engagement commun à faire en sorte que l’Ukraine soit en position plus favorable sur le champ de bataille et à la table des négociations.

Nos sanctions sans précédent pèsent déjà lourdement sur l’économie russe et nos contrôles à l’exportation nient à la Russie un accès aux technologies essentielles et aux chaînes d’approvisionnement dont elle a besoin au service de ses ambitions militaires. On prévoit que la guerre de Poutine anéantira les 15 dernières années de gains économiques en Russie. Du fait de nos contrôles à l’exportation, la Russie a du mal à reconstituer ses réserves d’armes et d’équipements militaires. Les deux principales usines de chars de Russie – Uralvagonzavod Corporation et l’usine de tracteurs de Tcheliabinsk – ont interrompu leur activité en raison du manque de composants étrangers. Près de 1 000 entreprises du secteur privé ont quitté la Russie et il existe des indications selon lesquelles plus de 200 000 Russes, dont beaucoup sont hautement qualifiés, ont fui le pays. Toutes ces sanctions auront un effet cumulatif qui s’intensifiera à terme.

Poutine a échoué dans son objectif militaire initial de dominer l’Ukraine – mais il a réussi à faire de la Russie un paria mondial. Aujourd’hui, les États-Unis, l’Union européenne et le G7 se sont engagés à prendre collectivement des mesures de rétorsion supplémentaires, dans le cadre des pouvoirs et processus juridiques respectifs de chaque partenaire.

Ciblage des médias contrôlés par l’État en Russie qui font la promotion de la guerre de Poutine. Les États-Unis sanctionneront trois des chaînes de télévision russes à plus forte audience contrôlées directement ou indirectement par l’État en Russie – la société anonyme Channel One Russia, la chaine de télévision Russia-1 et la société anonyme NTV Broadcasting Company. Ces trois stations ont été parmi les plus grands bénéficiaires de revenus étrangers dans lesquels puise l’État russe.

Interdiction des services qui contribuent à financer la guerre de Poutine et facilitent le contournement des sanctions. Les États-Unis interdiront aux ressortissants américains de fournir des services de comptabilité, de fiducie et de création d’entreprise et de conseil en gestion à toute personne en fédération de Russie. Ces services sont essentiels pour les entreprises et les élites russes qui créent de la richesse, et génèrent ainsi des revenus pour la machine de guerre de Poutine, et pour essayer de dissimuler cette richesse et de se soustraire aux sanctions. Cette mesure s’appuie sur les interdictions précédentes visant à restreindre les exportations de marchandises liées aux secteurs de l’aérospatiale, de la marine, de l’électronique, de la technologie, de la défense et destinées aux secteurs connexes de l’économie russe.

Interruption des importations de pétrole russe et réduction de la dépendance à l’égard de l’énergie russe. Les États-Unis ont déjà interdit l’importation de pétrole, de gaz et de charbon russes. Aujourd’hui, l’ensemble du G7 s’est engagé à supprimer progressivement ou à interdire l’importation de pétrole russe. Cette mesure frappera durement l’artère principale de l’économie de Poutine de sorte qu’il ne pourra pas disposer des revenus dont il a besoin pour financer sa guerre. Le G7 s’est également engagé à travailler conjointement pour assurer un approvisionnement énergétique mondial stable, tout en accélérant nos efforts pour réduire la dépendance envers les combustibles fossiles.

Imposition de nouveaux contrôles et sanctions à l’exportation pour faire obstacle à l’effort de guerre de la Russie. Les États-Unis publieront un nouveau règlement qui impose des restrictions supplémentaires au secteur industriel russe, notamment à une large gamme d’intrants et de produits, en particulier les produits du bois, les moteurs industriels, les chaudières, les moteurs, les ventilateurs et les équipements de ventilation, les bulldozers et de nombreux autres articles à usage industriel et commercial. Ces nouveaux contrôles limiteront encore davantage l’accès de la Russie à des produits et revenus susceptibles de contribuer à ses capacités militaires. Les États-Unis ont également sanctionné la société à responsabilité limitée Promtekhnologiya qui produit des fusils et d’autres armes utilisées dans le cadre des opérations militaires en Ukraine ; sept compagnies maritimes, qui possèdent ou exploitent 69 navires ; et une entreprise de remorquage maritime. La Commission de la réglementation nucléaire suspendra également les licences générales pour les exportations de matières brutes, de matières nucléaires spéciales, de sous-produits et de deutérium vers la Russie.

Imposition de sanctions aux élites russes et aux membres de leur famille et de restrictions de visa aux fonctionnaires russes et bélarussiens portant atteinte à la souveraineté, à l’intégrité territoriale ou à l’indépendance politique de l’Ukraine. Les États-Unis ont imposé environ 2 600 restrictions de visa aux responsables russes et bélarussiens en réponse à leurs actions actuelles visant à nuire à la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’Ukraine. En outre, les États-Unis ont publié une nouvelle politique en matière de restriction de visas qui s’applique aux responsables militaires de la fédération de Russie et aux prétendues autorités soutenues par la Russie ou installées par la Russie qui sont soupçonnées d’implication dans des violations des droits humains, des violations du droit international humanitaire ou des faits de corruption publique en Ukraine. Les États-Unis ont également sanctionné huit dirigeants de Sberbank – la plus grande institution financière de Russie et d’une importance unique pour l’économie russe, qui détient environ un tiers de tous les actifs bancaires en Russie ; vingt-sept cadres de Gazprombank – une banque russe importante qui facilite les opérations commerciales de l’entreprise russe Gazprom, l’un des plus grands exportateurs de gaz naturel au monde ; et la Banque industrielle de Moscou et ses dix filiales.



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.