Depuis que Philippe Vardon, conseiller municipal RN à Nice et conseiller régional en PACA, a plaidé pour une alliance entre le RN et Reconquête dans le Sud, les tensions se sont accrues avec la tête du parti. À tel point que la commission d’investiture a évincé Philippe Vardon pour placer un autre candidat.

Kevin Tanguy. Les tensions entre vous et le RN sont survenues après votre appel à l’union avec LR/R/RN. Pourquoi avoir fait cette proposition ?

Philippe Vardon. La présidentielle est terminée. Il y a une réalité électorale particulière en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et encore plus singulièrement dans les Alpes-Maritimes. En PACA, Éric Zemmour a rassemblé 12 % des électeurs et dans mon département 14 %, c’est-à-dire le double de son score national. Il apparaît très clairement, en se basant sur les résultats de 2017, que de ne pas avoir d’accord avec Reconquête en PACA pourrait nous faire perdre la moitié des seconds tours auxquels nous concourions en 2017. Et l’intégralité des seconds tours dans les Alpes-Maritimes. Je considère que ne pas faire d’alliance est suicidaire.

K. T. Le RN vous a écarté de l’investiture dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes. Vous maintenez quand même votre candidature. Pourquoi ?

P. V. Parce que ce n’est pas dans un bureau parisien qu’on va décider de mes engagements. L’investiture, c’est le RN qui en décide, la candidature, c’est mon sujet. Je vais à cette élection sans étiquette, mais pas sans éthique. On connaît mes valeurs, mes idées, mes combats. J’ai également le soutien de l’ensemble des élus municipaux et métropolitains du RN à Nice. Tous les élus, les militants et l’immense majorité des adhérents me soutiennent parce que cela est injuste et stupide politiquement.

K. T. Vous avez reçu le soutien des élus RN de Nice, est-ce que cet événement ne montre pas un fossé de plus en plus grand entre le RN du Nord et le RN du Sud ?

P. V. Évidement que, vu du Pas-de-Calais et des Hauts-de-France, le résultat d’Éric Zemmour est sensiblement différent. Dès lors, on peut se dire que ça ne nous empêchera pas d’avoir des députés. Mais c’est bien différent dans le Sud. Ce refus d’alliance est la volonté de tuer Reconquête, peut-être au prix du sacrifice de l’élection de certains députés. Ce qui est sûr, c’est que le RN du Sud est le grand sacrifié.

K. T. Pensez-vous, même sans étiquette politique, que les électeurs se porteront vers vous ?

P. V. Je rentre dans cette élection avec humilité. Je connais le poids des étiquettes partisanes. Ce qui est sûr, c’est que nous entrons dans cette campagne pour gagner, ce qui a toujours été mon objectif.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.