A un mois d’une élection législative cruciale pour Renaissance, parti présidentiel, un député de la majorité vient d’être condamné par la justice française pour avoir agressé, en 2017, l’ancien secrétaire des Français de l’étranger du PS (Parti Socialiste)

Un coup dur pour la majorité présidentielle. Alors que la colère des députés LREM non investis ne cesse de gronder, c’est désormais le cas d’un représentant du peuple proche de la majorité présidentielle qui risque de ternir l’image du parti présidentiel à seulement moins d’un mois des élections législatives.

Ce député n’est autre que M’jid El Guerrab, ex député LREM, qui vient d’être condamné par la justice française à 3 ans de prison, dont 2 avec sursis et 2 ans d’inéligibilité. Cette condamnation intervient 5 ans après que l’ex député LREM a agressé à coups de casque Boris Faure, ancien premier secrétaire des Français de l’étranger du Parti Socialiste.

Revenant sur cette condamnation, Le Nouvel Obs renseigne : “le député ex-LREM M’jid El Guerrab a été condamné ce jeudi 12 mai à Paris à trois ans de prison dont un ferme et à deux ans d’inéligibilité pour l’agression à coups de casque de l’ancien premier secrétaire de la section des Français de l’étranger du Parti socialiste, Boris Faure, en 2017.”

Et d’ajouter : “la peine d’un an de prison ferme sera aménagée en détention à domicile avec un bracelet électronique, a précisé le tribunal judiciaire de Paris. La procureure avait réclamé trois ans d’emprisonnement dont un an ferme ‘aménagé’ et trois ans d’inéligibilité contre M’jid El Guerrab”.

D’après la même source, l’ex député LREM, M’jid El Guerrab, a été ordonné par le tribunal à verser 2 520 euros pour l’expertise médicale auprès d’un neurologue pour évaluer les séquelles subies par Boris Faure suite à son traumatisme crânien. La justice a également consigné une provision de 15 000 euros d’amende pour dommages et intérêts.

Ce 12 mai, c’est Boris Faure lui-même qui a révélé le verdict sur son compte Twitter. “Mon agresseur est reconnu coupable pleinement. 3 ans de prison dont 2 av sursis et 2 ans d’inéligibilité. La justice a sanctionné sans trembler la violence en politique. Les citoyens aux législatives doivent maintenant sanctionner les indignes. Partout et sans délai”, a-t-il twitté.

Ce 12 mai, dans une interview accordée à France Info et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com, Boris Faure salue une décision de justice qu’il juge “fondamentale”. “C’était fondamental. D’ailleurs je pense que le véritable enjeu de cette décision de justice, c’était ça. L’inéligibilité est au rendez-vous, même si on sait très bien qu’un appel peut suspendre cette décision d’inéligibilité et que mon agresseur pourrait, s’il le décidait, aller au bout de l’élection. Je demande au pouvoir politique, à la majorité de prendre ses responsabilités vis-à-vis de cet individu qui s’est rendu coupable de faits extrêmes, de violences. Je demande aux citoyens de la 9e circonscription des Français de l’étranger de sanctionner cette personne qui n’a plus rien à faire en politique”, a-t-il réagi.

Sur le fait que pour le moment, le parti Renaissance (ex LREM) n’a pas investi de candidat face à M’jid El Guerrab, Faure ne cache pas son incompréhension. “Ça me semblerait une folie [de ne pas le faire] au regard du côté absolument dégradé de l’atmosphère politique qui est de plus en plus radicale. Il y a un besoin d’exemplarité. Qui pourrait imaginer que ce député qui m’a laissé quasiment pour mort il y a cinq ans soit encore en course pour les législatives ? Il aurait dû être débranché il y a longtemps. Il n’est que temps de le faire”, dit-il.

Ce jeudi, sur les réseaux sociaux, les soutiens de Boris Faure ont salué une victoire. “Je suis joie pour mon ami ⁦@BorisFaure Législatives 2022 : le député de la majorité @mjidelguerrab condamné à un an de prison ferme et deux ans d’inéligibilité pour agression. Allez, ciao ! Au suivant, maintenant”, s’est réjouie Elodie Jauneau, féministe et ex militante PS.

“Soutien affectueux à l’ami ⁦@BorisFaure⁩. Plus que les coups reçus, c’est l’indifférence et le cynisme qui causent les douleurs les plus vives. Que la justice passe, et avec elle la dignité politique”, a également twitté Gilles Clavreul





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.