Dans Marianne, Jack Dion s’était inquiété magistralement en se demandant pourquoi la mort horrible des « séparatistes » qui « ont péri dans l’incendie de la Maison des Syndicats le 2 mai 2014 soulève peu de réactions. Pourquoi deux poids deux mesures dans l’émotion et la protestation ? »

Macabre décompte (…)

Editorial



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.