Dans une charte imposée par la majorité présidentielle, les députés (de la majorité) sont sommés de soutenir l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron lors de ce second quinquennat. L’objectif, d’après BFMTV qui donne l’info, est d’éviter toute dissidence au sein de la majorité comme ce fut le cas au 1er quinquennat

Une charte pour discipliner ses troupes et gouverner dans la plus grande aisance. A moins d’un mois d’une élection législative cruciale pour Emmanuel Macron, la majorité ne veut surtout pas revivre des épisodes du quinquennat précédent où des députés, investis par le parti, se sont retournés contre celui-ci.

Ainsi, pour éviter que cela ne se reproduise, la majorité présidentielle a adopté une stratégie très efficace : faire signer à l’ensemble de ses députés une charte qui les oblige à à soutenir “l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron”. C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue de BFMTV.

En effet, d’après cette source, “les candidats investis pour les législatives devaient signer avant ce jeudi soir 20 heures une charte avec 12 engagements à respecter. Dans la liste de ces règles, on trouve d’abord la demande explicite de ‘soutenir l’ensemble des engagements pris par Emmanuel Macron devant les Français’. Autrement dit, pas question pour les parlementaires de s’opposer sur des réformes phares du second quinquennat, comme l’allongement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans”.

Sur les raisons de la mise en place d’une telle charte à moins d’un mois des élections législatives, BTMTV explique : “c’est que l’Élysée ne veut pas devoir gérer des tensions avec son aile gauche qui pourrait avoir envie de se faire entendre après le score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle. Pas question non plus de laisser prospérer les ambitions d’Edouard Philippe et de ses futurs élus Horizons, qui souhaite, lui, la retraite à 67 ans et qui a des intentions pour 2027″.

D’après la source, les députés investis par la majorité présidentielle devront obligatoirement siéger dans l’un des groupes de la majorité à l’Assemblée Nationale, à savoir Renaissance (ex LREM), MoDem ou encore Horizons”. Hors de question de laisser d’autres groupes se créer comme ce fut le cas lors du premier quinquennat.

Le volet éthique n’a pas été oublié. Car, à ce sujet, BFMTV renseigne : “la charte rappelle également des règles déjà en cours depuis le début du précédent quinquennat, comme l’interdiction d’embaucher des membres de sa famille en tant que collaborateur parlementaire et cite ‘l’exemplarité” et “la probité’. Cette clause pourrait faire grincer des dents alors que plusieurs candidats investis ont été mis en cause par la justice.”

Il faut que dire qu’à moins d’un mois des législatives, la majorité présidentielle est donnée favori dans les sondages. Cependant, l’union de la gauche (Nupes) autour de la France Insoumise risque de tout gâcher. En effet, avec l’effondrement des LR et la débâcle de Reconquête, le Rassemblement National, seul, pourrait ne pas suffire pour sauver la Droite qui traverse une crise sans précédent.

Macron part favori, mais tout peut arriver.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.