par Pepe Escobar.

Les récits occidentaux quotidiens martelés sur les « victoires ukrainiennes » et les « pertes russes » sous-tendent l’absence d’une grande stratégie réelle et cohérente contre Moscou.

Si nous connaissons tous Sun Tzu, le général, stratège militaire et philosophe chinois qui a écrit l’incomparable « Art de la guerre », on connaît moins le « Strategikon », l’équivalent byzantin de cet ouvrage sur la guerre.

La Byzance du VIe siècle avait vraiment besoin d’un manuel, menacée qu’elle était à l’est, successivement par la Perse sassanide, les Arabes et les Turcs, et au nord, par des vagues d’envahisseurs des steppes, Huns, Avars, Bulgares, Petchénègues turcs semi-nomades et Magyars.

Byzance ne pouvait pas s’imposer en suivant simplement le schéma classique de la puissance brute de l’Empire romain – elle n’en avait tout simplement pas les moyens.

La force militaire devait donc être subordonnée à la diplomatie, un moyen moins coûteux d’éviter ou de résoudre les conflits. Et nous pouvons ici établir un lien fascinant avec la Russie d’aujourd’hui, dirigée par le président Vladimir Poutine et son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov.

Mais lorsque les moyens militaires s’avéraient nécessaires pour Byzance – comme dans le cas de l’Opération Z de la Russie – il était préférable d’utiliser l’armement pour contenir ou punir les adversaires, plutôt que d’attaquer en force.

La primauté stratégique, pour Byzance, plus que diplomatique ou militaire, était une affaire psychologique. Le mot Strategia lui-même est dérivé du grec strategos – qui ne signifie pas « général » en termes militaires, comme le croit l’Occident, mais correspond historiquement à une fonction de gestion politico-militaire.

Tout commence par « si vis pacem para bellum » : « Si tu veux la paix, prépare la guerre ». La confrontation doit se développer simultanément sur plusieurs niveaux : grande stratégie, stratégie militaire, opératif, tactique.

Mais des tactiques brillantes, d’excellentes informations opérationnelles et même des victoires importantes sur un théâtre de guerre plus vaste ne peuvent compenser une erreur fatale en termes de grande stratégie. Il suffit de regarder les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ceux qui ont construit un empire comme les Romains, ou en ont maintenu un pendant des siècles comme les Byzantins, n’ont jamais réussi sans suivre cette logique.

Ces « experts » du Pentagone et de la CIA qui ne savent rien

Dans le cadre de l’Opération Z, les Russes se délectent d’une ambiguïté stratégique totale, qui déconcerte complètement l’Occident collectif. Le Pentagone ne dispose pas de la puissance de feu intellectuelle nécessaire pour se montrer plus malin que l’état-major russe. Seules quelques exceptions comprennent qu’il ne s’agit pas d’une guerre – puisque les forces armées ukrainiennes ont été irrémédiablement mises en déroute – mais de ce que l’expert militaire et naval russe Andrei Martyanov appelle une « opération de police à armes combinées », un travail de démilitarisation et de dénazification en cours.

L’Agence centrale de renseignement américaine (CIA) est encore plus abyssale en termes d’erreurs, comme l’a récemment démontré sa chef Avril Haines lors de son interrogatoire au Capitole. L’histoire montre que la CIA s’est trompée stratégiquement sur toute la ligne, du Vietnam à l’Afghanistan et à l’Irak. L’Ukraine n’est pas différente.

Il n’a jamais été question d’une victoire militaire en Ukraine. Ce qui est en train d’être accompli, c’est la destruction lente et douloureuse de l’économie de l’Union européenne (UE), associée à des profits extraordinaires sur les armes pour le complexe militaro-industriel occidental et à une domination sécuritaire rampante des élites politiques de ces nations.

Ces dernières, à leur tour, ont été totalement déconcertées par les capacités C4ISR (commandement, contrôle, communications, informatique, renseignement, surveillance et reconnaissance) de la Russie, ainsi que par l’inefficacité stupéfiante de leur propre constellation de Javelins, de NLAW, de Stingers et de drones turcs Bayraktar.

Cette ignorance va bien au-delà de la tactique et du domaine opérationnel et stratégique. Comme Martyanov le fait délicieusement remarquer, ils « ne sauraient pas ce qui les frappe sur le champ de bataille moderne avec des quasi-pairs, alors oubliez des pairs ».

La qualité des conseils « stratégiques » émanant de l’OTAN est apparue clairement lors du fiasco de l’île des Serpents – un ordre direct donné par des « consultants » britanniques au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeri Zaloujny, a estimé que tout cela était suicidaire. On lui a donné raison.

Les Russes n’ont eu qu’à lancer quelques missiles Onyx de surface et antinavires de choix depuis les bastions stationnés en Crimée sur les aéroports au sud d’Odessa. En un rien de temps, l’île des Serpents est repassée sous contrôle russe, alors même que des officiers de haut rang de la marine britannique et américaine ont « disparu » lors du débarquement ukrainien sur l’île. Ce sont les acteurs « stratégiques » de l’OTAN qui se trouvaient sur place pour prodiguer des conseils peu judicieux.

Une preuve supplémentaire que la débâcle de l’Ukraine concerne principalement le blanchiment d’argent – pas une stratégie militaire compétente – est l’approbation par le Capitole d’une « aide » supplémentaire de 40 milliards de dollars à Kiev. Il s’agit d’une nouvelle aubaine pour le complexe militaro-industriel occidental, comme l’a dûment noté le vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, Dmitri Medvedev.

Les forces russes, quant à elles, ont apporté la diplomatie sur le champ de bataille, en remettant 10 tonnes d’aide humanitaire à la population de Kherson libérée – le chef adjoint de l’administration militaro-civile de la région, Kirill Stremousov, ayant annoncé que Kherson souhaitait faire partie de la Fédération de Russie.

Parallèlement, Georgiy Muradov, vice-Premier ministre du gouvernement de Crimée, n’a « aucun doute sur le fait que les territoires libérés du sud de l’ancienne Ukraine deviendront une autre région de la Russie. Ceci, comme nous l’évaluons à partir de notre communication avec les habitants de la région, est la volonté des gens eux-mêmes, dont la plupart ont vécu pendant huit ans dans des conditions de répression et de brimades par les Ukronazis ».

Denis Pouchiline, le chef de la République populaire de Donetsk, est catégorique : la RPD est sur le point de libérer « ses territoires à l’intérieur des frontières constitutionnelles », puis un référendum sur l’adhésion à la Russie aura lieu. En ce qui concerne la République populaire de Lougansk, le processus d’intégration pourrait même intervenir plus tôt : la seule zone restant à libérer est la région urbaine de Lyssytchansk-Sievierodonetsk.

Le « Stalingrad du Donbass »

Bien que le rythme de l’Opération Z fasse l’objet d’un débat animé parmi les meilleurs analystes russes, la planification militaire russe se déroule méthodiquement, comme si elle prenait tout le temps nécessaire pour consolider les faits sur le terrain.

Le meilleur exemple est sans doute le sort réservé aux néonazis d’Azov à Azovstal, à Marioupol – l’unité la mieux équipée des Ukrainiens, de loin. Au final, ils ont été totalement dépassés par un contingent de Spetsnaz russes/tchétchènes numériquement inférieur, et en un temps record pour une si grande ville.

Un autre exemple est l’avancée sur Izioum, dans la région de Kharkiv – une tête de pont clé sur la ligne de front. Le ministère russe de la Défense suit le modèle consistant à écraser l’ennemi tout en avançant lentement ; s’il rencontre une résistance sérieuse, il s’arrête et brise les lignes défensives ukrainiennes par des frappes de missiles et d’artillerie ininterrompues.

Popasna, à Lougansk, surnommée par de nombreux analystes russes « Marioupol sous stéroïdes » ou « le Stalingrad du Donbass », est désormais sous le contrôle total de la République populaire de Lougansk, après que celle-ci a réussi à ouvrir une brèche dans une forteresse de facto comportant des tranchées souterraines reliées entre elles et situées entre la plupart des maisons civiles. Popasna est extrêmement importante sur le plan stratégique, car sa capture brise la première ligne de défense la plus puissante des Ukrainiens dans le Donbass.

Cela conduira probablement à l’étape suivante, avec une offensive sur Bakhmut le long de l’autoroute H-32. La ligne de front sera alignée, du nord au sud. Bakhmut sera la clé pour prendre le contrôle de l’autoroute M-03, la principale route vers Sloviansk depuis le sud.

Il ne s’agit là que d’une illustration de l’application par l’état-major russe de sa stratégie méthodique et minutieuse, dont l’impératif principal pourrait être défini comme une avancée préservant le personnel. Avec l’avantage supplémentaire de n’engager qu’une fraction de la puissance de feu russe globale.

La stratégie russe sur le champ de bataille contraste fortement avec l’obstination de l’UE à être réduite au statut de repas pour chiens américain, Bruxelles menant des économies nationales entières à des degrés divers d’effondrement certifié et de chaos.

Une fois de plus, c’est au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, un maître de la diplomatie, qu’il revenait de résumer cette stratégie.

Question : « Que pensez-vous de l’initiative de Josep Borrell (homologue de Lavrov au sein de l’UE) visant à donner à l’Ukraine des actifs russes gelés à titre de « réparations » ? Peut-on dire que les masques sont tombés et que l’Occident passe au vol ouvert ? »

Lavrov : « On peut dire que c’est du vol, qu’ils ne cherchent pas à cacher… Cela devient une habitude pour l’Occident… Nous pourrions bientôt voir le poste de diplomate en chef de l’UE supprimé, car l’UE n’a pratiquement pas de politique étrangère propre et agit entièrement en solidarité avec les approches imposées par les États-Unis ».

L’UE n’est même pas capable d’élaborer une stratégie pour défendre son propre champ de bataille économique – elle assiste à la fermeture de facto et progressive de son approvisionnement énergétique par les États-Unis. Nous sommes ici dans le domaine où les États-Unis excellent sur le plan tactique : le chantage économique/financier. Nous ne pouvons pas appeler cela des mouvements « stratégiques » car ils se retournent presque toujours contre les intérêts hégémoniques des États-Unis.

Comparez cela avec la Russie qui atteint son plus grand excédent de l’histoire, avec l’augmentation et la hausse des prix des matières premières et le rôle à venir du rouble, de plus en plus fort, en tant que monnaie basée sur les ressources naturelles et également soutenue par l’or.

Moscou dépense bien moins que le contingent de l’OTAN sur le théâtre ukrainien. L’OTAN a déjà gaspillé 50 milliards de dollars – et ce n’est pas fini – alors que les Russes ont dépensé 4 milliards de dollars, plus ou moins, et ont déjà conquis Marioupol, Berdiansk, Kherson et Melitopol, créé un corridor terrestre vers la Crimée (et sécurisé son approvisionnement en eau), contrôlé la mer d’Azov et sa principale ville portuaire, et libéré Volnovakha et Popasna, stratégiquement vitales dans le Donbass, ainsi qu’Izioum près de Kharkiv.

Sans compter que la Russie a précipité l’ensemble de l’Occident dans un niveau de récession jamais vu depuis les années 1970.

La victoire stratégique de la Russie, telle qu’elle se présente, est militaire, économique et pourrait même se conjuguer au plan géopolitique. Des siècles après la rédaction du « Strategikon » byzantin, les pays du Sud auraient tout intérêt à se familiariser avec la version russe de « L’Art de la guerre » du XXIe siècle.

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International



Source:

One thought on “où est la stratégie occidentale en Ukraine ?”
  1. Est-ce vraiment utile de se référer à la mythologie occidentale pour dépeindre le réel actuel, je n’en suis pas sûr.
    La guerre est une action humaine dont les concepts fondateurs sont construits autours de, ipséité et altérité desquels chaque camp avec ses méthodes propres tente de gommer ou mettre à profit au maximum le facteur, aléa.
    Il n’y a pas une stratégie dans un temps aussi perturbé qu’est le nôtre, d’ailleurs, en temps de paix non plus, mais, des stratégies, qui sont aussi variables qu’il y a de camps qui s’opposent entre eux car ce sont différentes écoles de pensées qui s’affrontent.
    L’erreur est de faire comme si tout est monobloc, l’Occident contre la Russie, rien que là, juste à démontrer la nature grotesque du schéma de pensée dans lequel le camp auquel nous appartenons est enfermé, devrait nous démontrer, que s’il n’y a pas dislocation rapide de cette occlusion cognitive absolument faite d’ententes quasi irréelles, car provenant d’une multitude culturelle trop différentes les unes des autres, notre camp n’a pas l’ombre d’une chance, non pas de gagner, mais de ne pas être totalement anéantis que ce soit physiquement par des moyens offensifs meurtriers au possible, soit moralement (parce que les nouvelles normes aberrantes vont sauter) et économiquement, ça s’comprend tout seul.
    À l’origine, l’OTAN est prévu pour riposter en cas d’attaque contre l’un de ses membres, or, jamais cela ne s’est produit depuis sa création, si une telle attaque avait eu lieu, la cohésion et les moyens mis en œuvre en commun ne poseraient aucune difficulté pour défaire militairement l’adversaire visé, mais, on est pas dans un tel schéma ici, c’est l’outil otanesque lui-même qui montre qu’il n’est absolument pas adapté à la situation à laquelle il aimerait s’opposer.
    Faisons l’impasse sur les différentes divergences qui existent entre les différents partenaires qui constituent l’OTAN dans le conflit actuel, d’une part ça n’est la guerre d’aucun d’eux, par ailleurs, ne serait-ce que pour imaginer affaiblir leur adversaire commun, avec lequel jusqu’ici ils avaient d’excellentes relations commerciales et relationnelles, il leur faut beaucoup sacrifier d’eux-mêmes voire quasiment se ruiner eux et leurs populations pour ce faire.
    Dès lors, on comprend vite que l’élaboration d’une stratégie commune qui serait favorable à tous est impossible à réaliser, puisque ça devient une gageure bourrée d’aléas qui projettent tout vers la défaite, car on peut pas dire que les choses iront en s’améliorant pour notre camp si le conflit empirait, ça n’est ni logique ni réaliste, les choses ne peuvent que suivre leur cours normale dans un tel cas, la dégradation.
    Plus prosaïquement, imaginons même que l’on accepte l’idée que ce sont les économies européennes elles-mêmes qui sont visées par ce conflit, à un moment il faut se poser la question de l’intérêt réel qu’aurait à gagner le concepteur d’un tel plan, puisque mettre en ruine les meilleurs économies du marché actuel, c’est pas très prospère comme perspective pérenne, il n’y a guère besoin d’être un roi de l’économie pour comprendre qu’une telle entreprise va forcément se retourner contre ceux qui l’auraient mise en pratique, l’Amérique sans le marché économique européen, c’est pas fortiche, par conséquent, l’aspect stratégique derrière les idioties à l’œuvre est semble-t-il peu efficace à terme.
    On en revient encore une fois à, l’École des pensées, là elles sont côté occidental multicéphales et en affrontement avec un adversaire puissant mais disposant d’un seul chef de guerre charismatique ayant avec lui une intendance dévouée absolument en rapport avec son charisme, alors, comparaison n’est pas raison, on ne peut pas comparer la seconde guerre mondiale où là aussi dans le camp le plus emblématique tenant rôle du méchant régnait un grand chef, Hitler, mais celui-ci avait beaucoup de travers qu’on ne retrouve pas chez M. Poutine dans ses rapports autant avec ses généraux que son administration politique.
    Donc, le passé peut servir d’élément de repaire, mais il ne peut pas être celui d’une comparaison.
    La stratégie est une représentation rationnelle de la réalité d’un moment pour une cause donnée et qui sert à projeter les efforts auxquels on la consacre, dans l’avenir.
    À l’évidence, vu le bouillon que prend le camp occidental dans tous les secteurs où il s’entreprend, j’ai l’impression que les analystes de notre camp ont du mal à admettre qu’on en avait aucune au départ et que c’est à la bohémienne que nos affaires se font depuis déjà un bon moment, force est de constater qu’on va là où le vent nous pousse.
    Nous vivions dans la magie des mots, gendarme du monde, homme le plus puissant, meilleure armée au monde, blablabla… le retour à la réalité est brutal!
    On se déshonore en se faisant rapineurs des avoirs d’autrui, on bafoue les règles qu’ont imposait martialement aux autres, bref, tout ce qui est fait occidentalement parlant est une démonstration de faiblesse inutile.
    Or, comme l’image véridique que nous renvoie le miroir de nous-mêmes est trop laide, on campe dans le ridicule et le déni.
    Les Russes n’avaient pas besoin et peut-être même pas imaginé à quel point nous serions forfait quant à nos nos prétentions de domination mondiale, tant et si bien qu’ils s’adaptent devant autant de faiblesses, pourquoi ne prendraient-ils pas leur temps à redéfinir leurs frontières de manière irrévocable en prenant soin de ne pas s’aliéner les populations qui vivront dorénavant sous leur tutelle, avec une perte de personnels et matériels limitée alors qu’ils vont laisser la partie de l’ancienne Ukraine exsangue avec des dettes irremboursables qui feront mal aux prêteurs?
    Ils ne cessent par ailleurs de prévenir leurs cobelligérants que s’ils ne souhaitent pas eux-mêmes une guerre mondiale, voire nucléaire, c’est une option à laquelle ils ne sont pas fermés le cas échéant, alors, franchement, qui vit avec le canon sur la tête?
    Puisqu’il faut toujours conclure, même les évidences, on peut dire que la victoire russe sera géographique et politique, c’est vraiment différent de la géopolitque, parce que cette victoire ne sera pas limitée à leur seule zone d’influence russe où se déroulent les combats, c’est beaucoup plus vaste, les Russes gagnent les têtes et l’assentiment des peuples, même ceux occidentaux, c’est quand même grave alors que toute la propagande des Marchands est employée à faire exister le contraire.
    Cette guerre, en vérité, est déjà gagnée et finie, mais, chez les faillis on ne signe pas sa reddition facilement pas plus qu’on est capable de se projeter dans un monde où l’on ne sera plus sur le devant de la scène.
    Il n’y a pas d’art de la guerre ici, la vérité était de ne pas faire, pour les Occidentaux, exister leur défaite artistiquement, vous savez quoi, je crois que c’est raté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.