Stéphane Vojetta, député LREM des Français de l’extérieur (Espagne, Portugal, Andorre et Monaco), vient de confirmer ce 17 mai son exclusion du parti présidentiel. Il avait refusé de céder sa place à Manuel Valls, investi à ce poste par les instances du parti

A quelques semaines d’une élection législative cruciale pour Emmanuel Macron, le parti présidentiel compte se débarrasser des candidats dissidents. Et pour cause! Il y a quelques jours, notre média, en se basant sur une info exclusive de BFMTV, révélait l’existence d’une charte que la majorité a fait signer à ses députés les obligeant à soutenir tous les engagements de Macron et ainsi éviter toute dissidence.

Et le parti n’hésite plus désormais à faire le ménage. Car, moins d’une semaine après la révélation de ladite charte, les premières sanctions sont tombées. En effet, d’après les informations obtenues par Guillaume Daret, journaliste Service Public France Tele, une dizaine de dissidents LREM ont été exclus par le bureau exécutif. Parmi eux, figure Stéphane Vojetta, député des Français de l’extérieur qui avait refusé d’être remplacé par Manuel Valls.

INFO #Législatives // Une dizaine de dissidents LREM ont été exclus hier par le bureau exécutif indique un dirigeant. Parmi eux, Stéphane Vojetta, député sortant à nouveau candidat alors que c’est @manuelvalls qui est investi dans la 5e circonscription des Français de l’étranger”, a révélé Guillaume Daret ce 17 mai.

“Je suis exclu, ce n’est qu’une parenthèse”

Une information confirmée par le député Vojetta lui-même dans un post publié sur son compte Twitter officiel ce 17 mai. En effet, dans une vidéo postée sur son compte, le député sortant regrette avoir appris la nouvelle dans la presse, mais semble n’être pas surpris d’une telle décision.

“Bonjour à tous! Alors, j’apprends par la presse malheureusement, encore une fois, mon exclusion apparente de la République En Marche. C’était prévu. J’en avais parlé avec Stanislas Guerini le soir où il m’avait appelé pour m’annoncer ma non-investiture au profit de Manuel Valls”, a-t-il réagi.

Et de poursuivre : “c’était prévu car ce sont les règles. Je me plie aux règles de mon mouvement politique. Je suis exclu, ce n’est qu’une parenthèse. Je recevrai sans doute bientôt une lettre signée par quelqu’un qui est un ami et qui restera un ami. il n’y a rien de personnel. J’ai bien l’intention de rejoindre ma famille politique”.

Il convient de rappeler que Stéphane Vojetta n’a jamais digéré la décision du parti de le substituer par Manuel Valls et l’a ouvertement fait savoir dans une série de twittes largement relayés dans la presse ces derniers jours. Et sa rébellion avait commencé dès l’annonce de l’investiture de l’ex premier ministre.

““Député #5emecircoFdE, élu de terrain apprécié des électeurs, Français de l’Etranger enraciné, fidèle à mes engagements, j’ai toujours joué collectif. J’ai la ferme intention d’être candidat à ma propre succession & j’attends donc en confiance la décision d’investiture”, avait-il réagi.

“L’investiture de Valls va à l’encontre de mes valeurs”

Et dans une interview accordée au média Equinox, il disait s’être entretenu avec les plus hautes instances de la République En Marche qui lui avaient confirmé qu’aucune décision n’avait été prise. “Le processus d’investiture est encore ouvert. Les plus hautes instances de La République en Marche à Paris me confirment qu’aucune investiture n’a été arrêtée, ni communiquée à qui que ce soit”, disait-il.

Et ce 5 mai, Vojetta est allé plus loin, défiant ouvertement Valls dans un communiqué. “L’investiture de M. Valls dans la circonscription dont je suis député #LAREM va à l’encontre de mes valeurs. Je serai donc candidat à ma propre succession, mais toujours en soutien de @EmmanuelMacron. Bonne chance aux autres candidats investis”, pouvait-on lire.

Dans le même communiqué, Vojetta tacle Valls sans le nommer. “Je serai donc candidat aux élections législatives dans cette circonscription, afin de poursuivre les nombreuses actions que j’ai initiées en tant que député. Mais aussi car les Français de la circonscription méritent d’être représentés par une personne pour qui la fidélité, la proximité et la parole donnée ont une valeur”, poursuit-il.





Source:

One thought on “Coup de tonnerre : le député qui avait refusé d’être remplacé par Manuel Valls vient d’être exclu de LREM”
  1. https://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/le-depute/le-statut-du-depute
    Soit nous ne savons pas ce qu’est un député, soit l’exécutif qui se met en place nous invite à le chasser manu militari voire manu populatio le cas échéant.
    Je ne vais pas défendre ce valet qui à l’écouter n’en a strictement rien à faire des Français qui l’élisent puisqu’il se dit fidèle (comme un toutou) à sa “famille” politique, voilà avec quelle genre de sémantique nous nous sommes faits déposséder de nos pouvoirs.
    Pires valets de cours que les deux personnages concernés par l’article, dont je n’évoquerai même pas les noms, ne sauraient être que des normes étalons.
    Ce ne sont que des esprits vils qui sont là, puisque, plutôt que de faire valoir le statut constitutionnel qui lui fait droit et le protège, que de dire aux citoyens électeurs à quel point il devrait être indisposant pour leurs esprits que le parti du président les traitre avec autant de mépris en même temps qu’il foule aux pieds la Constitution dont le soi-disant président était censé être garant, que de leur dire clairement qu’ils se rabaisseraient eux-mêmes à élire un véritable traître à la nation et, que ce dernier ose se présenter devant eux est véritable crachat en pleine face, he bien, non!
    Ça fait dans le consensuel boueux. Minable!
    Ces petites merdes ont totalement oublié que l’Assemblée Nationale est la Maison commune du peuple, l’endroit où toute la diversité nationale est représentée, ces salopards de députés doivent justement se distinguer par leurs différences puisqu’ils sont envoyés par nous, le peuple, des différents coins de France, donc, quand l’une de ces vermines se dit plus fidèle à son parti qu’à nous-mêmes, si nous étions des citoyens adultes, de telles merdes ne seraient jamais élues, donc soit ce sont eux les merdes, soit c’est nous.
    La plus belle richesse de la France est sa diversité autant territoriale que culturelle, nous sommes un beau peuple parce que partout où nous sommes Français c’est aussi dans des traditions différentes, regardons simplement le bâtis laissé par les anciens à travers le pays, ça ne vaut pas que pour le charme, c’est le témoignage d’une existence multi-séculaire, ça ne se peut pas transmettre sans les valeurs qui vont avec.
    Ces gens par leurs comportements et leurs trafics nous avilissent en permanence, alors à un moment c’est à nous de cesser d’être les bourrins les plus stupides qui soient, si nous ne voulons que notre sang coule dans les mois à venir, cessons d’être cons, en votant pour une espèce d’énergumène qui veut nous faire croire qu’il combat pour nous alors qu’il a fait installer la pire raclure à notre tête.
    Le combat continue même si nous savons les dés pipés, il faut mettre un bulletin Marine dans les urnes au prochain vote et le suivant aussi.
    Nous devons envoyer un message fort à notre base nationaliste, les gens les plus aptes à faire face à l’indicible que les autres, les moins conciliants, les plus batailleurs, on ne parle pas de nazis comme en Ukraine, on parle des Français encore dotés de testostérone.
    Bien sûr que je n’oublie pas le rôle majeur des femmes dans ce combat, mais c’est aux hommes qu’il appartiendra de frapper les premiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.