Source Insolentiae

« Dans la restauration, c’est la panique. Il reste 200 000 postes de saisonniers à pourvoir et le secteur pourrait faire appel à des étrangers, alors que le métier n’attire plus les travailleurs français.
Va-t-il y avoir une pénurie de serveurs cet été ? C’est ce que craint depuis plusieurs semaines le secteur, qui pourrait puiser dans une immigration ciblée, notamment en faisant appel à des serveurs tunisiens pour assurer le service. Car tous les emplois de la restauration sont concernés et plus de 200 000 postes saisonniers sont à pallier ».

Alors bien évidemment la sortie de Sarah Saldmann est pour le moins crue et sans nuance, et pourtant, au-delà du manque de tact il n’en reste pas moins que le constat doit être fait.

Oui.

Les aides toutes cumulées rendent le travail au smic largement sans intérêt économique dans de nombreuses situations puisque non seulement on ne gagne pas tellement plus en travaillant, mais surtout… il faut travailler au moins 35 heures, se déplacer, payer son repas, faire garder les enfants, sans oublier de supporter son chef !

Donc les gens plus que des gros paresseux sont surtout des agents économiques rationnels.

Ils ne travaillent pas car le travail ne paye pas assez par rapport à l’assistanat.

D’où l’idée de faire venir des Tunisiens, 200 000, pour jouer aux serveurs cet été.

Il ne viendrait pas à l’idée de la profession, à qui la TVA a été baissée de 10 points, d’augmenter les serveurs pour rendre le boulot attractif.

Non aller chercher 200 000 Tunisiens c’est vachement mieux… Et tant pis pour les millions de Français, quelles que soient leurs origines d’ailleurs, qui devront continuer à avoir des salaires miteux.

Georges Marchais déjà en son temps dénonçait l’immigration comme étant l’armée de réserve des capitalistes pour faire pression à la baisse sur les salaires !

Toute la gestion politique et économique de notre pays est un véritable scandale.

Charles SANNAT

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.