https://fr.sputniknews.com/20220303/linterdiction-de-rt-et-de-sputnik-par-lue-devrait-etre-temporaire-selon-une-ministre-neerlandaise-1055467329.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2022

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/07/0d/1045871406_170:0:2901:2048_1920x0_80_0_0_2ccc477dce1e9a21241bca7f77b218fb.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

union européenne (ue), chaîne de télévision rt, sputnik, interdiction, opération militaire

L’interdiction de RT et de Sputnik dans l’UE doit être temporaire et régulièrement réexaminée, “aussi courte que possible et aussi longue que nécessaire”, selon la ministre néerlandaise du Numérique.

Sputnik France reste accessible sur Telegram et Odysee. Pour accéder à notre site et à notre chaîne YouTube vous pouvez utiliser un VPN, par exemple CyberGhost, Astrill, NordVPN, ZenMate ou Private VPN.

Réagissant à l’interdiction de diffusion de RT et de Sputnik dans l’Union européenne suite à l’opération russe de démilitarisation de l’Ukraine, la ministre néerlandaise du Numérique Alexandra van Huffelen juge que la mesure doit être temporaire et régulièrement réexaminée, bien qu’elle soutienne pleinement “la répression de la propagande d’État russe”.

“Nous devrions essayer de la garder aussi courte que possible et aussi longue que nécessaire [l’interdiction, ndlr]. Cela devrait être la seule exception extrême parce que nous sommes en état de guerre”, avance-t-elle dans une interview accordée à Politico mercredi 2 mars.

D’après la ministre, il est important de revoir la mesure “dans les jours et les semaines à venir”.

Une décision à respecter par chaque membre de l’UE

L’interdiction de diffusion de RT et de Sputnik dans l’Union européenne est entrée en vigueur ce 2 mars après la publication de la décision des Vingt-Sept au Journal officiel de l’UE.

Les contenus de Sputnik et des chaînes de RT en anglais, allemand, français et espagnol ne pourront plus être diffusés sur les réseaux de télévision et sur internet, selon cette décision que chaque État membre est chargé de faire respecter.

Le blocage intervient après que la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé le 27 février la décision de l’UE de bloquer certains médias russes à titre de sanctions liées à l’opération spéciale menée par la Russie pour démilitariser l’Ukraine, accusée de “propager des mensonges” sur la situation.

Les applications mobiles de Sputnik et RT ne sont déjà plus disponibles sur l’App Store et sur Google Play hors de Russie, alors que les pages de Sputnik sur Facebook et Instagram ne sont plus accessibles dans l’UE et en Ukraine depuis le 28 février.

Opération de “démilitarisation” et de “dénazification”

Les interdictions interviennent suite à l’opération militaire spéciale russe entamée le 24 février afin de “défendre les gens exposés, pendant huit ans, aux exactions et au génocide par le régime de Kiev”.

L’opération – qui n’a pas pour objectif l’occupation de l’Ukraine –vise à “démilitariser et à dénazifier” ce pays et à traduire en justice tous les criminels de guerre responsables de “crimes meurtriers contre les civils” du Donbass.

La Défense russe a précisé que les forces armées russes ne ciblaient que des infrastructures militaires et les troupes ukrainiennes et ne menaçaient pas les civils.

Appel à respecter la liberté de la presse

Commentant l’interdiction par l’UE de Sputnik et de RT, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou ne s’attendait pas à des sanctions contre les journalistes, les sportifs et les personnalités de la culture.

Le président du Conseil des droits de l’homme auprès du Président russe, Valéri Fadeev, a envoyé un message à Teresa Ribeiro, représentante de l’OSCE, pour la liberté des médias, l’appelant à prendre des mesures visant le respect des normes de la liberté de la presse suite aux sanctions contre des médias russes.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.