L’Union Européenne a annoncé ce 18 mai une aide de 9 milliards d’euros destinée à l’Ukraine 

L’Europe passe à la vitesse supérieure. Alors que Washington vient d’approuver un budget de 40 milliards de dollars dont une grande partie servira à financer la guerre en Ukraine, l’Union Européenne lui emboîte le pas. Après avoir débloqué 500 millions de dollars à deux reprises pour aider Kiev à s’approvisionner en armes, l’UE entend débloquer 9 milliards d’euros et ce, malgré la crise financière qui a durement frappé le vieux continent.

C’est du moins l’information que notre média a obtenue ces dernières heures de plusieurs sources fiables dont Sofia Globle, média hongrois. En effet, d’après cette source, l’annonce a été faite par Ursula Von Der Leyen, présidente de la Commission Européenne. Cette dernière l’a confirmée sur Twitter.

Ainsi, dans un twitte posté sur son compte officiel, on pouvait y lire : “nous allons continuer d’être aux côtés de l’Ukraine, pendant tout au long de cette guerre et quand elle entamera sa reconstruction. Nous proposons une nouvelle aide macro-financière pour l’Ukraine d’un montant de 9 milliards d’euros en 2022”.

L’annonce de cette nouvelle a été saluée par un haut responsable politique ukrainien. Dans un twitte posté sur son site, ce dernier réagit en ces termes : “merci pour ce soutien envers l’Ukraine annoncée aujourd’hui par Von Der Leyen : une aide de 9 milliards d’euros ainsi qu’une plateforme destinée à la reconstruction de l’Ukraine. Ce soutien aidera l’Ukraine à gagner cette guerre, à surmonter les conséquences de l’agression des forces russes et à accélérer le mouvement vers une adhésion à l’UE”, s’est-il félicité.

Il convient de souligner que cette nouvelle aide financière intervient quelques jours seulement après l’annonce de l’UE de débloquer, pour la deuxième fois consécutive, une aide de 500 millions de dollars afin d’aider Kiev à s’acheter des armes et assurer sa propre défense face à l’invasion russe.

C’est du moins l’information relayée, il y a trois jours, par plusieurs sources fiables dont l’agence de presse Reuters qui cite Josep Borrell, chef de la Diplomatie européenne. Ce dernier a annoncé la nouvelle aux journalistes lors d’une conférence de presse en marge du sommet du G7.

Face à la presse, l’ex ministre espagnol des Affaires étrangères a fait savoir que cette nouvelle aide militaire destinée à l’Ukraine permettra de mettre plus de pression sur la Russie et de l’isoler davantage de la scène internationale. Sur son compte Twitter, Josep Borrell a confirmé l’information relayée par plusieurs sources.

En effet, dans un twitte posté ce 13 mai et lu par Lecourrier-du-soir.com, le chef de la Diplomatie européenne parle d’un budget de 2 milliards d’euros destinés à financer la guerre en Ukraine. L’annonce de cette nouvelle a été faite lors d’une rencontre entre Borell et Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères.

Dans un twitte posté sur son compte officiel, le chef de la Diplomatie ukrainienne s’était aussi réjoui de sa rencontre avec Borrell et s’est félicité que l’UE ait débloqué 500 millions d’euros supplémentaires pour aider son pays. Dans son twitte, Kuleba appelle l’UE à mettre en place un embargo total sur l’énergie russe.





Source:

3 thoughts on “Guerre en Europe : en pleine crise économique, l’UE débloque 9 milliards d’euros pour aider l’Ukraine”
  1. Nos pays occidentaux gouvernés par l’Amérique ont préparé et formé toute leur matière grise à des schémas doctrinaux de guerre potentielles, ils ont conçu des schémas mathématiques pour répondre à leurs besoins, même s’ils ont dû s’adapter à cause des guerre asymétriques qu’ils ont mené en Afghanistan comme en Irak, Syrie… où les résultats sont ceux qu’on connait, ils ont un dogme duquel ils ne savent se départir, puisqu’ils fonctionnent avec des théories du passé, telle celle de Clausewitz qui, récemment encore a refait son apparition dans des articles, selon laquelle: La guerre est un prolongement de la politique par d’autres moyens… puisque selon eux, soumettre l’ennemi sans croiser le fer est le fin des fins, d’après SunTzu, même si c’est beau à entendre, ce ne sont de nos jours que des resucées d’aberrations dans un monde tel que celui-ci.
    C’est une guerre hybride, bicéphale!
    L’un croise le fer, la Russie, l’autre détruit l’économie mondiale, la Chine.
    Russes et Chinois n’en ont que faire de nos théoriciens et philosophes des siècles derniers, ils innovent, à chaque fois.
    Concernant la Russie, la critique de nos stratèges militaires est fondée sur ce qu’ils ont observé d’elle durant ses deux dernières opérations militaires, Crimée et Géorgie, ils s’attendaient aux mêmes effets très peu de matériels et personnels engagés par rapport aux forces opposées et une rapidité d’action inimaginable à sceller la victoire… pas de bol, c’est encore une nouveauté et, ils sont à nouveau au fond de l’eau.
    L’effet de surprise a été total, le leurre a parfaitement fonctionné, la Russie a donné, l’impression de, en encerclant Kiev alors qu’elle avait d’autres objectifs réels, par contre, là son rythme est volontairement, lent.
    Tout le monde a cru au déroulement qui allait se produire, tout a été fait pour le contrer… patatras, c’était pas ça! depuis, les Occidentaux sont dans une obligation de courir après les Russes en faisant donner leur propagande au maximum pour dire que la Russie est en échec, or, ce sont eux qui se sont fait rouler dans la poudre à canon. Comptons pas sur eux pour l’avouer!
    les Occidentaux s’attendaient à ce que l’opération militaire russe ne comporte qu’une phase comme pour celles précédentes, même en Ossétie c’était comme ça, Syrie, quasiment pareil.
    Qui plus est, toutes les forces occidentales sont préparées à une guerre cybernétique, ils l’attendaient, souvenons-nous des déclarations alarmistes du camp occidental, souvenons-nous comment il a immédiatement coupé la tête aux médias russes, à l’accès aux sites russes, à la diplomatie russe elle-même, pourquoi?
    Parce que, durant leurs dernières campagnes militaires les Russes ayant conservés tous ces moyens, ils étaient intelligemment parvenus à conserver à l’opinion publique mondiale une perception positive d’eux.
    Qui se souvient en vouloir aux Russes pour la Crimée, l’Ossétie ou la Géorgie, c’est allé trop vite, les opinions publiques n’ont pas eu le temps de se formuler concrètement dans un sens ou un autres, l’actualité de ces époques-là a fait le reste.
    C’est justement pour éviter la reproduction de cela que le camp occidental s’est précipité comme il l’a fait avec les résultats que l’on sait, donc, c’était bien un piège préparé par Russes, Chinois et autres… la Turquie n’était pas au courant vu ses premières réactions, certainement savait-elle qu’il y avait quelque chose dans les tuyaux, mais pas quand ça dégorgerait.
    Il nous faut comprendre que les Occidentaux ont pris toutes les mesures pour éliminer immédiatement la Russie du système international et les moyens qu’il offre afin de lui empêcher toute possibilité de faire évoluer cette guerre en ce qu’elle est actuellement, une guerre hybride, comme déjà dit, ils attendaient des attaques cybers qui ne sont pas venues, seulement, ils n’ont pas anticipé que le soutien aux Russes puisse être aussi ferme et puissant de la part du reste du monde on occidental, de sorte que ce sont eux qui se font isoler pour le coup, lentement, mais sûrement, pris dans un nœud coulant.
    En quoi l’OMS est-elle concerné à faire de l’ingérence politique dans les affaire d’un pays, la manière dont la Chine traite le Covid ne la regarde pas tant que sont prises les mesures sanitaires pour éradiquer la propagation du peut-être fléau, si elle le fait c’est sur ordre, la question est de savoir sur ordre, de Qui elle reçoit des ordres?
    Elle le fait, surtout dans l’espoir de mobiliser les opinions internationales contre la Chine, en leur faisant comprendre que quelque part celle-ci est responsable pour partie de l’inflation.
    C’est une réadaptation occidentale de la prise de conscience qu’elle porte sur ce à quoi elle fait face réellement, mais, n’est-ce pas trop tard?
    On l’entend, les Américains commencent déjà à baisser pavillon quant aux avoirs russes séquestrés qu’ils déclaraient déjà vouloir affecter à l’Ukraine… la semaine dernière.
    Qu’est-ce qui les transforme en girouettes comme ça, l’info vient pas de journalistes ou de n’importe qui, c’est la très très haute administration américaine qui parle là.
    Pour qu’une guerre hybride puisse réussir elle doit répondre à certains principes, mélanger conventionnel et non-conventionnel et surtout, avoir un seuil.
    Tout dans la communication russe autant que dans les successions d’actions qu’elle mène converge en ce sens (c’est plus facile ainsi de comprendre les faux massacres mis en scène, ce sont des tentatives de déstabilisation), ils ont gelé les occidentaux dans leur position, ce qui veut dire, ils font ce qu’ils veulent et ont à faire sans aller à un dépassement de limite qui produirait un embrasement généralisé, tant qu’ils parviennent à conserver vers eux cet avantage, ils ont toutes les chances d’obtenir les gains recherchés, on le voit, c’est vrai.
    D’ailleurs, on voit aussi le nombre de provocations auxquelles ils n’ont pas répondu, celles qui se font menaçantes et contre lesquelles ils préviennent sans cesse, ils fixent leurs adversaires, nous.
    Ils prennent des mesures dans le champ économique sans aller au clash, mais suffisamment puissantes puisqu’ils le peuvent pour nous mettre à genou, la Chine de son côté verrouille cette opération par le confinement, ce qui oblige le camp occidental à une incapacité d’action sans devoir prendre l’initiative du déclenchement du pire.
    Pour le moment, la guerre cyber n’a pas encore été déployée, probablement avec les premiers frimas, si en plus elle devait être concertée avec les Chinois, nous allons avoir très très mal.
    Ça fait beaucoup de menaces, non?
    Honnêtement, il suffit juste d’observer pour comprendre, pas besoin de scénarios d’anticipation hollywoodiens, c’est pas la peine, tout est là, sous nos yeux.
    Les Chinois qui se faisaient traiter sans respect par les Américains il y a encore peu, la leur font à la Chinoise, bien profond dans le fondement jusqu’à la gorge, mais avec le sourire et aimablement.
    Les pays qui ne sont pas ennemis de la Russie et la Chine actuellement auront toujours un retour de leurs efforts dans un futur proche.

  2. Nos pays occidentaux gouvernés par l’Amérique ont préparé et formé toute leur matière grise à des schémas doctrinaux de guerre potentielles, ils ont conçu des schémas mathématiques pour répondre à leurs besoins, même s’ils ont dû s’adapter à cause des guerre asymétriques qu’ils ont mené en Afghanistan comme en Irak, Syrie… où les résultats sont ceux qu’on connait, ils ont un dogme duquel ils ne savent se départir, puisqu’ils fonctionnent avec des théories du passé, telle celle de Clausewitz qui, récemment encore a refait son apparition dans des articles, selon laquelle: La guerre est un prolongement de la politique par d’autres moyens… puisque selon eux, soumettre l’ennemi sans croiser le fer est le fin des fins, d’après SunTzu, même si c’est beau à entendre, ce ne sont de nos jours que des resucées d’aberrations dans un monde tel que celui-ci. C’est une guerre hybride, bicéphale! L’un croise le fer, la Russie, l’autre détruit l’économie mondiale, la Chine. Russes et Chinois n’en ont que faire de nos théoriciens et philosophes des siècles derniers, ils innovent, à chaque fois. Concernant la Russie, la critique de nos stratèges militaires est fondée sur ce qu’ils ont observé d’elle durant ses deux dernières opérations militaires, Crimée et Géorgie, ils s’attendaient aux mêmes effets très peu de matériels et personnels engagés par rapport aux forces opposées et une rapidité d’action inimaginable à sceller la victoire… pas de bol, c’est encore une nouveauté et, ils sont à nouveau au fond de l’eau.

  3. L’effet de surprise a été total, le leurre a parfaitement fonctionné, la Russie a donné, l’impression de, en encerclant Kiev alors qu’elle avait d’autres objectifs réels, par contre, là son rythme est volontairement, lent. Tout le monde a cru au déroulement qui allait se produire, tout a été fait pour le contrer… patatras, c’était pas ça! depuis, les Occidentaux sont dans une obligation de courir après les Russes en faisant donner leur propagande au maximum pour dire que la Russie est en échec, or, ce sont eux qui se sont fait rouler dans la poudre à canon. Comptons pas sur eux pour l’avouer! les Occidentaux s’attendaient à ce que l’opération militaire russe ne comporte qu’une phase comme pour celles précédentes, même en Ossétie c’était comme ça, Syrie, quasiment pareil. Qui plus est, toutes les forces occidentales sont préparées à une guerre cybernétique, ils l’attendaient, souvenons-nous des déclarations alarmistes du camp occidental, souvenons-nous comment il a immédiatement coupé la tête aux médias russes, à l’accès aux sites russes, à la diplomatie russe elle-même, pourquoi? Parce que, durant leurs dernières campagnes militaires les Russes ayant conservés tous ces moyens, ils étaient intelligemment parvenus à conserver à l’opinion publique mondiale une perception positive d’eux. Qui se souvient en vouloir aux Russes pour la Crimée, l’Ossétie ou la Géorgie, c’est allé trop vite, les opinions publiques n’ont pas eu le temps de se formuler concrètement dans un sens ou un autres, l’actualité de ces époques-là a fait le reste. C’est justement pour éviter la reproduction de cela que le camp occidental s’est précipité comme il l’a fait avec les résultats que l’on sait, donc, c’était bien un piège préparé par Russes, Chinois et autres… la Turquie n’était pas au courant vu ses premières réactions, certainement savait-elle qu’il y avait quelque chose dans les tuyaux, mais pas quand ça dégorgerait. Il nous faut comprendre que les Occidentaux ont pris toutes les mesures pour éliminer immédiatement la Russie du système international et les moyens qu’il offre afin de lui empêcher toute possibilité de faire évoluer cette guerre en ce qu’elle est actuellement, une guerre hybride, comme déjà dit, ils attendaient des attaques cybers qui ne sont pas venues, seulement, ils n’ont pas anticipé que le soutien aux Russes puisse être aussi ferme et puissant de la part du reste du monde on occidental, de sorte que ce sont eux qui se font isoler pour le coup, lentement, mais sûrement, pris dans un nœud coulant. En quoi l’OMS est-elle concerné à faire de l’ingérence politique dans les affaire d’un pays, la manière dont la Chine traite le Covid ne la regarde pas tant que sont prises les mesures sanitaires pour éradiquer la propagation du peut-être fléau, si elle le fait c’est sur ordre, la question est de savoir sur ordre, de Qui elle reçoit des ordres?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.