Le fait déconcertant est que de nombreux intellectuels de gauche « respectés » sont en réalité les gardiens de l’empire. Opposition contrôlée. Chez de telles personnes, l’anticommunisme est profond et des demi-vérités sont habilement brandies pour prétendre à une impartialité élevée.

kolñ

Noam Chomsky

Chomsky : Maître de la demi-vérité. Il blâme et sauve souvent l’empire dans un même souffle. « Un fléau sur vos deux maisons » – tel que pratiqué par lui et d’autres personnes de stature publique similaire – reste une posture sournoise, typique des libéraux, et non des véritables anti-impérialistes.

Alors que les médias dits libéraux et conservateurs – tous à la solde des agences de renseignement – déversent la propagande la plus flagrante sur la Russie et l’Ukraine, si évidente qu’elle en deviendrait comique si elle n’était pas si dangereuse, les connaisseurs autoproclamés ingèrent également des messages plus subtils, souvent issus des médias alternatifs.

Une femme que je connais et qui est au courant de mes analyses sociologiques de la propagande m’a contacté pour me dire qu’il y avait un excellent article sur la guerre en Ukraine dans The Intercept, une publication en ligne financée par le milliardaire Pierre Omidyar que je considère depuis longtemps comme un exemple majeur de reportage trompeur où la vérité est mélangée à des mensonges pour véhiculer un récit « libéral » qui soutient fondamentalement les élites dirigeantes tout en semblant les combattre. Cela n’a rien de nouveau, bien sûr, puisque c’est le modus operandi de tous les médias institutionnels, chacun à sa manière idéologique et malhonnête, comme le New York Times, CBS, le Washington Post, le New York Daily News, Fox News, CNN, NBC, etc. depuis très longtemps.

Néanmoins, par respect pour son jugement et sachant combien elle se sent profondément concernée par toutes les personnes qui souffrent, j’ai lu l’article. Écrit par Alice Speri, son titre semblait ambigu – « La gauche en Europe fait face à la résurgence de l’OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » – jusqu’à ce que je voie le sous-titre qui commence par ces mots : « L’invasion brutale de la Russie complique… » Mais j’ai continué à lire. Au quatrième paragraphe, il est devenu clair où cet article voulait en venir. Speri écrit que « En Ukraine, par contraste [avec l’Irak], c’était la Russie qui avait organisé une invasion illégale et non provoquée, et le soutien à l’Ukraine par les États-Unis était considéré par beaucoup comme crucial pour éviter des atrocités encore pires que celles que l’armée russe avait déjà commises. »

Alors qu’il s’agit ostensiblement de militants européens anti-guerre et anti-OTAN pris dans un dilemme, l’article poursuit en affirmant que si les États-Unis et l’OTAN se sont rendus coupables d’une expansion injustifiée pendant de nombreuses années, la Russie a été un agresseur en Ukraine et en Géorgie et est coupable de terribles crimes de guerre, etc.

Il n’y a pas un mot sur le coup d’État fomenté par les États-Unis en 2014, ni sur les mercenaires soutenus par la CIA et le Pentagone en Ukraine, ni sur leur soutien au bataillon néonazi Azov et aux années d’attaques de l’Ukraine dans le Donbass où plusieurs milliers de personnes ont été tuées. On suppose que ces actions ne sont pas criminelles ou ne sont pas des provocations. Et il y a ceci :

« La réponse hésitante des militants pacifistes européens est à la fois le reflet d’une invasion brutale et non provoquée qui a stupéfié le monde (sic) et celui d’un mouvement anti-guerre qui s’est réduit et marginalisé au fil des ans. La gauche, tant en Europe qu’aux États-Unis, a eu du mal à répondre à une vague de soutien à l’Ukraine qui va à l’encontre des efforts déployés depuis des décennies pour libérer l’Europe d’une alliance militaire dirigée par les États-Unis. »

En d’autres termes, l’article, couché dans une rhétorique anti-guerre, était une propagande anti-Russie. Lorsque j’ai fait part de mon analyse à mon amie, elle a refusé d’en discuter et s’est mise en colère contre moi, comme si j’étais donc un partisan de la guerre. J’ai constaté que c’est une réaction courante.

Cela m’a fait réfléchir à la raison pour laquelle les gens passent si souvent à côté des contre-vérités contenues dans des articles qui sont en grande partie véridiques et exacts. Je le remarque constamment. Elles sont comme de petites graines glissées dans l’article en espérant que personne ne s’en rende compte ; elles opèrent leur magie presque inconsciemment. Peu de gens les remarquent, car elles sont souvent imperceptibles. Mais elles ont leurs effets, sont cumulatives et sont bien plus puissantes au fil du temps que les déclarations fracassantes qui rebuteront les gens, surtout ceux qui pensent que la propagande ne fonctionne pas sur eux. C’est le pouvoir d’une propagande réussie, qu’elle soit intentionnelle ou non. Elle fonctionne particulièrement bien sur les personnes « intellectuelles » et très éduquées.

Par exemple, dans une interview récente, Noam Chomsky, après avoir été présenté comme un Galilée, un Newton et un Descartes des temps modernes, parle de la propagande, de son histoire, de Edward Bernays, de Walter Lippman, etc. Ce qu’il dit est historiquement exact et instructif pour quiconque ne connaît pas cette histoire. Il parle avec sagesse de la propagande des médias étasuniens concernant leur guerre non provoquée contre l’Irak et il qualifie avec précision la guerre en Ukraine de « provoquée ». Et ensuite, concernant la guerre en Ukraine, il lâche cette déclaration surprenante :

« Je ne pense pas qu’il y ait des « mensonges significatifs » dans les reportages de guerre. Les médias américains font généralement un travail très honorable en rapportant les crimes russes en Ukraine (sic). C’est précieux, tout comme il est précieux que des enquêtes internationales soient en cours en vue d’éventuels procès pour crimes de guerre. »

En l’espace d’un battement de cil, Chomsky dit quelque chose de si incroyablement faux qu’à moins de le considérer comme un Galilée des temps modernes, ce que beaucoup font, cela peut passer pour vrai et vous passerez sans problème au paragraphe suivant. Pourtant, c’est une déclaration si fausse qu’elle en devient risible. La propagande médiatique concernant les événements en Ukraine a été si manifestement fausse et ridicule qu’un lecteur attentif s’arrêtera tout de suite et pensera : est-ce qu’il vient de dire ça ?

Chomsky considère donc maintenant que les médias, tels que le New York Times et ses semblables, qu’il a correctement fustigés pour avoir fait de la propagande pour les États-Unis en Irak et au Timor oriental, pour ne citer que deux exemples, font « un travail très honorable en rapportant les crimes russes en Ukraine », comme si, soudain, ils n’étaient plus les porte-parole de la CIA et de la désinformation étasunienne. Et il dit cela alors que nous sommes au milieu du plus grand blitz de propagande depuis la Première Guerre mondiale, avec sa censure, son Disinformation Governance Board (conseil de gouvernance de la désinformation) traquant les dissidents, qui frôlent la parodie de 1984 de Orwell.

Il est encore plus malin lorsqu’il affirme avec désinvolture que les médias font du bon travail en rapportant les crimes de guerre de la Russie, alors qu’il a déjà dit ceci à propos de la propagande :

« Ainsi, ça continue. En particulier dans les sociétés plus libres, où les moyens de violence de l’État ont été limités par l’activisme populaire, il est très important de concevoir des méthodes de fabrication du consentement et de s’assurer qu’elles sont bien assimilées, devenant aussi invisibles que l’air que nous respirons, notamment dans les cercles éduqués et structurés. L’imposition de mythes de guerre est une caractéristique régulière de ces entreprises. »

C’est tout simplement magistral. Expliquer comment la propagande atteint les sommets et comment s’y opposer, puis en glisser un soupçon dans son analyse. Et pendant qu’il y est, Chomsky s’assure de faire l’éloge de Chris Hedges, l’un de ses disciples, qui a lui-même récemment écrit un article – ” L’âge de l’auto-illusion ” – qui contient également des points valables faisant appel à ceux qui en ont assez des guerres, mais qui aussi contient les mots suivants :

« Le revanchisme de Poutine est égalé par le nôtre.

La désorganisation, l’inaptitude et le moral bas des conscrits de l’armée russe, ainsi que les échecs répétés du haut commandement russe en matière de renseignement, apparemment convaincu que la Russie écraserait l’Ukraine en quelques jours, révèlent le mensonge selon lequel la Russie est une menace mondiale.

« L’ours russe s’est effectivement dégonflé », écrit l’historien Andrew Bacevich.

Mais ce n’est pas une vérité que les faiseurs de guerre transmettent au public. La Russie doit être gonflée pour devenir une menace mondiale, malgré neuf semaines d’échecs militaires humiliants. »

Le revanchisme de la Russie ? Où ? Revanchisme ? Pour récupérer quel territoire perdu les États-Unis ont-ils jamais fait la guerre ? L’Irak, la Syrie, Cuba, le Vietnam, la Yougoslavie, etc. ? L’histoire des États-Unis n’est pas une histoire de revanchisme mais de conquête impériale, de saisie ou de contrôle de territoire, tandis que la guerre de la Russie en Ukraine est clairement un acte d’autodéfense après des années de provocations et de menaces EU/OTAN/Ukraine, ce que Hedges reconnaît. « Neuf semaines d’échecs militaires humiliants » ? – alors qu’ils contrôlent une grande partie de l’est et du sud de l’Ukraine, y compris le Donbass. Mais son faux message est subtilement tissé, comme celui de Chomsky, dans des phrases qui sont vraies.

« Mais ce n’est pas une vérité que les faiseurs de guerre communiquent au public. » Non, c’est exactement ce que les médias porte-parole des faiseurs de guerre – c’est-à-dire le New York Times (l’ancien employeur de Hedges, qu’il ne manque jamais de mentionner et pour qui il a couvert la destruction sauvage de la Yougoslavie par l’administration Clinton), CNN, Fox News, le Washington Post, le New York Post, communiquent chaque jour au public pour leurs maîtres. Des gros titres qui disent comment la Russie, tout en commettant des crimes de guerre quotidiens, échoue dans ses objectifs de guerre et que le héros mythique Zelensky mène les Ukrainiens à la victoire. Des propos selon lesquels « l’ours russe s’est effectivement dégonflé » présentés comme des faits.

Oui, ils gonflent le mythe du monstre russe, pour ensuite le percer avec le mythe de David battant Goliath.

Mais étant dans le domaine des jeux d’esprit (trop de cohérence conduit à la clarté et trahit le jeu), on peut s’attendre à ce qu’ils brouillent leurs messages de manière continue pour servir l’agenda étasunien en Ukraine et poursuivre l’expansion de l’OTAN dans la guerre non déclarée avec la Russie, pour laquelle le peuple ukrainien sera sacrifié. Orwell l’a appelé « double pensée » :

« La double pensée est au cœur même de l’Ingsoc, puisque l’acte essentiel du Parti est de recourir à la tromperie consciente tout en conservant la fermeté d’intention qui va de pair avec une honnêteté totale. Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tout fait devenu gênant, puis, lorsque cela devient nécessaire, le tirer de l’oubli juste le temps qu’il faut, nier l’existence de la réalité objective et, en même temps, tenir compte de la réalité que l’on nie – tout cela est indispensable… avec le mensonge toujours en avance sur la vérité. »

Révélant tout en dissimulant et en injectant des inoculations de contre-vérités qui n’obtiendront qu’une attention superficielle de la part de leurs lecteurs, les écrivains mentionnés ici et d’autres ont un grand attrait pour l’intelligentsia de gauche. Pour des gens qui vénèrent fondamentalement ceux qu’ils ont investis d’infaillibilité et de génie, il est très difficile de lire attentivement des phrases et de déceler l’arnaque. Le subterfuge est souvent très habile et fait appel au sentiment d’indignation des lecteurs face à ce qui s’est passé dans le passé – par exemple, les mensonges de l’administration de George W. Bush sur les armes de destruction massive en Irak.

Chomsky, bien sûr, est le chef de la meute, et ses disciples sont légion, y compris Hedges. Depuis des décennies, ils évitent ou soutiennent les versions officielles des assassinats de JFK et RFK, des attentats du 11 septembre 2001 qui ont directement conduit à la guerre contre le terrorisme et à tant de guerres d’agression, et de la récente propagande Covid-19 avec ses verrouillages et ses répressions dévastatrices des libertés civiles. Ils sont loin d’être des amnésiques historiques, bien sûr, mais considèrent manifestement que ces événements fondateurs n’ont aucune importance, car sinon ils les auraient abordés. Si vous attendez d’eux des explications, vous attendrez longtemps.

Dans un article récent – ” How the organized Left got Covid wrong, learned to love Lockdowns and lost its Mind : an Autopsy ” – Christian Parenti écrit ceci à propos de Chomsky :

« La quasi-totalité de l’intelligentsia de gauche est restée psychiquement bloquée en mars 2020. Ses membres ont applaudi la nouvelle répression de la biosécurité et traité de menteurs, d’escrocs et de fascistes tous ceux qui n’étaient pas d’accord. Généralement, ils l’ont fait sans même s’engager sur des preuves et en évitant le débat public. Parmi les plus visibles, citons Noam Chomsky, l’anarcho-syndicaliste autoproclamé qui a appelé les personnes non vaccinées à « se retirer de la société » et a suggéré que l’on devrait les laisser mourir de faim si elles refusaient de se soumettre. »

La critique de Parenti sur la réponse de la gauche (pas seulement celle de Chomsky et Hedges) au Covid s’applique également aux événements fondateurs mentionnés ci-dessus, ce qui soulève des questions plus profondes sur la pénétration de la CIA et de la NSA dans les médias en général, un sujet qui dépasse le cadre de cette analyse.

Pour ceux, comme la femme libérale qui m’a renvoyé à l’article de The Intercept, qui diraient sans doute de ce que j’ai écrit ici : Pourquoi vous en prendre aux gauchistes ? ma réponse est très simple.

Les agendas pernicieux de la droite et des néoconservateurs sont évidents ; rien n’est vraiment caché ; on peut et on doit donc s’y opposer. Mais de nombreux gauchistes servent deux maîtres et sont beaucoup plus subtils. Ostensiblement du côté des gens ordinaires et opposés à l’impérialisme et aux prédations des élites à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ils sont souvent les auteurs d’une rhétorique séduisante qui échappe à leurs partisans. Une rhétorique qui alimente indirectement les guerres auxquelles ils prétendent s’opposer.



Source:

2 thoughts on “Les subtilités de la rhétorique gauchiste anti-russe — Enfant de la Société — Sott.net”
  1. Un bon exemple parlant, c’est le récent Tweet de notre CEMA chéri… Chef d’État-Major des Armées.
    “Entretien téléphonique avec mon homologue, le général Valerii ZALZHNKYI pour un point de situation sur les combats en cours. Échanges sur l’appui apporté à l’armée ukrainienne, en particulier par les armées françaises.”
    Appuis… t’es sûr de toi mec?
    Dans un moment aussi boueux intellectuellement que l’est notre partie du monde occidental, il est extrêmement important pour chacune et chacun de focaliser son énergie intellectuelle à savoir comment penser, plutôt que, quoi penser.
    Ça n’est pas une opération de Com’ du CEMA un tel tweet, non, nous ne pouvons pas l’accepter ainsi, sans nous questionner préalablement de savoir, alors qu’un nouvel exécutif n’est même pas encore en charge des affaires courantes, est-ce que la présidence française qui autorise un tel écart intellectuel et sémantique à une aussi influente personnalité de nos forces armées, dispose déjà d’un agenda, à savoir un programme clair et précis des opérations à venir sur le théâtre guerrier ukrainien?
    Car, nous ne pouvons imaginer que des gens qui prennent place dans des nouveaux ministères dans lesquels ils ne disposent d’aucune connaissance particulière aux réels fonctionnements de ceux-ci, puissent être considérés par nous comme pouvant déjà être aptes à faire face à une potentielle opération militaire, de quelque nature serait-elle, de la France contre la Russie.
    Ça c’est une véritable insulte à l’intelligence du citoyen français, qui, si les propos se renouvelaient, serait absolument fondé à croire, qu’effectivement les dernières élections nationales relèvent de la farce absolue, que l’actuel résident de l’Élysée n’est qu’un vulgaire pantin faisant fonction de, et, que le vrai pouvoir est entre les mains de gens qui ne sont totalement pas visibles au premier plan.
    Auquel cas, nous saurions obéir à un pouvoir spectral!
    C’est une mise en place, à l’évidence, mais, elle est symptomatique de la vraie connerie qui habite notre soi-disant élite militaire et politique.
    Parce que, si on on prépare les masses médias afin de déterminer dès aujourd’hui ce qui fera débat dans l’opinion demain, c’est nous voir vraiment, beaucoup beaucoup plus cons que nous le sommes et, nous devrons le démontrer, vivement.
    Là, le CEMA semble vouloir faire l’agenda, à savoir, utiliser stratégiquement sa position et le stress ambiant pour, subtilement prendre position de manière à déterminer dès maintenant sur quelles visées médiatiques devra porter notre attention dans les moments à venir, c’est un choix de terrain.
    C’est un choix très risqué, parce que les bras cassés qui n’ont fait que s’échanger leurs maroquins ne se montreront pas meilleurs qu’ils l’ont été sous la mandature précédente, des nuls restent des nuls quelques soient leurs affectations, si les Français sont demeurés cinq ans en protestation et qu’ils savent que seule la violence exercée par eux fait qu’on les écoute, c’est une sacrée invitation qui leur serait faite ici, dès l’entame du quinquennat, c’est du: “Venez m’chercher”… Non verbal, ça!
    Nous sommes dorénavant rompus à l’exercice, nous savons pertinemment que les médias contribueront à la construction d’une fausse réalité, si l’envie de faire des Français des belligérants envers les Russes était l’objectif.
    Ça ne passera pas! La crise politique et civile qui sortirait de ça, serait catastrophique pour notre pays et la cohésion nationale. Danger grave!
    Macron nous a prévenu tous, il veut nous emmerder, il veut aussi nous faire taire, donc, nous devons nous attendre à ce qu’il y ait une spirale de focalisation de l’attention dans les médias, mais, pour qu’elle soit efficace, il sera impératif que celle du silence ne soit pas perturbée par lesdits complotistes, qui captent quasiment tout et en font état sur le Net et les Réseaux… alors, quoi, pour nous?
    Est-ce qu’une guerre invisible à commencer contre nous, parce que les choses laissées dans l’ombre et invisibles du public sont les plus choquantes et les plus graves.

  2. Les acteurs des attitudes, ce ne sont pas les médias qui les font, nous l’avons vu avec la “vaccination”, sans les menaces d’ostracisation, les gens ne s’y seraient pas soumis, par conséquent celles et ceux qui font les attitudes communes proviennent bien de ce qui est le monde connecté, pas des intellectuels, experts, politiques eux-mêmes… Non!
    Ce sont Nous, les simples gens, qui faisons les pro-ceci et anti-cela!
    Nous ne contribuons pas pour rien dans le formatage de ce qui fait la perception de la réalité autrement redéfinie par monsieur et madame tout le monde.
    Peu importe le danger à titre individuel encouru par certains d’entre-nous, chacun sait ce qu’il fait et pourquoi, non, ce qui serait grave serait une prise de contrôle totale de nos possibilités d’expression libre.
    Ça n’est pas une chimère, nous faisons face à une réalité potentiellement, proche.
    Nous ne devons absolument ne pas avoir peur ni nous laisser impressionner, parce que nous devons continuer à parler, c’est impératif, puisque c’est cela qui structure les attentions, nous somme la classe discutante, elle va vite devenir la classe écoutée, ça, ça fait peur aux pouvoirs, alors, Nous devons continuer à parler!
    Puisqu’en vérité, c’est nous qui détenons l’art de faire l’agenda médiatique, ce que nous disons continuellement, les masses médias sont forcés de s’aligner dessus, autrement ils perdront tout l’intérêt public.
    Même si c’est pour travestir ou ridiculiser ce que le monde connecté dit…
    Ce sont nous, les hommes et les femmes du quotidien, curieux lecteurs et lectrices connectés qui contrôlons réellement le soi-disant quatrième pouvoir, prenons-en conscience, c’est nous qui dirigeons le projecteur sur les sujets!
    Concevons que nos concitoyens qui sont aussi les membres de nos familles, ont des biais cognitifs dus à leur surconsommation du divertissement en tout genre, cela favorise facilement chez-eux des mésinterprétations du sens des messages qu’ils reçoivent.
    Bien sûr, parfois, on leur taperait dessus pour se soulager, c’est typiquement humain.
    Ces cinq dernières années, chacune de ces personnes le dira elle-même, si on lui pose posément la question, avec le recul, elles admettront avoir adopté des conduites en contradiction évidentes par rapport aux données acquises par chacune d’elles dans leurs expériences de vie respectives.
    Au fond, on ne peut nourrir que de l’empathie en nous vis-à-vis de cela, non?
    C’est assez long comme ça, il faut conclure… on les Emmerde! c’est nous qui détenons le vrai pouvoir, qu’ils nous provoquent qu’on leur apprenne dans quelle réalité ils vivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.