Life Magazine du 11 mai 1960 a publié un article prétendument écrit à partir d’une interview fleuve que le SS-Hauptsturmbannführer Adolf Eichmann aurait accordé durant 70 heures en Argentine au SS néerlandais Willem Sassen. Cet entretien n’aurait pas dû être publié du vivant d’Eichmann, mais Sassen n’aurait pas pû s’empêcher d’en tirer un profit personnel.

Durant le procès d’Eichmann qui suivit, celui-ci basa sa défense sur une version complétement différente de son rôle dans la « Solution finale de la question juive ». L’accusation ne parvint pas à déposer l’article de Life Magazine qu’Eichmann prétendit être un faux.

Jusqu’à présent, il n’y avait pas de preuve de la responsabilité du führer Adolf Hitler et Eichmann était présenté comme un simple fonctionnaire ayant commis des crimes sous ordres.

Cependant, un documentariste israélien, Yariv Mozer, a retrouvé 15 heures de cette interview audio dans les Archives allemande de Coblence. Elles ont été certifiées authentiques par Willem Sassen peu avant sa mort en 2001. Ont également été retrouvées 700 pages de transcription des 55 heures restantes de l’entretien, mais elles n’ont pas été authentifiées.

Channel 11 s’apprête à en publier un montage en trois parties à partir du 7 juin 2022.

Ce document bouleverse notre compréhension du génocide juif.

Adolf Eichmann y revendique en détail sa responsabilité dans la supervision d’un plan, décidé selon lui par le führer Adolf Hitler en personne, d’anéantissement de 10,3 millions de personnes.

Il est probable que les 55 heures d’interview restantes comprennent bien d’autres surprises. D’ores et déjà se pose la question de savoir pourquoi le Mémorial Yad Vashem, qui connaissait l’existence de ces documents, n’a rien fait pour les révéler au grand public.

Lors de la confrontation d’historiens avec ce document, il est apparu que le procès d’Eichmann était un écran de fumée mis en place par le Premier ministre Ben Gourion pour masquer aux yeux des États-Unis le programme nucléaire secret qu’il menait avec l’Allemagne.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.