Face à la hausse des cas de varioles du singe, les Etats-Unis envisagent de puiser dans leur stock pour vacciner les cas contacts

Les Etats-Unis tentent d’anticiper pour éviter, à tout prix, que l’épidémie de la variole du singe ne devienne une pandémie. En tout cas, après avoir débloqué 119 millions de dollars pour se procurer 13 millions de vaccins, le pays va plus loin et envisage de vider son stock de vaccins contre la variole.

C’est du moins l’information que notre média a reçue de plusieurs sources fiables ce 23 mai. En effet, d’après la chaîne CNN, le CDC (Center for Disease Control) a confirmé qu’il y a effectivement une demande pour puiser de son stock national le vaccin Jynneos, approuvé en 2019 pour lutter contre la variole et la variole du singe.

L’information a été confirmée à la chaîne américaine par Jennifer McQuinston du CDC. D’après les informations fournies par cette dernière, il s’agira de vacciner les cas contacts. McQuinston a également fait savoir que les Etats-Unis disposent d’un “bon stock” car cela fait des années que le pays se prépare à l’hypothèse d’en avoir besoin un jour.

Sur la CNN, Jennifer McQuinston a aussi révélé que les Etats-Unis disposent de plus de 100 millions de doses du vaccin ACAM2000 pour lutter contre la variole du singe. Cependant, précise-t-elle, une discussion devrait avoir lieu avant l’approbation de ce vaccin en raison de ses nombreux effets secondaires. L’information a été confirmée ce 23 mai par le New York Times.

Il convient de rappeler que la variole du singe est détectée dans plusieurs pays européens, notamment en Espagne, au Portugal et en Grande-Bretagne où l’on trouve le plus de cas. En Belgique où la variole a fait son apparition, la quarantaine a été mise en place par le gouvernement, une première au monde.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.