40.000 : c’est le nombre de migrants illégaux que la Grèce, ce samedi, annonce avoir bloqués depuis le début de l’année en provenance de Turquie à partir de sa frontière terrestre. Un flux qui est supérieur de 30 % à celui de l’année passée pour la même période, d’après le ministère des Migrations hellène.

Pour passer de Turquie en Grèce, il existe deux possibilités : par la Mer Egée et, au nord-est de la Grèce, en franchissant le fleuve Evros (ou Maritsa). Actuellement, le niveau de ce cours d’eau étant particulièrement bas, c’est par cette voie que se font le plus gros des tentatives de franchissement de la frontière.

Par ailleurs, le 23 mai, les Grecs ont annoncé voir empêché une tentative de traversée de la mer Égée vers son territoire à partir de la Turquie d’environ 600 personnes, embarquées sur neuf bateaux : la tentative la plus importante enregistrée cette année.

Takis Theodorikakos, ministre grec de la protection civile, a déclaré sur la chaîne Skai que la Turquie « n’est autorisée, ni à tolérer le trafic de gens désespérés, ni à les aider », rapporte RFI. Depuis 2020, Athènes a renforcé de façon drastique les contrôles à ses frontières.

 





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.