La concurrence entre les États-Unis et la Chine perdure. Souhaitant reformer l’infrastructure du pays pour “changer l’Amérique”, Joe Biden compte remporter la compétition économique du XXIe siècle face à la Chine.

Sputnik France reste accessible sur Telegram et Odysee. Pour accéder à notre site et à notre chaîne YouTube vous pouvez utiliser un VPN, par exemple CyberGhost, Astrill, NordVPN, ZenMate ou Private VPN.

Lors de son premier discours sur l’état de l’Union, Joe Biden a détaillé ses grands axes politiques devant le Congrès. Le Président américain a notamment plaidé pour une renaissance industrielle des États-Unis et pour une réduction de la dépendance aux importations: “Produisons en Amérique!”.

“Nous avons une décennie d’infrastructure devant nous. Cela changera l’Amérique et nous mettra sur la voie pour remporter la compétition économique du XXIe siècle, dans laquelle nous affronterons le reste du monde, et en particulier la Chine”, a déclaré Biden dans son discours annuel au Congrès.

Le 15 novembre 2021, le Président Biden a signé la loi bipartisane Infrastructure Investment and Jobs Act de 1.200 milliards de dollars. Cette loi prévoit d’injecter des milliards de dollars dans le secteur des infrastructures énergétiques américaines – à la fois traditionnelles comme le pétrole et le gaz, et vertes comme le solaire et l’éolien.

Il a souligné à plusieurs reprises dans ses discours que le refus de moderniser l’infrastructure nationale ne permettrait pas aux États-Unis de rivaliser dans la course des principales économies du XXIe siècle, surtout avec la Chine.

Guerre commerciale USA-Chine

La guerre commerciale américano-chinoise a été lancée en 2018 avec l’application de droits de douane prohibitifs sur des dizaines de milliards de dollars de produits chinois. Il s’agit de la “plus grande guerre de ce type de l’histoire économique”, selon Pékin, qui a riposté avec ses propres taxes. Les tensions commerciales entre les deux pays ne sont pas apaisées avec le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche.





Source:

One thought on “Biden souhaite dépasser la Chine”
  1. Ce sont des codificateurs et pas des créatifs ces gens, ils sont totalement dépassés par le monde qui d’un seul coup leur fait front, eux, se sont enfermés dans une pensée et une logique continentale, ils ne peuvent pas sortir de l’ornière où ils se sont fourrés, ils vivent le monde de façon abstraite et refusent totalement de l’affronté en sa réalité, de sorte qu’ils sont incapables d’imaginer les bonnes résolutions pour la meilleure paix, car ils sont confrontés à plusieurs logiques qui font ressortir en même temps tous leurs complexes, ils étaient jusqu’ici la puissance incontestée, c’est pas simple pour eux de devoir élaborer même par la pensée des mécanismes d’équilibre de puissances, ils pensent pouvoir rester forts alors que tout démontre qu’ils sont fini de ce point de vue là.
    Ils sont en pleine dichotomie ces Américains, c’est quoi leur discours stratégique pour l’avenir, puisqu’ils focalisent sur un seul adversaire en ne voyant la multitude qui opère déjà contre eux.
    L’Amérique est sclérosée idéologiquement dans une vision d’anéantissement de ce qui barre la route à ses ambitions, or, quand on écoute leur président, leur seule ambition semble être de se réfugier dans leur coquille quand l’idée du monde qui les entoure est d’échanger plus justement, donc si l’Amérique n’est capable dans la réalité que de produire une campagne de dégradation du dialogue démocratique et de désinformation des masses par le biais de ses relais d’influence occidentals, certes, elle produira encore un temps des querelles à la Clochemerle, mais ça ne durera qu’un bref instant par rapport à ce qui sera la nouvelle façon de pratiquer la politique internationale.
    Les adversaires de l’Amérique agissent sur le nerf optique des opinions mondiales, la Russie en premier, c’est quoi le projet américain, focaliser sur la fibre optique?
    Aujourd’hui, quand la Russie fait quelque chose, il faut plusieurs années aux Américains et leurs laquais pour décortiquer et comprendre ce qui s’est produit, non, franchement, on aborde la ligne droite là, parier un dollar sur ce bourrin, c’est ne plus rien comprendre de ce qui se passe et encore moins de ce qui s’est passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.