Depuis la plandémie, les jeunes enfants sont confrontés à une augmentation mystérieuse des maladies. La fréquence de certaines d’entre elles pourrait même avoir doublé, qu’il s’agisse de maladies infectieuses, de maladies mentales (anxiété, dépression, suicide en hausse de 25 % dans le monde), de maladies hormonales (puberté précoce), d’inflammations (maladies de l’intestin irritable, obésité et, maintenant, hépatite (inflammation du foie).

La semaine dernière, l’augmentation du nombre d’hépatites chez les enfants immunocompétents de moins de dix ans a fait la une des journaux. Dix-sept des 169 enfants atteints d’hépatite ont dû subir une transplantation du foie et un enfant est décédé. Les enfants atteints d’hépatite n’avaient pas été vaccinés contre le Covid. Dans 77 % des cas, un test PCR positif pour l’adénovirus a été trouvé, bien que l’hépatite causée par ce virus soit rare.

Les experts suggèrent un affaiblissement du système immunitaire dû aux mesures de confinement et à une moindre exposition à d’autres micro-organismes. Il s’agit de la partie émergée de l’iceberg, car de nombreux cas d’hépatite ne sont peut-être pas encore reconnus.

Le monde est confronté à une crise sanitaire qui touche les jeunes enfants en raison de la focalisation sur une seule maladie infectieuse avec des mesures de confinement répétées, des mesures pandémiques continues, des tests fréquents et un problème croissant de pollution environnementale et atmosphérique toxique.

La forte augmentation d’une grande variété de maladies chez les jeunes enfants peut s’expliquer par une baisse du système immunitaire inné liée à une perturbation de l’axe intestin-foie-cerveau. La réticence à enquêter sur le lien de causalité entre l’exposition accrue à des substances toxiques inconnues, aux nanoparticules, à l’alcool et aux microplastiques ne peut plus durer. Pour sauver la vie des enfants, il faut réagir rapidement et de manière adéquate en se fondant sur une évaluation précise des risques et des avantages.

Un microbiome perturbé

Les scientifiques approfondissent rapidement leurs connaissances sur le fait que le corps humain est constitué principalement de trillions de micro-organismes, dont la grande majorité vit dans l’intestin et joue un rôle important dans la physiologie de l’hôte, comme le métabolisme, l’immunité, la fonction cardiovasculaire et le développement neuronal. La moitié de toute la matière biologique présente dans notre corps n’est pas humaine.

Même le système nerveux central, que l’on croyait stérile, est colonisé par une communauté virale diversifiée. Un dérèglement de leur structure et de leur fonction peut entraîner une perturbation de l’homéostasie de l’hôte microbien et provoquer une maladie.

Les perturbations de la colonisation primaire au cours des deux premières années de la vie peuvent avoir des conséquences sur la santé tout au long de la vie et entraîner une altération du système immunitaire. Parmi le règne de la vie, les bactéries, les champignons et les 380 trillions de virus les plus nombreux colonisent le microbiome. La composante bactérienne est de loin la plus étudiée et il a été démontré qu’elle est très stable chez les adultes en bonne santé.

La communauté bactérienne intestinale fournit des services nutritionnels essentiels à son hôte, joue un rôle important dans l’immunité des muqueuses et assure une protection contre les agents pathogènes entériques. Elle maintient l’homéostasie du tractus gastro-intestinal et régule la restauration des cellules intestinales et l’intégrité des jonctions serrées, qui sont toutes essentielles au maintien de la fonction de barrière intestinale.

Les dérèglements métaboliques et la dysbiose du microbiome intestinal jouent un rôle central dans la pathogenèse des maladies de l’axe intestin-foie-cerveau. Les enfants et les personnes âgées se caractérisent par une moindre variété de leur microbiome et sont plus vulnérables aux perturbations.

Des associations entre les infections virales, la maladie de l’intestin irritable (inflammation de l’intestin comme la maladie de Crohn, qui affecte n’importe quelle partie du côlon, de la bouche à l’anus, et la colite ulcéreuse, qui n’affecte que le côlon) et le déclin du système immunitaire ont été établies.

La composition du virome humain est influencée par le régime alimentaire, la génétique, l’environnement et la géographie. Un grand nombre d’entre eux (bactériophages) ne ciblent pas les cellules humaines mais recherchent les bactéries du microbiome et les utilisent pour fabriquer des copies d’eux-mêmes. Une plus petite proportion infecte directement les cellules des tissus. Ces virus sont minoritaires car le système immunitaire les supprime. Cependant, lorsque le système immunitaire est entravé, les virus peuvent se multiplier immédiatement.

Dysfonctionnement de l’axe intestin-foie-cerveau

L’homéostasie du microbiome intestinal est responsable de la bonne santé de l’intestin et d’une fonction hépatique appropriée. Le foie et l’intestin sont reliés par la veine porte, qui est la principale voie de circulation entéro-hépatique des métabolites, des hormones, des immunoglobulines et des acides biliaires. La perturbation de l’homéostasie et une perméabilité accrue de la muqueuse intestinale activent l’inflammation hépatique.

En outre, le microbiome intestinal produit un grand nombre de substances chimiques (comme la sérotonine) que le cerveau utilise pour réguler les processus neurologiques tels que l’apprentissage et l’humeur. Un réseau connecté à l’intestin influence les cellules neuroendocrines et neuroimmunitaires du système nerveux central.

Un grand nombre de données existantes montrent que l’encéphalopathie hépatique est un exemple clair de la façon dont une homéostasie altérée du microbiote intestinal peut influencer et avoir un impact sur les fonctions physiologiques en dehors de l’intestin, avec des implications sur la santé de l’hôte au niveau des systèmes.

Par conséquent, l’axe microbiote intestinal-foie-cerveau semble jouer un rôle régulateur important dans la pathogenèse des maladies inflammatoires de bas grade. Les principaux acteurs sont le microbiote intestinal, ses produits bactériens (endotoxines, ammoniac, éthanol, acides gras à chaîne courte) et leurs interactions avec les récepteurs qui peuvent stimuler ou inhiber les voies de signalisation, la barrière intestinale et le système immunitaire inné, ce qui peut être bénéfique ou néfaste pour la santé de l’hôte.

Un système immunitaire inné en déclin

L’intégrité du microbiome intestinal est une condition préalable à une réponse immunitaire efficace pour prévenir les maladies. La plupart des agents pathogènes tentent d’envahir la muqueuse intestinale. La défense initiale par le système immunitaire inné commence par la muqueuse, dont le tractus gastro-intestinal est la plus grande, caractérisée par la présence de types particuliers de lymphocytes (macrophages, cellules dendritiques, cellules tueuses naturelles) et de produits sécrétoires (IgA sécrétoires) capables de maintenir l’état d’équilibre dans l’intestin.

Les macrophages et les neutrophiles peuvent déclencher la réparation des tissus et le passage à la réponse immunitaire adaptative pour activer les cellules B et T afin de développer des réponses d’anticorps neutralisants spécifiques et une mémoire des cellules B et T. Les interactions entre les cellules dendritiques, les cellules T Natural Killer et les bactéries peuvent contribuer de manière cruciale à la réponse immunitaire physiologique et pathologique dans la muqueuse intestinale.

Corman et al. ont montré qu’une composition perturbée de la communauté microbienne intestinale, accompagnée de symptômes tels que la diarrhée et les vomissements, est associée à une infection par Adenovirus chez les primates non humains. La flore commensale nécessaire à un microbiome intestinal sain a diminué alors que les genres contenant des pathogènes comme Neisseria ont augmenté en abondance. Bien que ces travaux soient encore en cours, différentes infections virales sont liées à des altérations et des perturbations du microbiome intestinal.

Par conséquent, les maladies affectant la muqueuse intestinale, comme les MICI, qui peuvent être déclenchées par l’alimentation et des facteurs environnementaux, constituent une préoccupation majeure et sont désormais détectées à des niveaux en augmentation rapide dans le monde. Un traitement médicamenteux à vie est souvent nécessaire. De plus, la digestion et l’absorption de nutriments suffisants sont faibles en raison d’une digestion perturbée, de crampes fréquentes, de diarrhées et de vomissements.

Pollutions et inflammations

L’exposition humaine à la pollution des microplastiques, des nanoparticules et d’autres substances toxiques augmente rapidement. L’alcool perturbe l’axe intestin-foie-cerveau à de multiples niveaux interconnectés, notamment le microbiome intestinal, le mucus et la barrière épithéliale. L’exposition aux produits chimiques présents dans les tests constitue également un danger pour la santé humaine.

Récemment, des chercheurs ont trouvé des microplastiques dans le sang, les poumons et les matières fécales. Les microplastiques peuvent endommager les cellules humaines et traverser la barrière hémato-encéphalique. Les nanoparticules telles que le dioxyde de titane peuvent provoquer une dysbiose intestinale et une translocation dans le système nerveux central par les voies oculaires et cérébrales, ce qui peut induire une neuroinflammation.

Les produits dérivés de l’oxyde de graphène, qui peuvent former des structures complexes avec les microplastiques, peuvent perturber la barrière intestinale et augmenter leur capacité à pénétrer dans l’organisme, à former des biocoronas, à se propager et à influencer les processus physiologiques affectant l’intégrité de la muqueuse intestinale, à capter d’autres substances toxiques transportées par le sang et stockées dans les tissus adipeux.

Une étude a trouvé des plastiques similaires dans les masques et dans les poumons des patients. Des chercheurs chinois ont trouvé 1,5 fois plus de microplastiques dans les selles des personnes atteintes de MICI. On ne sait pas encore si les microplastiques sont à l’origine des MICI ou s’ils exacerbent la maladie. Il existe des preuves que les microplastiques et leurs additifs sont des obésogènes potentiels.

Un nouvel article revu par des pairs a démontré que l’utilisation de masques est corrélée à un taux de mortalité plus élevé, un signal alarmant qui s’ajoute à l’augmentation mystérieuse des maladies chez les enfants.

Au Royaume-Uni, la plus forte augmentation de l’obésité et du surpoids morbide a été observée pendant la pandémie. Les enfants issus de familles pauvres sont deux fois plus souvent touchés. Les décideurs en matière de santé publique doivent s’inquiéter des risques de perturbation du système immunitaire qui creusent les inégalités en matière de santé.

Une nutrition ciblée pour réparer l’homéostasie du microbiome

Le véritable régulateur de la santé et de la maladie est le système immunitaire inné. Dès le début de la pandémie, les scientifiques ont mis en garde contre le fait que les mesures de confinement et de lutte contre la pandémie pourraient entraîner un affaiblissement du système immunitaire et un risque accru de maladies.

L’inflation et les hausses spectaculaires des prix de l’essence et des denrées alimentaires peuvent exacerber la perturbation de l’axe intestin-foie-cerveau. Il faut s’attendre à ce que d’autres maladies touchent bientôt les étudiants et les travailleurs. Le manque de professionnels de la santé, qui se traduit par de longues listes d’attente pour les diagnostics et les traitements, est de plus en plus préoccupant.

Seul un système immunitaire inné efficace est capable de prévenir les maladies infectieuses et chroniques et a pour fonction de décomposer les substances étrangères et toxiques. Pour prévenir les processus inflammatoires dans l’organisme, il convient de mettre fin, à tout âge, à l’exposition aux matières toxiques et aux microplastiques par des mesures dont les effets sur la prévention des maladies infectieuses n’ont pas été démontrés. Un conseil nutritionnel ciblé sur la vitamine D serait une première étape facile et peu coûteuse pour restaurer le système immunitaire inné et réparer les maladies inflammatoires comme les MICI, les maladies du foie associées aux virus et la dépression.

Source : https://thepulse.one/2022/06/22/the-mysterious-rise-in-severe-diseases-in-children/

Traduction : https://exoconscience.com



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.